Publié par Jean-Patrick Grumberg le 22 décembre 2012

imgres

La justice a mis un terme jeudi au placement provisoire en rétention de sûreté d’un pédophile à fort risque de récidive.

Pourquoi Mme Taubira a-t-elle demandé la libération d’un homme qui, ayant violé ses enfants en 1997, ayant été condamné à 18 ans de prison, a outrepassé son interdiction d’entrer en contact avec des mineurs et de fréquenter des débits de boisson alors qu’il avait été libéré sous surveillance ?

Pourquoi Mme Taubira a-t-elle demandé la libération d’un violeur qui, ayant enfreint en septembre et novembre dernier l’obligation de ne pas approcher des mineurs, a été placé le 9 novembre en rétention de sûreté provisoire à Fresnes.

Pourquoi Mme Taubira a-t-elle demandé la libération d’un pédophile que les magistrats ont considéré, lors de l’audience du 13 décembre dernier, comme représentant, je cite les termes de l’audience : un fort « risque de récidive » car il possède « les structures d’un pédophile notoire » ?

« La Juridiction régionale de sûreté a mis fin jeudi au placement en centre de rétention de sûreté ordonné le 9 novembre 2012, mais a renforcé la surveillance de sûreté prononcée le 22 mai jusqu’au 22 mai 2014 par le placement sous surveillance électronique mobile », a indiqué le parquet général de la cour d’appel de Douai (Nord). « La juridiction a suivi l’avis de la Commission pluridisciplinaire des mesures de sûreté », précise le parquet.

Vous aimez cet article ? Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les nouveaux articles de Dreuz, une fois par jour en fin d’après-midi.

La garde des Sceaux, Christiane Taubira, avait annoncé le 8 décembre qu’un texte de loi était en préparation pour supprimer la rétention de sûreté.

Les parents de petites filles et d’adolescentes du nord de la France vont devoir s’organiser pour protéger leurs filles dans les rues. Mme la ministre Taubira dira peut-être qu’il s’agit de craintes populistes, laissez-la parler, et protégez vos filles.

Chez moi aux Etats Unis, lorsqu’un violeur s’installe dans un quartier, la loi (Megan’s Law) prévoit que le public en soit informé et possède libre accès à la liste des délinquants sexuels et de leurs adresses.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour www.Dreuz.info

http://www.leparisien.fr/faits-divers/la-justice-annule-la-retention-de-surete-d-un-homme-condamne-pour-viols-sur-mineurs-21-12-2012-2426231.php

 

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous

46
0
Merci de nous apporter votre commentairex
()
x
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz