Publié par Michel Garroté le 31 août 2012

Michel Garroté – L’ineffable AFP raconte : « Le cardinal italien et ex-archevêque de Milan Carlo Maria Martini, une des grandes figures de l’Eglise catholique et ancien favori de son aile progressiste, est mort vendredi à l’âge de 85. Carlo Maria Martini, qui figurait parmi les papabili lors du conclave de 2005 qui devait élire Joseph Ratzinger, a mené une contestation mesurée et nuancée au sein de l’Eglise, en faveur d’une institution en dialogue avec le monde », allègue l’AFP.

Martini n’a pas « mené une contestation mesurée et nuancée ». Il a fichu le bazar et il a pourri la vie de Benoît XVI avec d’inqualifiables manœuvres. Il ne l’a pas fait « en faveur d’une institution en dialogue avec le monde ». Il l’a fait parce qu’il appartenait à une catégorie d’ecclésiastiques qui veulent que l’Eglise soit comme le monde. Quant à avoir été « parmi les papabili », c’était le rêve jamais réalisé de pseudo-vaticanistes gauchisants. Les cardinaux ont élus Ratzinger. Les élucubrations à posteriori de l’AFP n’y changeront rien. Cela dit, attendez-vous, dans les heures et les jours à venir, à des informations gratinées, surtout dans les médias français.

Martini est mort. Je n’irais ni pleurer, ni cracher sur sa tombe.

Michel Garroté

Rédacteur en chef

Reproduction autorisée avec mention www.dreuz.info

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous

9
0
Merci de nous apporter votre commentairex
()
x
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz