Publié par Jean-Patrick Grumberg le 26 juin 2012

Une source officielle et haut placée dans le gouvernement israélien a révélé ce matin que Vladimir Putin (ou Poutine comme on écrit en France), hier lundi 25 juin 2012, lors d’un repas avec le premier Ministre Israélien Benjamin Netanyahu, a fait cette importante déclaration de géostratégie, que nous sommes, sauf erreur, les seuls à divulguer :

Il y a plus d’un million de « citoyens » russes en Israël (JPG : ils ont la double nationalité russe/israélienne), et je ne les laisserai pas vivre dans le danger.

Il est intéressant à plus d’un égard de noter que dans sa façon de mentionner la communauté russe d’Israël, Putin les considérait comme citoyens russes avant tout.

La source ajoute que Netanyahu a dit à Putin : « ne vous en mêlez pas » en parlant des sanctions mises en place par l’Occident contre l’Iran, et de leurs efforts contre le régime des Ayatollah.

Concernant la Syrie, le premier ministre israélien a demandé à Putin de ne pas livrer d’armes stratégiques à Assad, car il s’en servira immanquablement contre Israël afin de détourner l’attention internationale des massacres qu’il continue à faire contre son peuple, et afin de rallier le monde arabe, actuellement divisé contre lui. Si, à l’inverse, le régime de Assad tombe, alors ces armements se retrouveront entre les mains des rebelles et des terroristes, ainsi que du Hezbollah, ce qui brisera l’équilibre de l’armement militaire de la région, et ces armes serviront à attaquer Israël.

Concernant les déclarations que vous pourrez lire dans la presse, Vladimir Putin a déclaré, lors de la réception présidentielle que « La Russie a un intérêt national à assurer la paix et la tranquillité d’Israël », mais en même temps, il a fait part de sa réticence à attaquer l’Iran, et il a prévenu : « on doit réfléchir avant de faire des choses que nous risquons de regretter plus tard », avant d’ajouter : « regarder ce qui est arrivé aux Américains en Afghanistan et en Irak. J’ai dit la même chose au président Obama. Il n’y a aucune raison d’agir à la hâte ».

A Netanya, et je suppose que toute la presse européenne relayera cette déclaration, Putin a affirmé que « ce que j’ai vu ici (JPG : en Israël) est très impressionnant, et renforce le sentiment de respect que j’ai pour le peuple juif et pour l’Etat d’Israël »

Comparée à l’humiliation publique de la leçon de géostratégie que Putin a donnée au maladroit François Hollande, la rencontre israélienne semble reléguer la France au rang de puissance mineure, ce qu’elle tend à devenir – le Quai d’Orsay va être content en lisant nos informations dont il n’a pas pu avoir connaissance par ses canaux habituels.

Reproduction autorisée et vivement encouragée, avec la mention suivante et le lien ci dessous :
© Jean-Patrick Grumberg pour www.Dreuz.info

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz