Publié par Michel Garroté le 7 février 2013

bûcher-2

Michel Garroté, réd en chef – Je lis dans les médias français qu’au lendemain de l’assassinat de l’opposant Chokri Belaïd, la rue tunisienne gronde et les appels à la désobéissance civile se multiplient. Des centaines de manifestants anti-islamistes et la police s’affrontent ce jeudi devant le siège du gouverneur de Gafsa, ville du centre du pays. La journée de tous les dangers est demain vendredi, jour des obsèques de l’opposant assassiné. Le principal syndicat tunisien a appelé à la grève générale.

Je suis déconcerté par la mesure avec laquelle les faits de Gafsa sont relatés dans les médias français. Je crois vaguement me souvenir que lorsque les Forces de Défense d’Israël tentent de mettre fin aux tirs de roquettes, missiles et obus, depuis Gaza, sur des villes israéliennes, les médias français et les politiciens français utilisent un langage autrement plus dramatique.

Il ne faudrait donc pas confondre Gafsa et Gaza.

A Gafsa, c’est juste des centaines de manifestants anti-islamistes qui sillonnent les rues.

Circulez.

Y’a rien à voir.

Reproduction autorisé

Avec mention www.dreuz.info

6
0
Merci de nous apporter votre commentairex
()
x
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz