FLASH
[15/01/2018] La gauche, toujours du côté du mal : Sadiq Khan, le maire de Londres, n’accueillera pas le président Trump, mais en 2001, il a représenté le prédicateur de haine Louis Farrakhan qui disait que les juifs sont des « suceurs de sang » et Hitler un « très grand homme »  |  Religion d’amour et de paix : en Irak, au moins 8 morts et 40 blessés dans un double attentat à Bagdad  |  [14/01/2018] Abou Hamza Hamdan, un terroriste du Hamas, a été éliminé lors d’un attentat à la voiture piégée à Sidon, au Liban  |  Sur MSNBC, un pasteur noir pro-Trump dit à la journaliste d’aller vivre en Haïti si elle doute que c’est un « pays de merde »  |  Tweet du Premier ministre indien Modi à Netanyahu: « Bienvenue en Inde, mon ami PM @netanyahu! Votre visite en Inde est historique et spéciale. Elle renforcera encore l’étroite amitié entre nos deux pays »  |  La Pologne pourrait tenir un référendum pour quitter l’UE, selon Donald Tusk  |  Israël ferme ses missions diplomatiques de Biélorussie, République dominicaine, Érythrée, Irlande et Lettonie pour en ouvrir d’autres en Afrique  |  En Autriche, 20 000 manifestants qui rejettent le principe démocratique contre la coalition gouvernementale incluant l’extrême droite – mais l’extrême gauche criminelle, pas de problème  |  Laurent Wauquiez : « Avec Emmanuel Macron, les clandestins resteront sur notre sol »  |  Le Premier ministre thaïlandais Prayuth Chan-Ocha a installé un découpage en carton de sa photo pour que les journalistes posent leurs questions, puis il a quitté la conférence de presse  |  Durant la nuit, l’armée israélienne a détruit un tunnel terroriste du Hamas au sud de Gaza  |  [11/01/2018] Des imbéciles affirment que Trump n’a aucun succès économique. Et ça ?! Sondage Quinnipiac: 66% des Américains pensent que l’économie est “Excellente/ bonne” et c’est le meilleur score depuis que ce sondage existe  |  En caméra cachée, James O’Keefe a pris Twitter la main dans le sac avouant qu’ils suppriment des comptes d’opinions politiques qui leur déplaisent – et nous risquons d’être censuré par Twitter de l’écrire  |  Sujet tabou : le racisme anti-blanc des banlieues. 2280 pompiers ont été agressés en 2016 dans les banlieues  |  « Oprah battrait Trump avec un écart à deux chiffres » disent les instituts de sondage. Les médias oublient juste de dire que ces sondeurs affirmaient qu’Hillary battrait Trump dans un raz-de-marée !  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Gaia - Dreuz le 27 janvier 2013

Bouleversé par les reportages télévisés, Djamel Amer al-Khedoud, un Français de 50 ans, a quitté Marseille (sud) pour aller combattre le régime en Syrie mais jouant de malchance, il a d’abord atterri dans une station balnéaire turque avant de terminer dans une prison en Syrie.

Djamel Amer Al-Khedoud

Portant une longue barbe blanche et vêtu d’une jellabiyé (robe masculine) grise, amaigri, cet homme, qui a enchaîné toute sa vie des petits boulots, a cru à 50 ans avoir découvert sa vocation: mener le jihad en Syrie.

Vous aimez cet article ? Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les nouveaux articles de Dreuz, une fois par jour en fin d’après-midi.

« Je suis un musulman, un salafiste modéré, et comme tout le monde, je regarde la télévision. Sur (les chaînes arabes) Al-Jazeera et Al-Arabiya, j’ai vu ce que subissaient mes frères en Syrie, surtout les enfants. J’en pleurais tellement cela me faisait mal », raconte Djamel, né à Blida en Algérie et arrivé en France à 19 ans –il possède d’ailleurs les deux nationalités.

Puis un jour, il décide qu’il doit aller les défendre. « J’ai pris mon courage à deux mains, et je suis parti, tout seul, en Turquie », poursuit ce père de six enfants, grand-père d’un petit garçon. Il raconte ses mésaventures, en présence du chef de la prison qui ne semble pas comprendre le français.

Comme il ne connaît rien à la géographie, il confond Antalya, sur la côte turque, avec Antakya, point de passage pour la Syrie. Il prend alors un bus pour relier ces deux villes.

C’est là qu’il découvre, sur internet, l’existence d’un camp de réfugiés syriens dans le village de Yayanari, à une quinzaine de kilomètres de là. Il y subit un entraînement rudimentaire.

« On faisait surtout de la marche à pied et on tirait quelquefois avec un fusil de chasse ». Il y reste deux mois puis, fin mai, c’est le grand départ pour mener la guerre sainte.

La Turquie, qui a pris fait et cause pour la rébellion, laisse ouverte sa frontière à qui veut combattre le régime syrien. Damas a d’ailleurs accusé son voisin d’avoir laissé pénétrer des jihadistes de différentes nationalités.

« Une nuit, on m’a donné une kalachnikov et nous sommes entrés en territoire syrien », confie-t-il. Toutefois son exaltation retombe vite car en deux semaines, il change deux fois de village, mais il ne se passe rien, hormis le fait de courir vers la forêt à l’approche des hélicoptères.

Il ne retrouve pas les horreurs qu’il a vues à la télévision et voit s’évanouir son rêve d’être le protecteur du peuple. Désoeuvré, il passe ses journées à l’intérieur d’une maison. Peut-être en raison de son âge et de son manque d’expérience militaire, les membres de son groupe ne lui offrent même pas de les accompagner dans leurs missions nocturnes.

Amer et désemparé, il décide de regagner la Turquie puis la France. « J’ai rendu mon arme, pris mon sac à dos et j’ai quitté le groupe pour rejoindre seul la Turquie. C’est en chemin que j’ai été arrêté par des hommes armés habillés en civil et conduit en prison », ajoute-t-il.

Il est transféré le 2 juin dans le centre de détention de Damas, après avoir été détenu une dizaine de jours dans celui d’Alep. Selon le directeur de la prison, il devrait être présenté bientôt à la justice. Djamel dit qu’on l’accuse d’entrée illégale en Syrie en possession d’une arme. Il ignore la peine qu’il encourt car il n’a vu aucun avocat et le Comité international de la Croix Rouge (CICR) n’a jamais visité cette prison.

« Je n’ai pas dit grand chose à ma famille, juste au revoir. Je ne suis pas sûr qu’elle sache que je suis en prison, mais peut être savent-ils que je suis en Syrie », avoue-t-il.

« Je veux leur dire que je les embrasse très fort, qu’ils me manquent beaucoup », poursuit-il avant d’éclater en sanglots.

http://www.lanouvellerepublique.fr/Toute-zone/Actualite/24-Heures/n/Contenus/Articles/2013/01/27/Syrie-les-tribulations-d-un-Francais-qui-voulait-combattre-pour-l-Islam

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Gaïa pour www.Dreuz.info

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz