Publié par Abbé Alain René Arbez le 13 décembre 2012

Attention aux clichés.

On est parfois surpris des extrapolations faites à partir du récit de la Nativité. Le placage artificiel et anachronique de campagnes idéologiques sur l’événement de la naissance d’un petit enfant de Judée nommé Yeshua risque de déformer totalement la réalité historique et le sens spirituel de l’événement.

Un enfant Jésus subitement déjudaïsé

Passons sur les récupérations d’un enfant Jésus subitement déjudaïsé, et transformé en réfugié du Moyen Orient pour reportages express. Mais des commentaires de presse intronisaient récemment l’enfant de Bethléem comme le premier nouveau-né représentant des « sans papiers ». Retournement de situation plutôt paradoxal lorsque l’on peut lire dans les évangiles que Joseph et son épouse Marie se sont rendus à Bethléem, à la demande des autorités romaines, précisément pour y décliner leur identité et se faire enregistrer le plus officiellement possible !

Le charpentier dans la Judée du 1er siècle est plutôt un homme instruit et aisé

Dans le même ordre d’idées, on a pu assister à la mythologisation de Joseph, père adoptif de Jésus, qui en tant que charpentier se retrouvait promu figure emblématique des prolétaires. A tort, car s’il est vrai que tout travailleur, même au bas de l’échelle sociale est digne de reconnaissance, on sait aujourd’hui que le statut de charpentier dans la Judée du 1er siècle est plutôt celui d’un homme instruit et aisé, qui gagne bien sa vie, car sa compétence artisanale est polyvalente dans la construction de poutraisons comme dans la fabrication de meubles et d’objets d’art, parfois même dans la taille de pierres.

Vous aimez cet article ? Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les nouveaux articles de Dreuz, une fois par jour en fin d’après-midi.

Jésus porteur d’espérance, oui, mais pas au service d’une idéologie ou d’un esprit partisan.

Conclusion : l’utilisation détournée du récit de la Nativité en confirme bien la fragilité événementielle, vulnérabilité faisant partie de la mission même assignée à Jésus. Mais nous savons que cet enfant devenu le maître de Nazareth a voulu dépasser les clivages de toutes sortes pour offrir à tous un magnifique chemin d’humanité solidaire sous le regard du Dieu d’Israël.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Abbé Alain René Arbez pour www.Dreuz.info

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Si vous êtes chez Orange, Wanadoo, Free etc, ils bloquent notre newsletter. Prenez un compte chez Protonmail, qui protège votre anonymat

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous