Publié par Jean-Patrick Grumberg le 20 décembre 2012

salafistes tunisiens

Un réseau de salafistes tunisiens, également appelés djihadistes, envoie des jeunes tunisiens endoctrinés et entrainés combattre en Syrie.

« Ces jeunes salafistes partent faire le djihad en Syrie où ils combattent l’Etat et l’armée à la fois » selon Omyeh Ben Mohamad Noreddine, mère de l’un de ces terroristes. « Ce phénomène s’est amplifié en Tunisie. Mon fils n’a que 25 ans et il est étudiant en troisième année d’histoire. il a quitté la maison le 3 décembre et il n’est plus revenu », poursuit-elle.

Vous aimez cet article ? Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les nouveaux articles de Dreuz, une fois par jour en fin d’après-midi.

Selon l’ONU, 40% des terroristes en action en Syrie contre le régime de al Assad, dont ceux qui ont été officiellement reconnus comme représentants légitimes du peuple syrien par le gouvernement français, sont des non syriens.

Bien que la Tunisie a acquis de longue date la réputation d’être l’un des pays arabes les plus modéré et tolérant, le régime syrien s’était adressé à l’ONU en mai dernier pour leur donner les noms de 26 terroristes d’al Qaida qu’il avait capturé. 19 d’entre eux étaient tunisiens, confirmant que sous la surface des plages touristiques a toujours existé un fort courant d’islamistes radicaux.

“L’extrémisme est le fruit de la dictature”, explique Sami Brahim, qui étudie les mouvements islamistes, et explique que beaucoup sont devenus très religieux et se sont tournés ver le djihad à la faveur des répressions de l’ancien régime. “Ces jeunes sont les victimes de la dictature”, conclut-il.

Des documents découverts en Iraq par les américains indiquent que beaucoup de tunisiens étaient partis en Iraq pour combattre dans les rangs d’al Qaida. Des listes détaillées montrent que sur environ 600 djihadistes repérés dans la région de Sinjar en Iraq, les tunisiens représentaient le plus grand nombre derrière les jeunes libyens et saoudiens.

Nourreddine Jebnoun, expert tunisien au centre pour les études arabes de Georgetown, tire la sonnette d’alarme et explique que la menace tunisienne risque de devenir très sérieuse lorsque les tunisiens qui se livrent au jihad en Syrie rentreront chez eux.

“Comme pour les arabes afghans, la Tunisie (et les pays comme la France qui accueillent des tunisiens sur leur sol) doit s’attendre à une vague de combattants terroristes qui rentreront chez eux dans quelques années en possessions de “talents” terroristes nouveaux. Alors que le pays est toujours en train de négocier sa transition, il faut s’attendre à un gros cauchemar”, écrivait-il récemment dans un article.

Les médias internationaux sont encore très silencieux sur le sujet.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour www.Dreuz.info

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Si vous êtes chez Orange, Wanadoo, Free etc, ils bloquent notre newsletter. Prenez un compte chez Protonmail, qui protège votre anonymat

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous

Vérifiez votre boite de réception ou votre répertoire d’indésirables pour confirmer votre abonnement.

En savoir plus sur Dreuz.info

Abonnez-vous pour poursuivre la lecture et avoir accès à l’ensemble des archives.

Continue reading

Quitter la version mobile