FLASH
[18/08/2017] Quand il y a 1 attentat en Israël, Barcelone dit « les islamistes résistent aux crimes d’Israël ». Barcelone a commis quels crimes?  |  On peut supposer que le général Kelly a exigé le départ de Steve Bannon, conseiller de Trump  |  Après les attentats, la Pologne appelle l’UE à «fermer la porte» à l’immigration  |  Steve Bannon évincé de la Maison-Blanche. Pourrait retourner à Breitbart News  |  Venezuela : l’assemblée pro-gouvernement confisque le pouvoir à l’opposition  |  Sur Facebook, la députée du Missouri dit espérer que « Trump sera assassiné ». Le gouverneur demande sa démission  |  #Finland #Turku – bien qu’il ait hurlé Allahu Akbar, la police ne dit pas (encore) « le motif est terroriste »  |  #Finlande #Turku : nouveau bilan 2 morts, 8 blessés  |  #Allemagne, #Wuppertal : selon des témoins, l’attaque au couteau (1 mort 1 blessé) est lié à une dispute, pas à un attentat  |  #Allemagne, #Wuppertal, la police ne sait pas encore s’il s’agit d’un attentat terroriste (1 mort 1 blessé grave)  |  USA : l’Ohio se propose de classer les néo-nazis comme groupes terroristes  |  #Allemagne #Elberfeld : le motif de l’attaque n’est pas connu mais ne semble pas être terroriste  |  #Allemagne #Elberfeld : attaque au couteau – 1 mort, 1 blessé  |  #Turku #Finlande : Sécurité renforcée dans les gares et aéroports, d’autres jihadistes recherchés  |  #Finlande : la police recherche d’autres suspects  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Michel Garroté le 3 janvier 2013

des paroles, des paroles...
des paroles, des paroles…

Michel Garroté, réd en chef – « Je romprai avec la Françafrique », avait promis le candidat normal Flanby Hollande (extraits ; lien en bas de page). Une promesse bien difficile à tenir par le président de la République, comme on est en train de le voir en Centrafrique. Quoi qu’elle fasse, ou ne fasse pas, la France sera tenue pour responsable de l’évolution de la situation dans ce petit pays misérable de moins de cinq millions d’habitants, où la guerre civile vient de repartir.

Face à la dégradation de la situation (attaque de l’ambassade de France, menaces éventuelles sur un millier de ressortissants européens, dont des binationaux), Paris a décidé de renforcer son dispositif militaire, qui est aujourd’hui de 600 hommes. Pour quoi faire ? C’est tout le problème. Car, en Centrafrique, la France n’a le choix qu’entre deux mauvaises solutions. Sauver le régime Bozizé, largement discrédité, en « tapant » sur les rebelles du mouvement Seleka ou laisser les choses suivre leur cours sans intervenir.

La seconde hypothèse, a priori raisonnable, semble avoir la préférence de l’Elysée. Reste que, dans ce cas, il y aura un prix à payer : l’effondrement possible du pays. Le chaos va s’installer, comme au Mali ou en RD Congo voisine. L’Etat, déjà bien virtuel, risque tout simplement de disparaître. Les violences se développeront, avec leur cortège de massacres interethniques.

Reproduction autorisée

Avec mention www.dreuz.info

Et source :

http://www.marianne.net/Centrafrique-Francafrique_a225477.html

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz