FLASH
[19/10/2017] Ariane Fornia, fille d’Eric Besson, accuse l’ex-ministre Pierre Joxe d’agression sexuelle  |  Wolf Blitzer (CNN) est le 1er journaliste de gauche à évoquer le scandale Clinton/ Obama/ Uranium depuis sa révélation il y a 24 heures  |  [18/10/2017] France : 54% des condamnés pour jihad en 2014 auront purgé leur peine et seront libres en 2020 de faire devinez quoi!  |  Israël élu à la tête du COPUOS, le comité pour un usage pacifique de l’espace de l’ONU  |  JP Grumberg: Proverbe Yiddish pour les gens de gauche : ce que tu ne vois pas avec tes yeux, ne l’invente pas avec ta bouche  |  Israël attentat : un colon arabe palestinien a foncé sur des soldats israéliens avec un couteau à Gush Etzion. Terroriste blessé  |  Les constructions juives en Judée Samarie reçoivent une couverture média mondiale. L’abandon mondial du nationalisme Kurde, rien  |  Perquisition au siège du MoDem dans le cadre de l’enquête sur les emplois fictifs des assistants parlementaires européens  |  [17/10/2017] Israël refuse tout dialogue avec un gouvernement palestinien d’union avec des terroristes du Hamas  |  Grande-Bretagne : le patron du Mi5 prévient que le danger terroriste va exploser en intensité  |  Catalogne : 691 entreprises ont délocalisé leur siège social  |  Projet d’attentat par des terroristes ultra-droite: Mélenchon, Castaner et ds mosquées étaient visés selon LCI  |  10 activistes d’extrême droite qui préparaient une attaque arrêtés par la police  |  Effet Trump: la bourse franchit les 23000 points pour la 1ere fois de ses 121 années d’existence  |  Trump : « on m’a demandé si Hillary Clinton se présentera en 2020. J’ai répondu : ‘j’espère que oui !’  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Jean-Patrick Grumberg le 12 octobre 2012

Florence Lamblin, élue EELV et adjointe au maire du 13e, a été mise en examen pour blanchiment en bande organisée et association de malfaiteurs dans le cadre d’une très grosse affaire de blanchiment d’argent de la drogue.

Je suivais cette affaire depuis plusieurs jours, lorsqu’Europe 1, il y a à peu près une heure, a publié le nom de l’élue parisienne impliquée dans le réseau. La presse française, au moment d’écrire ces lignes, n’a pas encore connaissance des détails que nous publions ci-dessous.

400 0000 € en liasses de billets au domicile de l’adjointe au maire du 13e

400 000 € en liasses de billets ont été retrouvés à son domicile, qui vient d’un immense trafic de stupéfiants, portant sur 8 tonnes de cannabis seulement sur les 6 derniers mois, représentant 40 millions d’euros de bénéfice.

Argent saisi chez l’élue EELV

Vous aimez cet article ? Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les nouveaux articles de Dreuz, une fois par jour en fin d’après-midi.

Le Parquet de Paris s’était discrètement saisi d’une enquête, en avril 2012, initiée en février de la même année à Nanterre, concernant un vaste trafic de cannabis provenant du Maroc, qui alimentait l’Espagne et la région parisienne.

Dix sept personnes ont été arrêtés hier matin vers 6 heures par le juge d’instruction français Baudoin Thouvenot dans le cadre de cette affaire instruite par la JIRS de Paris.

Un million d’euros, six lingots d’or, des voitures, des gilets pare-balles et des armes ont été saisis.

Outre les 400 000 € retrouvés au domicile de la maire adjointe du 13e, les autres perquisitions ont permis aux inspecteurs de saisir un million d’euros, six lingots d’or (41 000 € la pièce), des voitures, des scooters, deux photos de Helmut Newton estimées à un plus d’un million chacune, des gilets pare-balles et des armes.

Le produit des ventes était « réinjecté dans une machinerie complexe de blanchiment d’argent », a précisé le Parquet de Paris. Selon lui, « les flux financiers sont considérables: il apparaît qu’uniquement entre mai et octobre 2012, près de 12 millions d’euros ont ainsi été collectés » dans le cadre de ce réseau d’une « ampleur inédite ».

Voilà pour le volet français. 

—–

Coté suisse, à Conches, au domicile du cerveau suisse présumé, les enquêteurs ont mis la main sur environ 1,1 million de francs suisses dans une chambre forte dissimulée derrière une simple penderie, des liasses de dollars d’euros et de francs, 160 montres de luxe, et des bijoux évalués à près de 3 millions d’euros. Les magistrats ont également séquestré des centaines de milliers de francs suisses sur des comptes dans plusieurs banques établies dans le canton.

Membres de la section des affaires complexes, les procureurs Yves Bertossa, Claudio Mascotto, Marc Tappolet et Jean-Bernard Schmid pensent que ces fonds, appartenant notamment aux suspects, ainsi que les valeurs séquestrées, proviennent de ce trafic de cannabis, qui dure depuis plusieurs années.

La société soupçonnée de blanchiment d’argent perquisitionnée mercredi était très bien implantée et très respectée dans le domaine de la gestion financière. Fondée en 1977, elle s’était implantée au coeur de la Genève internationale et employait six personnes enregistrées au registre du commerce. Trois d’entre elles, dont le directeur de la société, ont été appréhendées par la police. Il s’agit de membres de la communauté juive marocaine, domiciliés depuis des années dans les quartiers huppés de Genève, et de cadres de la banque HSBC qui a servi de plateforme de blanchiment. Un de ses employés, un gestionnaire de fortune qui est aussi le frère du directeur de la société aujourd’hui sous enquête, a été arrêté.

La stratégie de blanchiment du réseau auquel l’élue EELV appartenait : 

  • Lorsqu’elle avait besoin de liquide, la maire adjointe appelait la société financière en Suisse, tenue par les marocains. Quelques heures plus tard, un livreur lui apportait la somme, en cash, dans un café.
  • En échange de la mise à disposition du compte en Suisse, l’élue disposait alors de grosses sommes d’argent provenant du blanchiment
  • L’argent de la drogue était ensuite remis à des cadres parisiens : avocats, chefs d’entreprise, publicitaires etc. tous titulaires d’un compte bancaire en Suisse.
  • En échange du liquide, une somme équivalente était prélevée sur leurs comptes, et transférée à des sociétés offshore jusqu’au Panama.
  • A l’arrivée, des millions d’euros étaient investis dans l’immobilier au Maroc. Fin de la boucle, l’argent de la drogue revenait aux organisateurs du trafic.
  • Ensuite, les protagonistes cachaient leurs agissements grâce à la confection de faux documents comptables. Ces derniers donnaient à ce vaste trafic international de stupéfiants des allures de business respectable et légal.

Le premier procureur suisse, Yves Bertossa, évoque « un mécanisme qui permettait de camoufler tout lien entre le trafic de drogue en France et le recyclage de son produit en Suisse ». Et d’ajouter qu’une des trois personnes interpellées hier à Genève est l’employé d’une grande banque internationale de la place abritant un des comptes séquestrés par la justice.

En Suisse, deux personnes ont été incarcérées en fin de semaine, la durée de leur détention provisoire à la prison de Champ-Dollon est de trois mois, et l’enquête internationale continue.

—–

Famille marocaine

La justice genevoise confirme que la drogue aurait été importée du Maroc en France via l’Espagne pour y être ensuite vendue à grande échelle. Les principaux protagonistes suspectés d’avoir organisé ce réseau sont « des citoyens suisses de Genève et français de Paris », appartenant à une même famille d’origine marocaine, explique le communiqué du Ministère public genevois.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour www.Dreuz.info

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz