Publié par Michel Garroté le 23 novembre 2012

Michel Garroté, réd en chef – Six navires russes – dont le croiseur Moskva, le patrouilleur Smetlivyi ainsi que les navires de débarquement Novotcherkassk et Saratov – ont reçu l’ordre de se positionner dans la partie orientale de la mer Méditerranée, officiellement « pour une possible évacuation des citoyens russes de la bande de Gaza en cas d’escalade du conflit israélo-palestinien », affirme une source militaire au sein du commandement central de la Marine russe. Ce positionnement militaire russe intervient malgré l’entrée en vigueur du cessez-le-feu entre Israël et le Hamas.

Hier jeudi, le ministère russe de la Défense a affirmé que six navires devraient accoster dans la base russe établie près de la ville portuaire syrienne de Tartous, située entre Damas et la frontière turque. « L’évacuation des Russes de Gaza » ressemble à une plaisanterie. Et l’on est en droit de supposer que l’arrivée de six navires russes en Syrie est en réalité une réponse anticipée à l’éventuel déploiement de missiles Patriot en Turquie près de la frontière syrienne.

En effet, à propos de ce déploiement, le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov a déclaré ce vendredi : « Plus on accumule d’armes, plus elles risquent d’être utilisées. Toute accumulation d’armes crée des risques et tente probablement ceux qui voudraient avoir recours de manière plus active à la force. Toute accumulation d’armes crée le risque qu’une provocation ne déclenche un conflit armé grave ».

Sergueï Lavrov s’est entretenu ce vendredi au téléphone avec le secrétaire général de l’OTAN, Anders Fogh Rasmussen et lui a exprimé son inquiétude. Rappelons qu’un porte-parole de la diplomatie russe a quant à lui mis en garde hier jeudi contre la militarisation de la frontière turco-syrienne. Le régime islamiste turc a demandé avant-hier mercredi le déploiement de missiles Patriot par des pays membres de l’Otan le long de sa frontière avec la Syrie. Obama et Hollande se sont dits favorables à cette demande…

Enfin, notons qu’à peine le « cessez-le-feu » (on sait par expérience ce que cela signifie dans la bouche des ennemis jurés d’Israël) est-il entré en vigueur, et voici qu’une importante agence de presse russe publie une infographie des différents scénarios de frappes préventives israéliennes contre le nucléaire offensif des ayatollahs iranien. Chacun interprétera comme il le voudra le fait que les officines de Poutine publient cela précisément maintenant. Notons tout de même que la Russie voit d’un mauvais œil les ingérences – en Syrie – du Qatar, de l’Egypte et de la Turquie, trois pays islamiques.

Poutine n’est pas notre plus grand allié.

Il n’est pas non plus notre plus grand ennemi…

Reproduction autorisée

Avec mention www.dreuz.info

Et le cas échéant les sources citées

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz