FLASH
[17/01/2018] Des Israéliens se sont rendu dans la capitale juive pour prier au Mont du Temple. Sans la présence des forces de sécurité, ils auraient été décapités aux cris d’Allahou Akbar – et l’UE veut faire croire qu’il faut partager la ville !  |  3 pays dans le monde (à part les USA), ont une rue Martin Luther King: le Sénégal, le Brésil, et Israël (King était profondément pro-israélien) – ça ne rime pas bien avec Apartheid  |  Eric Trump, votre père est-il raciste ? Mon père n’est pas raciste du tout, en fait, il ne voit qu’une seule couleur : le vert, l’économie !  |  Examen médical de Trump (par le médecin d’Obama): il ne boit pas, ne se drogue pas, ne fume pas, est en excellente santé physique et mentale – et a des gênes pour vivre 200 ans ! »  |  Pendant la nuit, Tsahal a arrêté en Judée Samarie 16 colons arabes suspectés de terrorisme  |  [15/01/2018] La gauche, toujours du côté du mal : Sadiq Khan, le maire de Londres, n’accueillera pas le président Trump, mais en 2001, il a représenté le prédicateur de haine Louis Farrakhan qui disait que les juifs sont des « suceurs de sang » et Hitler un « très grand homme »  |  Religion d’amour et de paix : en Irak, au moins 8 morts et 40 blessés dans un double attentat à Bagdad  |  [14/01/2018] Abou Hamza Hamdan, un terroriste du Hamas, a été éliminé lors d’un attentat à la voiture piégée à Sidon, au Liban  |  Sur MSNBC, un pasteur noir pro-Trump dit à la journaliste d’aller vivre en Haïti si elle doute que c’est un « pays de merde »  |  Tweet du Premier ministre indien Modi à Netanyahu: « Bienvenue en Inde, mon ami PM @netanyahu! Votre visite en Inde est historique et spéciale. Elle renforcera encore l’étroite amitié entre nos deux pays »  |  La Pologne pourrait tenir un référendum pour quitter l’UE, selon Donald Tusk  |  Israël ferme ses missions diplomatiques de Biélorussie, République dominicaine, Érythrée, Irlande et Lettonie pour en ouvrir d’autres en Afrique  |  En Autriche, 20 000 manifestants qui rejettent le principe démocratique contre la coalition gouvernementale incluant l’extrême droite – mais l’extrême gauche criminelle, pas de problème  |  Laurent Wauquiez : « Avec Emmanuel Macron, les clandestins resteront sur notre sol »  |  Le Premier ministre thaïlandais Prayuth Chan-Ocha a installé un découpage en carton de sa photo pour que les journalistes posent leurs questions, puis il a quitté la conférence de presse  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Jean-Patrick Grumberg le 17 janvier 2013
Dr Chibuzo Okonta
Dr Chibuzo Okonta – Médecins sans frontières

Médecins sans frontières a fait le point, ce matin 17 janvier, pour Al Jazeera, sur les premiers coûts humanitaires du conflit au Mali.

Dr Chibuzo Okonja est le coordinateur de Médecins Sans Frontières au Mali. Depuis 2005, son travail avec MSF l’a mené en Côte-d’Ivoire, au Sud-Soudan, au Darfour et en Haïti.

Il répond aux questions de Christine Wambua d’Al Jazeera, depuis Bamako au Mali. Extraits.

CW: Quel est le dernier point sur la situation humanitaire?

Une situation désastreuse

CO: Il est très difficile de donner une analyse exhaustive, mais la situation est désastreuse. En Mauritanie, nous avons observé une augmentation de réfugiés au cours des deux derniers jours. Environ 500 réfugiés ont traversé la frontière depuis que les bombardements ont commencé. Nous travaillons également au Niger, où encore plus de réfugiés affluent.

CW: Voyez-vous plus de victimes à l’intérieur du Mali ?

Beaucoup de victimes dans les villages

CO: C’est la seule chose inquiétante. Depuis que les bombardements commencé, nous avons moins de gens à nos établissements hospitaliers. Je pense qu’ils ont trop peur de quitter leurs maisons. Il doit y avoir beaucoup de victimes dans les villages. Nous avons jusqu’ici reçu que 9 civils avec des blessures dues à la guerre : blessures par balles, et fractures. Nous utilisions des cliniques mobiles pour atteindre les villages éloignés loin de nos principaux centres, mais à cause de la situation, nous avons stoppé cette opération.

CW: Quelles sont vos principales préoccupations ?

Vous aimez cet article ? Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les nouveaux articles de Dreuz, une fois par jour en fin d’après-midi.

CO: Notre principale préoccupation est pour ces gens qui ne peuvent pas nous atteindre. Nous sommes inquiets pour ceux qui sont peut-être blessés et bloqués chez eux, pour les personnes atteintes de maladies mortelles telles que le diabète, les maladies cardiaques, le sida, car ils ne peuvent pas se faire soigner. La région du Sahel est sujette à des maladies endémiques comme la méningite  la rougeole, et il y a aussi du paludisme. Tous ces gens ont constamment besoin d’aide médicale. Maintenant, ils n’en ont pas.

CW: Est-il difficile de travailler dans le nord tenu par les rebelles ?

CO: Compte tenu de la position neutre de MSF, nous avons travaillé des deux côtés du conflit. Cependant, le déplacement de population et les combats mettent beaucoup de pressions sur notre travail. Dans le nord, il est plus difficile d’assurer l’approvisionnement, car il ya tellement de points de contrôles et de bombardements, c’est très dangereux pour nous de se déplacer.

CW: Avez-vous suffisamment de fournitures médicales ?

CO: Depuis le début de l’offensive, nous avons été incapables de nous ravitailler. Cependant nous avons assez pour le court terme. Si cette guerre se poursuit, nous aurons besoin de trouver un moyen de nous renforcer et nous ravitailler. Les deux parties au conflit doivent créer un environnement favorable pour les organisations humanitaires, et nous permettre d’atteindre les personnes les plus vulnérables.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour www.Dreuz.info

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz