FLASH
[20/08/2018] Tsahal à arrêté 11 islamistes palestiniens à Hebron et à Jérusalem lors de raids pour rechercher des terroristes  |  Le prix de la vie selon la justice française : Le migrant illégal de 19 ans qui a poignardé 4 personnes à Périgueux lundi 13 août n’a été condamné qu’à 3 ans de prison ferme  |  Paris : Une policière porte secours à des passagers après un accident mortel qu’ils ont provoqué, dans le 19e, et se fait violemment frapper par le passager rescapé!  |  Le chef de la police municipale de Villevaudé, en Seine-et-Marne, a été violemment agressé dimanche à son domicile par « plusieurs personnes » qui l’ont roué de coup  |  Barcelone attentat islamique : Un homme armé d’un couteau a tenté d’attaquer des policiers en hurlant Allahou Akbar (Allah est le plus grand)  |  Saint-Paul-Trois-Châteaux (26) : un homme de 45 ans tué de 9 coups de couteau, un autre homme blessé, suspect appréhendé, motif inconnu  |  Marseille : encore un adolescent de 16 ans poignardé pour un mauvais regard  |  Tsahal a ouvert le feu sur un terroriste musulman qui a tiré dans leur direction dans le nord de Gaza. Aucun blessé parmi les troupes israéliennes n’a été signalé  |  Un terroriste musulman a tiré des coups de feu sur l’ambassade des États-Unis à Ankara. La police a déclenché une chasse à l’homme et recherche un véhicule blanc suspect  |  [17/08/2018] Jérusalem : attentat au couteau, un policier blessé par un terroriste musulman palestinien, qui a été neutralisé  |  Dreuz lance un appel aux lecteurs: aidez-nous à passer au crible pendant 24 h les Fake News des radios du service public français  |  Laurent Ruquier défend son ami Gilbert Rozon, accusé d’agressions sexuelles: « Il n’a tué personne » (non, il a juste violé plusieurs femmes)  |  Suisse : à Genève 5 jeunes femmes sauvagement tabassées, 2 blessées graves, par « des Maghrébins de cités venus de France »  |  Automobiliste tué par balle à Paris: le policier mis en examen et interdit d’exercer  |  Une ex-esclave sexuelle yézidi aurait fui l’Allemagne après y avoir revu son bourreau, infiltré parmi les réfugiés  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Michel Garroté le 6 août 2012

Daniel Pipes – Pendant de nombreux siècles, les Alaouites ont été les gens les plus faibles, les plus pauvres, les plus campagnards, les plus méprisés, les plus arriérés de la Syrie. Or ces dernières décennies, ils se sont transformés en l’élite dirigeante de Damas. Aujourd’hui, les Alaouites dominent, pour l’instant encore, le gouvernement, détiennent les postes militaires clés, profitent d’une part disproportionnée des ressources pédagogiques, et sont en train de devenir riches.

La manière dont les Alaouites accédèrent au pouvoir en dit beaucoup sur la culture politique de la Syrie, montrant les liens complexes entre l’armée, les partis politiques, et la communauté ethnique. Le parti Ba’th, l’armée, et les Alaouites ont avancé en tandem, mais lequel de ces trois a eu le plus d’importance? Les nouveaux dirigeants baathistes qui étaient arrivés à être des soldats alaouite, ou des soldats alaouites qui se trouvaient être des baathistes ? En fait, une troisième formulation est plus précise: ils étaient des Alaouites qui se trouvaient être baathistes et soldats.

Certes, le parti et l’armée furent d’une importance cruciale, mais à la fin ce fut le transfert d’autorité des Sunnites aux Alaouites qui compta le plus. Sans dénigrer le rôle important du Parti et de l’armée, l’affiliation alaouite a finalement défini les gouvernants de la Syrie. Parti et de carrière ont compté, mais, comme c’est souvent le cas en Syrie, l’appartenance ethnique et religieuse en fin de compte a servi à définir l’identité. Voir le régime Assad principalement en termes de nature baathiste ou militaire, est ignorer la clé de la politique syrienne. L’affiliation confessionnelle demeure d’une importance vitale ; comme à travers les siècles, les questions d’appartenance confessionnelle d’une personne importe plus que tout autre attribut.

La réponse sunnite aux nouveaux dirigeants, qui a pris une forme essentiellement communautaire, confirme ce point de vue. L’opposition généralisée des Sunnites – qui représentent environ 69 pour cent de la population syrienne – à un gouvernant alaouite a poussé l’organisation des Frères musulmans à défier le gouvernement avec des méthodes violentes et même terroristes. Les Frères ont à plusieurs reprises été près de renverser le régime.

Il semble inévitable que les Alaouites – qui restent une minorité petite et méprisée, en dépit de toute leur puissance actuelle – finiront par perdre leur contrôle sur la Syrie. Lorsque cela se produira, il est probable que les conflits qui à tous les niveaux seront communautaires les abattront, avec la bataille décisive ayant lieu entre les dirigeants alaouites et la majorité sunnite. En ce sens, la chute des Alaouites- que ce soit par des assassinats de hautes personnalités, un coup d’Etat de palais, ou une révolte régionale – est susceptible de ressembler à leur ascension.

Daniel Pipes

Reproduction autorisée avec mention de www.dreuz.info

Et avec mention de la source :

http://www.europe-israel.org/2012/08/la-conquete-alaouite-du-pouvoir-en-syrie/

Version originale anglaise :

The Alawi Capture of Power in Syria

Adaptation française: Anne-Marie Delcambre de Champvert

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz