FLASH
[18/10/2017] France : 54% des condamnés pour jihad en 2014 auront purgé leur peine et seront libres en 2020 de faire devinez quoi!  |  Israël élu à la tête du COPUOS, le comité pour un usage pacifique de l’espace de l’ONU  |  JP Grumberg: Proverbe Yiddish pour les gens de gauche : ce que tu ne vois pas avec tes yeux, ne l’invente pas avec ta bouche  |  Israël attentat : un colon arabe palestinien a foncé sur des soldats israéliens avec un couteau à Gush Etzion. Terroriste blessé  |  Les constructions juives en Judée Samarie reçoivent une couverture média mondiale. L’abandon mondial du nationalisme Kurde, rien  |  Perquisition au siège du MoDem dans le cadre de l’enquête sur les emplois fictifs des assistants parlementaires européens  |  [17/10/2017] Israël refuse tout dialogue avec un gouvernement palestinien d’union avec des terroristes du Hamas  |  Grande-Bretagne : le patron du Mi5 prévient que le danger terroriste va exploser en intensité  |  Catalogne : 691 entreprises ont délocalisé leur siège social  |  Projet d’attentat par des terroristes ultra-droite: Mélenchon, Castaner et ds mosquées étaient visés selon LCI  |  10 activistes d’extrême droite qui préparaient une attaque arrêtés par la police  |  Effet Trump: la bourse franchit les 23000 points pour la 1ere fois de ses 121 années d’existence  |  Trump : « on m’a demandé si Hillary Clinton se présentera en 2020. J’ai répondu : ‘j’espère que oui !’  |  Daphne Caruana Galizia, qui a révélé les Panama Papers, a été tuée par une bombe plantée près de sa voiture  |  [16/10/2017] Israël va construire 1600 logements dans la partie Est de la capitale Jérusalem  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Michel Garroté le 3 août 2012

Michel Garroté – Dans ‘De Groene Amsterdammer’, Yasha Lange et Reinier Bijman écrivent que plus l’intégration européenne augmente, plus la culture et l’identité nationales sont atteintes. Voilà, en gros, la crainte des eurosceptiques. Selon l’Eurobaromètre « La plupart des personnes interrogées se sentent surtout liées à leur propre pays. C’est le cas dans tous les Etats membres de l’UE ». Au cours de la dernière décennie, l’idée que la politique (plus de participation démocratique, un parlement européen plus fort), l’éducation (des programmes d’échange, un cours d’histoire européenne en classe) ou la cohésion sociale (augmenter la cohésion entre les pays européens) pourraient contribuer à une identité européenne a été démentie. Même si certains fonctionnaires de l’UE aimeraient croire le contraire, la tendance s’est plutôt inversée.

Dans l’Eurobaromètre il est dit : « Les facteurs déterminants de l’identité nationale semblent avoir changé depuis 2009. L’accent est de moins en moins mis sur des concepts subjectifs (le sentiment, les points communs, la foi), et plus souvent sur les concepts les plus concrets, objectifs (le lieu de naissance, le lieu où l’on a grandi, la langue, les droits civiques) ». Deux remarques. Premièrement, l’un n’exclut pas l’autre : une forte identité nationale peut être compatible avec une identité européenne. C’est certainement le cas dans de nombreux pays d’Europe de l’Est. Là-bas une majorité a le sentiment d’être également européen. Idem en Italie et en Belgique. Deuxièmement, la crise a renforcé le sentiment d’union, même s’il s’agit plutôt d’une solidarité de crise que d’une véritable identité. Il n’est pas question ici d’une identité composite, concluent Yasha Lange et Reinier Bijman dans ‘De Groene Amsterdammer’.

Michel Garroté

Rédacteur en chef

Reproduction autorisée avec mention de www.dreuz.info

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz