FLASH
[18/10/2017] France : 54% des condamnés pour jihad en 2014 auront purgé leur peine et seront libres en 2020 de faire devinez quoi!  |  Israël élu à la tête du COPUOS, le comité pour un usage pacifique de l’espace de l’ONU  |  JP Grumberg: Proverbe Yiddish pour les gens de gauche : ce que tu ne vois pas avec tes yeux, ne l’invente pas avec ta bouche  |  Israël attentat : un colon arabe palestinien a foncé sur des soldats israéliens avec un couteau à Gush Etzion. Terroriste blessé  |  Les constructions juives en Judée Samarie reçoivent une couverture média mondiale. L’abandon mondial du nationalisme Kurde, rien  |  Perquisition au siège du MoDem dans le cadre de l’enquête sur les emplois fictifs des assistants parlementaires européens  |  [17/10/2017] Israël refuse tout dialogue avec un gouvernement palestinien d’union avec des terroristes du Hamas  |  Grande-Bretagne : le patron du Mi5 prévient que le danger terroriste va exploser en intensité  |  Catalogne : 691 entreprises ont délocalisé leur siège social  |  Projet d’attentat par des terroristes ultra-droite: Mélenchon, Castaner et ds mosquées étaient visés selon LCI  |  10 activistes d’extrême droite qui préparaient une attaque arrêtés par la police  |  Effet Trump: la bourse franchit les 23000 points pour la 1ere fois de ses 121 années d’existence  |  Trump : « on m’a demandé si Hillary Clinton se présentera en 2020. J’ai répondu : ‘j’espère que oui !’  |  Daphne Caruana Galizia, qui a révélé les Panama Papers, a été tuée par une bombe plantée près de sa voiture  |  [16/10/2017] Israël va construire 1600 logements dans la partie Est de la capitale Jérusalem  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Jean-Patrick Grumberg le 7 décembre 2012

« Nous utiliserons tous les moyens nécessaires pour faire tomber le régime », a averti Ahmed Dewedar, 25 ans, un manifestant qui campe sur la place Tahrir. « Il n’y aura pas de stabilité tant que nos demandes ne seront pas satisfaites. »

Des milliers de manifestants se sont rassemblés devant le palais présidentiel au Caire vendredi pour mettre fin aux pouvoirs dictatoriaux du Président Mohamad Morsi, et pour faire annuler le vote d’une constitution qui lui donnera tous les pouvoirs. Des affrontements entre les manifestants et les Frères musulmans ont eu lieu dans tout le pays.

Les affrontements entre partisans et adversaires de Morsi ont continué tout au long de vendredi soir, à la sortie des mosquées dans de nombreuses provinces du pays et la sécurité avait été renforcée devant le Palais présidentiel.

Nous voulons voir la chute du régime »

Les manifestants, rassemblés pacifiquement, hurlaient « nous voulons voir la chute du régime ». Des scènes de violence comme au début de la semaine étaient craintes si les partisans de Morsi s’étaient déplacés en force pour faire une contre-manifestation.

Vous aimez cet article ? Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les nouveaux articles de Dreuz, une fois par jour en fin d’après-midi.

Mercredi, sept personnes sont mortes et plus de 600 personnes ont été blessées dans des affrontements sanglants.

Jeudi, l’armée interdisait l’accès à la place devant le palais présidentiel. Les troupes ont déployées des barricades de barbelés qui bloquaient l’accès.

Morsi et les Frères musulmans d’un coté, et l’opposition largement laïque de l’autre, campent sur leurs positions, ce qui laisse craindre une nouvelle escalade de la crise.

Dans son discours de jeudi dernier, Morsi a cherché à présenter les éléments de l’opposition comme des « voyous » alliés à des hommes forts de l’ancien régime, tandis que les démocrates affirment à juste raison que Morsi est un pire dictateur que Hosni Moubarak, et qu’il n’a été renversé par le soulèvement de février 2011 pour aggraver la situation mais pour la rendre plus vivable.

Il y a deux semaines, Morsi a publié un décret qui lui donne des pouvoirs très étendus et le met à l’abri de tout recours judiciaire, et pour contourner le rejet de son projet de constitution, il a promis de faire valider par un référendum, le 15 Décembre prochain, une constitution rédigée par un groupe islamiste.

Samedi dernier, la coalition du Front de salut national refusait le dialogue avec lui et l’accusait de « diviser les égyptiens entre les partisans de sa légitimité et ses adversaires, qu’il appelle « voyous ». »

L’opposition considère que le décret est une prise de pouvoir autoritaire, et le projet de constitution une tentative d’annuler les fondements laïques de l’Egypte en faveur des aspirations islamiques.

Les manifestants du Caire ont déclaré qu’ils étaient déterminés à arrêter Morsi.

Les manifestations de cette semaine sont les plus importantes depuis la prise du pouvoir par Morsi en Juin. Les combats de rue rappellent la tourmente qui a accompagné le renversement de Moubarak.

Au moins quatre des conseillers de Morsi ont donné leur démission, et la bourse du Caire s’est écroulée, tandis que les Etats-Unis et l’Union européenne ont appelé au dialogue pour résoudre la crise.

Le président américain Barack Obama a exprimé sa « profonde préoccupation » dans un appel à Morsi jeudi.

Navi Pillay, présidente des Droits de l’homme de l’ONU, a critiqué le projet de constitution et « la façon dont le processus a été court-circuité, » et a ajouté que « les gens ont raison d’être très inquiets. »

Elle a souligné que la constitution projetée ne défend pas les droits de l’homme, ne respecte pas l’égalité des sexes, fait primer la charia, et donne au président un « pouvoir excessif » sur le judiciaire.

On se souvient de la tirade angélique d’Alain Jupé qui expliquait la compatibilité de « l’islam modéré » des Frères musulmans avec la démocratie 😉

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour www.Dreuz.info

 

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz