FLASH
[18/10/2017] France : 54% des condamnés pour jihad en 2014 auront purgé leur peine et seront libres en 2020 de faire devinez quoi!  |  Israël élu à la tête du COPUOS, le comité pour un usage pacifique de l’espace de l’ONU  |  JP Grumberg: Proverbe Yiddish pour les gens de gauche : ce que tu ne vois pas avec tes yeux, ne l’invente pas avec ta bouche  |  Israël attentat : un colon arabe palestinien a foncé sur des soldats israéliens avec un couteau à Gush Etzion. Terroriste blessé  |  Les constructions juives en Judée Samarie reçoivent une couverture média mondiale. L’abandon mondial du nationalisme Kurde, rien  |  Perquisition au siège du MoDem dans le cadre de l’enquête sur les emplois fictifs des assistants parlementaires européens  |  [17/10/2017] Israël refuse tout dialogue avec un gouvernement palestinien d’union avec des terroristes du Hamas  |  Grande-Bretagne : le patron du Mi5 prévient que le danger terroriste va exploser en intensité  |  Catalogne : 691 entreprises ont délocalisé leur siège social  |  Projet d’attentat par des terroristes ultra-droite: Mélenchon, Castaner et ds mosquées étaient visés selon LCI  |  10 activistes d’extrême droite qui préparaient une attaque arrêtés par la police  |  Effet Trump: la bourse franchit les 23000 points pour la 1ere fois de ses 121 années d’existence  |  Trump : « on m’a demandé si Hillary Clinton se présentera en 2020. J’ai répondu : ‘j’espère que oui !’  |  Daphne Caruana Galizia, qui a révélé les Panama Papers, a été tuée par une bombe plantée près de sa voiture  |  [16/10/2017] Israël va construire 1600 logements dans la partie Est de la capitale Jérusalem  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Jean-Patrick Grumberg le 23 octobre 2012
Chantier de la mosquée

Pour occuper la mosquée, les jeunes de génération identitaire ont apporté avec eux un groupe électrogène. Pourquoi s’encombrer d’un si lourd et si encombrant attirail ?

Parce que la mosquée est en cours de construction, évidemment, et qu’elle n’a pas l’électricité.

Le site de la nouvelle république (1) le confirmait, le 1er juin 2012, et citait l’imam de Poitiers, Boubaker El Hadj Amor, expliquant qu’il manquait environ 600 000€ pour « pour deux chantiers qu’on ne peut pas découper en tranches et qu’on ne peut pas effectuer nous-mêmes pour des raisons évidentes de sécurité : chauffage et ventilation, électricité et réseaux ».

Ainsi donc la mosquée n’a pas de chauffage, pas de ventilation, pas d’électricité, ni de panneaux lumineux pour signaler les issues de secours, pas d’extincteurs, pas de plan d’évacuation…

Bref, elle ne remplit pas les conditions de sécurité prévues par le règlement ERP (établissements recevant du public) selon les articles L 123-1 et suivants, et les articles R123-1 et suivants du Code de la construction et de l’habitation (2) pour les bâtiments de la catégorie V (établissement de culte) catégorie 1 à 5 selon la capacité d’accueil (300 à plus de 1500 personnes).

Vous aimez cet article ? Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les nouveaux articles de Dreuz, une fois par jour en fin d’après-midi.

Pourtant les jeunes de génération identitaire sont accusés d’avoir volé des tapis de prière.

Des tapis de prière dans un local qui n’a pas le droit de recevoir du public ?

Dans une interview donnée à France 3, l’imam confirme « les jeunes ont empêché l’office du matin ».

Le code de la construction prévoit que le maire, le représentant de l’état dans le département, et la commission de sécurité ont pour obligation de contrôler le respect de la règlementation avant l’ouverture au public d’un ERP. Les services de police et de gendarmerie peuvent également vérifier la régularité de la situation administrative de l’établissement, et relever des infractions aux règles de sécurité.

La mosquée en chantier recevait du public irrégulièrement et ni le maire, ni le représentant de l’état, ni la commission de sécurité, ni la police, ni la gendarmerie n’ont réagi ? L’Etat n’a t-il pas manqué à ses responsabilités ?

L’article R*152-6 du Code de la construction puni « l’exploitant qui ouvre un établissement au public sans les visites de contrôle prévues à l’article R. 123-45, 2e alinéa, sans l’autorisation d’ouverture prévue à l’article R. 123-46. Dans ces deux cas, l’amende est appliquée autant de fois qu’il y a de journées d’ouverture sans visite de contrôle, sans autorisation ou sans déclaration d’ouverture. »

Infraction de 5e catégorie, la peine d’amende peut aller jusqu’à 1 500 € par journée d’ouverture, et de peines restrictives ou privatives de droit (par exemple : suspension du permis de conduire, interdiction de voter, interdiction d’exercer une profession).

Ma confiance sans borne dans la justice me fait dire que le juge d’instruction qui a eu la main si lourde contre les jeunes de génération-identitaire, aura a cœur de demander une enquête, et d’être aussi sévère avec les exploitants qui ont mis la vie des musulmans en danger en les invitant à se réunir dans un chantier interdit au public.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour www.Dreuz.info

(1) http://www.lanouvellerepublique.fr/Vienne/Actualite/24-Heures/n/Contenus/Articles/2012/06/01/La-mosquee-de-Poitiers-attend-son-financement
(2) http://www.developpement-durable.gouv.fr/Etablissements-recevant-du-public,13420.html

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz