Publié par Michel Garroté le 19 novembre 2012

Michel Garroté, réd en chef – Cela se passe en France le lundi 19 novembre 2012. La cour d’appel de Toulouse relaxe Houria Bouteldja qui était poursuivie pour injure raciale. Elle avait été assignée en justice après avoir employé le terme souchiens (sous-chiens) pour désigner les Français de souche. Malgré les réquisitions du parquet général qui, lors du procès du 15 octobre dernier, avait demandé une peine d’amende d’avertissement contre cette femme, les juges de la cour d’appel confirment aujourd’hui sa relaxe prononcée en première instance, en janvier 2012, par le tribunal correctionnel de Toulouse.

Toulouse : la ville où depuis peu on assassine à nouveau les Juifs.

Houria Bouteldja est pourtant une femme raciste envers les blancs, raciste envers les Français, christianophobe, judéophobe et israélophobe.

Dois-je rappeler que récemment, sur le plateau télévisé de l’émission ‘Ça vous regarde’, plateau intitulé pour l’occasion ‘l’Antisémitisme : le retour des vieux démons ?’, Houria Bouteldja, porte-parole des Indigènes de la république, a allégué que l’antisémitisme et le sionisme seraient « absolument indissociables » parce que « malheureusement, qui sont invités sur les plateaux de télé ? Les Juifs sionistes, jamais les Juifs antisionistes ! ». Elle allègue donc que les Juifs « sionistes » seraient, selon elle, à l’origine de l’antisémitisme. Or, force est de constater que Houria Bouteldja n’a pas dit et ne dit toujours pas la vérité.

Ainsi, depuis le début du conflit Gaza / Israël actuellement en cours, les médias français et les dirigeants français, dans 99% des cas, y compris, hier, Laurent Fabius, font de la propagande pro-Hamas, alors que les USA, le Canada, l’Australie, l’Allemagne, la Pologne et la Grande-Bretagne ont incriminé l’agression islamiste.

En fait, les Juifs invités sur les plateaux de la télévision française ne sont ni sionistes, ni pro-israéliens, ni même amis du peuple juif israélien. Les Juifs invités sur les plateaux de la télévision française, bien au contraire, se font un plaisir masochiste, de critiquer la culture et la religion juive, de critiquer Israël et son gouvernement.

Ou alors, ils ne disent strictement rien sur leur appartenance au peuple juif, allant jusqu’à déclarer qu’ils sont athées, républicains, socialistes, et, à tenter de sauver leur job, que cela soit à l’usine, au bureau, dans la confection, dans le journalisme ou dans le showbiz. Car figurez-vous que les Juifs Français ne sont pas tous journalistes ou acteurs ; mais au contraire, la plupart d’entre eux sont de simples citoyens, travaillant dur pour gagner peu ; ceux-là non plus, ne passent pas à la télé française.

De plus, les chaînes de télévision françaises n’invitent jamais Michel Gurfinkiel et n’invitent que très rarement Gilles William Goldnadel ; sans doute parce qu’ils sont Juifs, tout simplement, et non pas, Juifs alter-juifs israélophobes ; au fond, un Juif qui n’est pas un antisioniste viscéral est considéré automatiquement comme un « sioniste ».

Ces chaînes de télévision n’invitent pas non plus les non-juifs amis du peuple juif en Israël et amis du peuple juif en diaspora. On ne peut qu’en conclure que, oui, l’antisémitisme, notamment celui des gauchisants, est présent en France ; et que si les vieux démons sont bien de retour, on les repère essentiellement dans l’aile gauche du parti socialiste, dans les partis gauchistes, et, accessoirement, dans certaines des mouvances situées à la droite de l’UMP.

Reproduction autorisée

Avec mention www.dreuz.info

Et le cas échéant les sources citées

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz