FLASH
[23/10/2017] Sinaï : L’Etat islamique a capturé 3 membres du Hamas qui creusaient un tunnel terroriste  |  La télévision locale catalane TV3 refuse la mise sous tutelle de Madrid  |  [22/10/2017] Trump aux Européens : « ne nous soutenez pas contre l’Iran, continuez à faire des affaires avec eux, vous avez besoin de cet argent »  |  46% des Américains pensent que les médias fabriquent entièrement des histoires au sujet de Donald Trump. Combien en France le savent?  |  Interrogée au point de passage que la gauche veut supprimer, 1 arabe palestinienne a avoué vouloir commettre un attentat en Israël  |  [21/10/2017] Tchéquie : Libéraux populistes (Babis) 30,7%, Extrême droite SPD 11%, Conservateurs ODS 10,6%  |  Élections tchèques : le milliardaire populiste anti-migrants Babis largement devant  |  Trump va rendre publiques les archives sur la mort de Kennedy – la CIA veut les garder secrètes 20 ans de plus  |  Espagne : le gouvernement prévoit la destitution du président catalan Puigdemont dans les 6 mois  |  Espagne : Le gouvernement suspend l’autonomie de la Catalogne (application article 155)  |  L’Assemblée a voté la suppression de la taxe d’habitation pour 80% des ménages d’ici 2020 : ça va coûter très cher aux Français  |  Israël a tiré sur les positions de l’artillerie syrienne après 5 roquettes tirées sur le Golan  |  Elus du personnel : leur nombre devrait baisser nettement dans les grandes entreprises (enfin)  |  Egypte : 58 policiers tués lors d’un attentat de l’organisation Hasm à Giza au sud du Caire  |  #Allemagne : plusieurs personnes ont été blessées dans une attaque de couteau à Munich  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Jean-Patrick Grumberg le 21 octobre 2012

Les funérailles du général Wissam al-Hassan, qui est mort dans un attentat à la voiture piégée vendredi après-midi dans le centre de Beyrouth a tourné à l’émeute, cet après midi à Beyrouth.

Les manifestants, qui réclamaient la démission du gouvernement, ont envahi le centre de Beyrouth au milieu des gaz lacrymogènes, jets de pierres et l’éclatement de coups de feu tirés par les forces de sécurité.

Ils se sont dirigés vers le bureau du premier ministre, Najib Mikati, qui a remis sa démission au président, Michel Sleiman, samedi, mais a accepté de rester en poste jusqu’à ce qu’un gouvernement d’union nationale soit formé.

Alors que les manifestants tentaient d’escalader une série de clôtures et des barbelés entourant le bâtiment, les forces de sécurité ont eu recours aux gaz lacrymogènes et à quelques tirs sporadiques pour protéger le bâtiment du gouvernement.

L’opposition politique au Liban a appelé les manifestants à utiliser les funérailles du général Wissam al-Hassan comme une opportunité pour protester contre le soutien du gouvernement actuel au régime syrien.

Vous aimez cet article ? Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les nouveaux articles de Dreuz, une fois par jour en fin d’après-midi.

Plusieurs politiciens de l’opposition ont directement accusé la Syrie d’avoir assassiné Hassan parce qu’il enquêtait sur une série de complots violents et d’assassinats contre les membres de l’opposition.

« Nous sommes venus pour l’avenir du Liban, et pour montrer que nous n’avons pas peur », a déclaré Arama Fakhouri, un architecte d’intérieur de Beyrouth au milieu de la foule en liesse. Beaucoup de gens hurlaient que al-Hassan était un martyr qui a été abattu alors qu’il tentait de protéger le Liban.

Al-Hassan, 47 ans, était un adversaire puissant de la Syrie au Liban. Il avait dirigé une enquête durant l’été qui avait conduit à l’arrestation de l’ancien ministre de l’Information Michel Samaha, un des hommes politiques libanais le plus fidèle de la Syrie au Liban.

Avant l’enterrement, une cérémonie commémorative a été célébrée en présence de représentants du gouvernement et de la femme de Hassan, Anna, ses deux fils, Majd et Mazen et ses parents.

Avant le bombardement de vendredi, la guerre civile en Syrie a déclenché des vagues de violence au Liban, et aggravé les tensions entre partisans et opposants du président Bachar al-Assad.

Cette attaque fait augmenter les craintes que le Liban pourrait replonger dans le cycle de violence sectaire qui l’ont hanté pendant des décennies.

Dans le contexte, le Hezbollah est fortement affaibli, car il est de plus en plus regardé comme une force prête à détruire le Liban pour protéger les intérêts syriens, et non plus comme le rempart contre Israël.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour www.Dreuz.info

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz