Publié par Michel Garroté le 10 mai 2012

Valérie Trierweiler

Michel Garroté – L’usage républicain veut que l’on accorde, au candidat élu président, une période de grâce. D’ailleurs, le nouveau président, est, certes, élu ; mais point encore investi. A cela s’ajoutent, premièrement, le fait que le candidat, élu président, n’a pas encore annoncé le nom de son, ou, de sa Premier (e) ministre ; et deuxièmement, le fait qu’une élection législative, à deux tours, se tiendra en juin.

Or, pour l’instant, nous sommes encore en mai.

Et à propos de période de grâce, j’avais, en 2007, soutenu Sarkozy.

Je n’avais commencé à le critiquer qu’en 2008.

Cela dit, je pose tout de même une question : la nouvelle Première Dame de France est-elle une Margaret Thatcher de gauche ? Petite anecdote. Au QG de Hollande, avenue de Ségur, à Paris, l’équipe de campagne du candidat élu président, fêtait sa victoire, quand cette même équipe, a, la surprise, de voir arriver, Julien Dray, qui n’est pas invité à cet apéritif ; et, qui, du reste, est jugé indésirable, suite à une obscure histoire d’anniversaire à tendance présumée libidineuse.

C’est la compagne de François Hollande, Valérie Trierweiler, qui se charge de virer avec fermeté Julien Dray. La journaliste de Paris-Match semble prendre très au sérieux sa désormais double fonction, dans la presse, et, à la présidence. Et ce n’est qu’un début.

Je note que pour le moment Hollande évite de déraper. Il se prépare aux rendez-vous qu’il aura bientôt à l’étranger. Rendez-vous un peu plus sérieux et importants, pour la France, pour l’Europe et pour le monde, que les ragots parisiens sur la façon dont Hollande respire, mange, urine, se déplace et fait caca.

Michel Garroté

Reproduction autorisée avec mention www.dreuz.info & Sources citées

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

53
0
Merci de nous apporter votre commentairex
()
x
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz