Publié par Jean-Patrick Grumberg le 6 septembre 2012

C’est sur France Inter, le 24 août dernier, lors de l’émission Le Téléphone sonne (1) que la ministre de la culture chargée de la réécriture de l’histoire de France et de la mise en œuvre de la disparition de l’identité Française, au profit d’un multiculturalisme essentiellement tiers-mondiste qui peine à prouver le moindre bénéfice (à part pour le Maghreb et l’Afrique), a déclaré : le projet coûte trop cher et il est « contestable idéologiquement ».

Il n’y a pas lieu de créer un musée de l’Histoire de France, puisque le socle sur lequel elle s’appuie – la nation – n’existe pas, explique Hélène Terrom dans Causeur (2) avec raison.

Hélène Terrom: La vision idéologique de l’Etat-nation se légitime par l’histoire. Bref, au cas où vous ne l’auriez pas compris, Il ne saurait y avoir d’Histoire de France puisque la nation n’est pas un objet mais une construction idéologique.

Vous aimez cet article ? Inscrivez à notre newsletter quotidienne pour recevoir les nouveaux articles de Dreuz, tous les jours en fin d’après-midi.

Hélène Terrom: Si le problème n’est pas le MHF, mais le concept même d’Histoire de France, pourquoi ne pas le dire ouvertement ? Peut-être parce que les Français, dans leur grande majorité, ne sont pas, contrairement à leurs gouvernants du moment, prêts à liquider, même au nom des oukases du vivre-ensemble, notre socle national et notre culture commune.

La partie sera dure. Déjà des idéologues sont en marche, tel Didier Raoult, sur le Point (2), qui « démontre » que le Français de souche n’existe pas puisqu’il s’agit d’un concept qui peut « servir à déguiser des termes dont l’usage est interdit par la loi ou par l’évolution des moeurs », et craint qu’il « ne serve qu’à exclure ceux que l’on ne veut pas comme Français… »

D’ailleurs pour Raoult l’affaire est entendue, et c’est tout juste si la France existe : « Il est d’abord bien difficile de définir géographiquement ce qu’est la France. En effet, ses frontières n’ont cessé de changer au cours des siècles. »

Marché africain – apport culturel ?

Le diable relativiste est l’incarnation du mal, et il se nourrit des plus faibles.

Reproduction autorisée, et même vivement encouragée, avec la mention suivante et impérativement le lien html ci dessous :
© Jean-Patrick Grumberg pour www.Dreuz.info

(1) http://www.franceinter.fr/player/reecouter?play=436227

(2) http://www.causeur.fr/aurelie-fillipetti-enterre-la-mhf,18927
(3) http://www.lepoint.fr/invites-du-point/didier_raoult/le-francais-de-souche-n-existe-pas-23-08-2012-1498404_445.php

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous

81
0
Merci de nous apporter votre commentairex
()
x
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz