FLASH
[17/10/2017] Trump : « on m’a demandé si Hillary Clinton se présentera en 2020. J’ai répondu : ‘j’espère que oui !’  |  Daphne Caruana Galizia, qui a révélé les Panama Papers, a été tuée par une bombe plantée près de sa voiture  |  [16/10/2017] Israël va construire 1600 logements dans la partie Est de la capitale Jérusalem  |  Rare: Israël a procédé à des frappes aériennes en Syrie près de Damas – la Russie était prevenue  |  Catalogne : le président indépendantiste recule et propose de discuter avec Madrid dans 2 mois  |  Gaza : en réponse aux tirs de roquette, Israël a bombardé des positions terroristes du Hamas pendant la nuit  |  Somalie : l’attentat de la religion de la paix et de la tolérance a fait 231 morts et 275 blessés  |  Pendant la nuit, l’armée israélienne a arrêté 12 colons arabes en Judée, recherchés pour terrorisme  |  [15/10/2017] Prédateur sexuel Harvey Weinstein : la gauche contre-attaque et « ressort » une affaire contre Trump  |  Double attentat islamiste à Mogadishu : 230 morts  |  Israël attentat islamiste : 2 tirs de roquette du Hamas confirmés – pas de blessés  |  Israël attentat islamiste : 3 tirs de roquette du Hamas sur des civils  |  Israël attentat islamiste : tir de roquette et explosion à Sufa, un village proche de la frontière de Gaza – pas de blessés  |  Israël : alerte tir de roquette au sud suivie de rapport d’explosion à Sufa, un village proche de la frontière de Gaza  |  Sebastian Kurz prochain chancelier d’Autriche, selon les sondages de sortie d’urnes d’OE24  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Guy Millière le 17 septembre 2012

Pour Rosh Hashanah, Barack Hussein Obama a enregistré un message à l’attention de la communauté juive américaine. Il s’inscrit en cela dans la tradition d’un pays où les traditions juives ont toujours été respectées. Malheureusement, il s’éloigne très vite de ce respect dans son message, et ne peut s’empêcher de donner des leçons qu’il ne donnerait pas et n’a jamais données aux musulmans, pour qui il ne cesse de manifester un respect sans limites.

Dans son message, de fait, Barack Obama dit que Rosh Hashanah doit être un moment de « réflexion » et une chance de « faire le bilan de nos vies et de regarder l’année qui vient avec un regard clair et des objectifs renouvelés ». Il ne s’arrête pas là, et continue : « la tradition juive nous enseigne que l’un de nos plus importants devoirs est l’acte de réconciliation ». Puis : « Nous sommes appelés à nous amender pour les moments où nous n’aurions pas vécu autant que nous le devrions à la hauteur de nos valeurs ».

Ce n’est pas tout. « En un temps où les discours publics peuvent trop souvent sembler rudes, où nos sociétés se centrent trop souvent sur ce qui nous divise.. saisissons cette opportunité pour tendre la main à ceux qui sont moins fortunés et pour être tolérants envers nos voisins ». Un peu plus loin, Obama parle de « liens indestructibles avec Israël ». Dont acte. Il n’empêche.

Je trouve d’une rare cuistrerie que Barack Obama s’autorise à inciter les Juifs à la réflexion. Les Juifs depuis des millénaires n’ont pas attendu qu’un non Juif les incite à la réflexion. La réflexion est au cœur du judaïsme. Je me demande de quel regard clair et de quels objectifs renouvelés parle Obama : le regard des Juifs ne serait donc pas clair ? Les objectifs auraient besoin d’être renouvelés ? Et qui est Barack Obama pour se permettre de parler de ce qu’enseigne la tradition juive ? Pourquoi prétend-il parler au nom de la tradition juive sans que rien ne l’autorise à le faire et pourquoi cette insistance sur la réconciliation ? A quoi ce mot de « réconciliation » fait-il allusion ? En quoi peut-il clamer d’une manière générique que les Juifs n’auraient pas vécu à la hauteur de leurs valeurs ? Et pourquoi ce « nous » alors qu’il n’est pas juif ? De quels discours rudes parle-t-il et de quelles divisions ? Qui sont ceux à qui il faut que les Juifs tendent la main, et envers qui manquent-ils de « tolérance » ?

Vous aimez cet article ? Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les nouveaux articles de Dreuz, une fois par jour en fin d’après-midi.

Il y a là non seulement l’arrogance propre à Obama, mais tout un ensemble d’allusions qui m’ont semblé pointer en direction du débat politique présent aux Etats-Unis, du différend très vif qui oppose l’administration Obama au gouvernement israélien, et du rapport d’Israël lui-même aux conflits en cours au Proche-Orient. J’ai trouvé ces allusions davantage que déplacées : indécentes.

Ce qu’on devrait pouvoir attendre d’un Président des Etats-Unis en cette période troublée et dangereuse, c’est un message de respect pour le peuple juif et ses traditions, un message d’humilité venant de quelqu’un qui ne connaît pas les traditions juives parce qu’il ne les a pas étudiées, un message de soutien chaleureux au peuple juif et à Israël.

Ce type de message ne pourrait pas venir d’Obama, je le sais fort bien. J’ai analysé ici le rôle que celui-ci a joué dans l’isolement d’Israël au Proche-Orient et dans la diabolisation graduelle d’Israël. J’ai souligné ses tentatives incessantes de déstabiliser le gouvernement israélien.

Le message d’Obama pour Rosh Hashanah est non seulement cuistre, arrogant et indécent, il est aussi hypocrite. Après avoir soufflé sur les braises de la haine envers Israël et les Juifs, il pousse Israël et les Juifs à la « réflexion » et à la « réconciliation ». Il les place dans leur tort tout en prétendant se situer de leur côté.

C’est hideux, et ce n’est pas la première fois qu’Obama parle ainsi. En juillet 2009, quelques jours après le sinistrement célèbre discours du Caire, Obama avait convoqué les dirigeants de la communauté juive américaine et les avait incité à « procéder à un sérieux examen de conscience ». En mars 2011, il avait renouvelé l’opération et avait cette fois appelé les dirigeants de la communauté juive américaine à « chercher dans leurs âmes » où se trouvait la « volonté de paix d’Israël ».

C’est d’autant plus hideux qu’au moment où ce message a été diffusé, des slogans antisémites et génocidaires à l’attention d’Israël sont vociférés par les djihadistes anti-américains qui s’excitent dans vingt pays musulmans. Un ami me demandait récemment de trouver un point positif dans ce qu’a dit ou fait Obama depuis quatre ans. J’ai réfléchi plusieurs minutes. Je ne suis parvenu à en trouver aucun. Peut-être aurais-je dû en citer un : Obama joue beaucoup au golf. Pendant qu’il tape dans une balle de golf, il ne peut faire de mal à personne, et encore : d’autres gens qu’il a nommés agissent pour lui. S’il pouvait se consacrer entièrement au golf dans quelques semaines, sans que plus personne ne puisse agir pour lui, ce serait un bienfait.

Si je devais formuler un vœu pour la nouvelle année juive, ce serait celui-ci : qu’Obama devienne joueur de golf à plein temps très bientôt. Si je devais formuler un autre vœu, ce serait que les électeurs juifs américains votent en masse pour quelqu’un d’autre qu’Obama. Mitt Romney, par exemple.

Sinon, j’adresse mes vœux les plus respectueux, les plus humbles et les pus chaleureux à tous mes amis juifs et à Israël pour l’année qui va commencer.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Guy Millière pour www.Dreuz.info

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz