FLASH
[25/09/2018] La France refuse l’Aquarius bourré d’étrangers illégaux et suggère qu’il accoste à Malte  |  Comme l’a expliqué Trump, la Chine ne peut pas gagner son bras de fer tarifaire contre les Etats-Unis. La guerre commerciale de Trump prend une dimension militaire avec la vente d’armes de chasse à réaction à Taiwan  |  [24/09/2018] Allo tonton, pourquoi tu tousses ? A Grenoble un musulman fiché S a tenté de mettre le feu à une chapelle, car l’islam est une religion d’amour  |  Comme promis lors de l’élection, le gouvernement italien serre la vis sécuritaire et anti-étrangers illégaux  |  La Belgique est scandalisée par la libération de Noureddine C., condamné en 2007 à 30 ans de prison pour le meurtre d’une policière  |  Pendant la présidentielle, Benalla posait avec son arme pour un selfie… sans port d’armes, mais la justice n’est pas égale pour tous  |  L’Aquarius demande l’autorisation de débarquer 58 « migrants » (le vrai terme est étrangers illégaux) à Marseille  |  Sous les pressions de l’Italie, le Panama retire son pavillon à L’Aquarius  |  Ecosse : interdiction d’arborer un drapeau palestinien (ne pas se réjouir trop vite : les drapeaux israélien, catalan, du Vatican, tricolore irlandais, etc. sont également interdits)  |  Paris : Un adolescent de 17 ans tué à coups de couteau en pleine rue. Toujours le couteau…  |  Dans un nouveau sondage Fox News, le soutien du public pour Kavanaugh a chuté de 5% à 40%  |  Une seconde femme accuse Brett Kavanaugh de comportement sexuel douteux quand ils étaient étudiants  |  Marseille : Attaqués par environ 40 racailles, la police contrainte de faire feu à deux reprises pour éviter d’être lynchée  |  Censure des voix conservatrices : James Wood viré de Twitter. A qui est-ce jamais arrivé à gauche ?  |  Des pirates ont capturé 12 marins suisses au large du Nigeria  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Michel Garroté le 15 janvier 2013

croix-chrétienne-1

Michel Garroté, réd en chef – La Cour Européenne des Droits de l’Homme (CEDH) a condamné le Royaume-Uni pour discrimination envers une hôtesse de l’air de British Airways. L’hôtesse de l’air s’était vue refuser le droit d’arborer une petite croix chrétienne autour du cou.

La CEDH a estimé que les tribunaux britanniques – qui avaient débouté cette hôtesse lors de ses recours contre son employeur – n’avaient pas ménagé un juste équilibre entre son désir de vivre sa foi et la volonté de la compagnie d’imposer un code vestimentaire.

La CEDH a relevé que des employées pouvaient – à la même époque que l’hôtesse chrétienne – porter des foulards islamiques, autorisés pour les hôtesses de l’air depuis 2007. L’hôtesse chrétienne, qui avait quitté la compagnie, jusqu’au changement du règlement, survenu en 2007, quelques mois après son départ, obtient la modique somme de 2000 euros en réparation de son préjudice professionnel, économique et moral.

Autrement dit, la CEDH autorise une petite croix autour du coup, du fait qu’elle autorise, aussi, le port d’un gros foulard islamique autour de la tête.

Mais trois autres cas ont été déboutés. En effet, trois autres chrétiennes britanniques, qui étaient également victimes de discriminations dans leurs vies professionnelles, ont été déboutées.

Dans le cas d’une infirmière qui se plaignait de ne pas pouvoir porter une petite croix autour du cou durant ses heures de service, la CEDH a estimé que les raisons de sécurité invoquées par l’employeur de l’infirmière étaient plus importantes que son souhait de porter une croix.

En clair, il y a tellement de patients musulmans dans les hôpitaux occidentaux que les infirmières chrétiennes sont obligées de cacher leur foi pour des « raisons de sécurité ». La seule véritable raison de sécurité étant qu’une infirmière portant une petite croix autour du cou provoquerait des réactions violentes de la part des adeptes de la religion de paix.

Le raisonnement de la CEDH a été le même, d’une part, concernant une femme officier d’Etat civil qui ne souhaitait pas célébrer les partenariats civils entre personnes homosexuelles ; et d’autre part, concernant une femme qui souhaitait ne pas devoir conseiller les couples homosexuels au sein d’une association thérapeutique.

L’une et l’autre femme mettaient en avant leur droit à l’objection de conscience au nom de leurs convictions. Mais la CEDH a estimé que la politique de leurs employeurs visait à le garantir les droits des couples de même sexe. Quitte à bafouer la liberté religieuse.

Reproduction autorisée

Avec mention www.dreuz.info

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz