FLASH
[17/10/2017] Israël refuse tout dialogue avec un gouvernement palestinien d’union avec des terroristes du Hamas  |  Grande-Bretagne : le patron du Mi5 prévient que le danger terroriste va exploser en intensité  |  Catalogne : 691 entreprises ont délocalisé leur siège social  |  Projet d’attentat par des terroristes ultra-droite: Mélenchon, Castaner et ds mosquées étaient visés selon LCI  |  10 activistes d’extrême droite qui préparaient une attaque arrêtés par la police  |  Effet Trump: la bourse franchit les 23000 points pour la 1ere fois de ses 121 années d’existence  |  Trump : « on m’a demandé si Hillary Clinton se présentera en 2020. J’ai répondu : ‘j’espère que oui !’  |  Daphne Caruana Galizia, qui a révélé les Panama Papers, a été tuée par une bombe plantée près de sa voiture  |  [16/10/2017] Israël va construire 1600 logements dans la partie Est de la capitale Jérusalem  |  Rare: Israël a procédé à des frappes aériennes en Syrie près de Damas – la Russie était prevenue  |  Catalogne : le président indépendantiste recule et propose de discuter avec Madrid dans 2 mois  |  Gaza : en réponse aux tirs de roquette, Israël a bombardé des positions terroristes du Hamas pendant la nuit  |  Somalie : l’attentat de la religion de la paix et de la tolérance a fait 231 morts et 275 blessés  |  Pendant la nuit, l’armée israélienne a arrêté 12 colons arabes en Judée, recherchés pour terrorisme  |  [15/10/2017] Prédateur sexuel Harvey Weinstein : la gauche contre-attaque et « ressort » une affaire contre Trump  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Jean-Patrick Grumberg le 27 juillet 2012

François Hollande a besoin d’une commission de rénovation et de déontologie de la vie publique (1).

Celle-ci ne dira pas que les députés viennent de refuser que leurs dépenses personnelles, lorsqu’elles sont payées par leurs frais professionnels, soient réintégrés dans leurs revenus.

Elle ne dira pas non plus que d’un point de vue déontologique, les femmes de ministres ne devraient pas être journalistes, sauf à considérer que la déontologie a quitté le métier de journalisme.

Elle ne rappellera pas que les affaires de cul de la gauche ne devraient pas, comme à la cour du roi, mener la politique du pays.

Et elle ne dira pas non plus que des ministres condamnés ne sont pas exactement ce qu’il y a de plus qualifié pour montrer l’exemple, en matière de déontologie.

Mais passons. Après tout, si l’époque était encore à la déontologie, aucune commission, même fantoche, n’aurait sa place.

Ce qui m’intéresse, c’est la polémique naissante sur la rémunération des membres * de cette commission.

Selon les emails et les commentaires qui circulent,

Monsieur Jospin serait rémunéré 122.000€, Madame Bachelot 92.000€, et les autres 80.000€.
Les consultants devraient toucher une indemnité de 35.000€.
Trente quatre auraient déjà été nommés, dont Mme Sylviane Agacinski, philosophe, épouse de M. Jospin et M. Pierre Bachelot, fils de Mme Bachelot.
La commission devrait donc coûter 2.444.000€, sans compter les frais annexes.

Mais selon Béatrice Houchard, du Figaro (2), il s’agit d’une rumeur qui tourne sur internet et que personne n’arrive à arrêter. Et la journaliste d’insister :

Eh bien tout ceci est faux, totalement faux, archi-faux Les 14 membres de la Commission sont tous bénévoles. Ils travailleront dans des locaux de la République mais leur tâche ne donnera lieu à aucune rémunération ni remboursement de frais.

Il y a eu assez d’ « affaires » politiques pour ne pas ajouter de la calomnie là où il n’y a simplement (et quoi qu’on pense du principe de ces Commissions) que des personnalités qui ont eu envie de répondre à la demande de François Hollande.

Ce qui, personnellement, me pose problème dans la « mise au point » de la journaliste – et je ne la vise pas elle particulièrement car je ne la connais pas – c’est qu’il n’est plus possible de les croire, ces journalistes putains du pouvoir, puisqu’ils votent à gauche et que personne n’imaginent qu’ils critiqueront leurs maîtres.

Ce qui me gêne encore plus, dans la « mise au point » de la journaliste – et là c’est elle que je vise – c’est qu’elle prend les lecteurs pour des cons en concluant, à propos des membres de la commission : « Quatorze personnes désintéressées. Ça existe. » En politique ? Ben voyons…

D’ailleurs les affirmations appuyées de la journaliste du Figaro sont jetées aux orties par un autre journaliste, Vincent Daniel, sur FranceTVinfo.fr (3).

Alors que Béatrice Houchard déclare que les membres de la commission n’obtiendront, je la cite « aucune rémunération ni remboursement de frais », Vincent Daniel, lui, cite Guy Carcassonne, ancien membre du comité Balladur et professeur de droit public, qui affirme tout le contraire : « les membres venant de loin sont défrayés » (JPG : ce qui se comprend).

De plus, Vincent Daniel explique que la règle du travail bénévole de cette commission souffrira des « concessions » : « Lionel Jospin et les membres de la commission disposent d’un secrétariat et de locaux à Matignon ». Autrement dit, des fonctionnaires seront spécialement recrutés pour assurer le secrétariat de la commission. En quoi le recrutement et la mise à disposition de locaux à Matignon et d’un secrétariat sont-ils une concession au principe du bénévolat des membres de la commission ?

Alors ? La rémunération des membres de la commission est-elle une info ou une intox ? Je vous encourage, chers lecteurs, à mener l’enquête à et nous faire partager vos trouvailles.

Reproduction autorisée et vivement encouragée, avec la mention suivante et le lien ci dessous :
© Jean-Patrick Grumberg pour www.Dreuz.info

(1) http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do;jsessionid=E06537DC9FCE65F17A3F03295608352B.tpdjo10v_3?cidTexte=JORFTEXT000026194414&categorieLien=id
(2) http://blog.lefigaro.fr/legislatives-2012/2012/07/commission-jospin-halte-a-la-rumeur.html
(3) http://www.francetvinfo.fr/commission-jospin-ce-genre-de-travail-n-est-pas-remunere_120153.html

* Liste des membres :
M. Lionel Jospin, ancien Premier ministre, est nommé président de la commission instituée par le présent décret.
Sont nommés membres de la commission :
M. Olivier Schrameck, président de section au Conseil d’Etat ;
Mme Chantal Arens, présidente du tribunal de grande instance de Paris ;
Mme Roselyne Bachelot-Narquin, ancienne ministre ;
Mme Julie Benetti, professeure à l’université de Reims ;
M. Jean-Claude Casanova, membre de l’Institut, président de la Fondation nationale des sciences politiques ;
M. Jean-Pierre Duport, préfet de région honoraire ;
M. Jean-Louis Gallet, conseiller à la Cour de cassation, vice-président du Tribunal des conflits ;
Mme Marie-Christine Lepetit, chef du service de l’inspection générale des finances ;
Mme Wanda Mastor, professeure à l’université Toulouse-I ;
M. Ferdinand Melin-Soucramanien, professeur à l’université Bordeaux-IV ;
Mme Agnès Roblot-Troizier, professeure à l’université d’Evry ;
M. Dominique Rousseau, professeur à l’université Paris-I ;
Mme Hélène Ruiz-Fabri, professeure à l’université Paris-I.
Est nommé rapporteur général de la commission : M. Alain Ménéménis, conseiller d’Etat.

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz