FLASH
[10:57] Michael Moore demande à Nancy Pelosi de faire fermer le gouvernement pour empêcher les Républicains de nommer un juge à la Cour suprême à la place de Ginsburg  |  Le Michigan autorise la « récolte des bulletins de vote au porte-à-porte » qui autorise toutes les fraudes, pendant plus de 4 jours après le jour de l’élection  |  Selon le New York Times, plus de 60 % des Latinos rejettent la politique identitaire des « progressistes »  |  Très suspect dans le contexte : Biden indique qu’il ne publiera pas sa liste des candidats à la Cour suprême pour remplacer Ginsburg  |  30 blessés entre vendredi et dimanche matin à Chicago, ville Démocrate gérée par les Démocrates  |  Mike Pompeo : il reste moins de 200 membres d’Al-Qaida en Afghanistan  |  C’est officiel : Les Etats-Unis réintroduisent toutes les sanctions contre l’Iran  |  Un homme d’Omaha qui s’est défendu contre un agresseur de Black Lives Matter s’est suicidé après avoir été inculpé par un grand jury  |  Une Canadienne arrêtée en tenant de passer illégalement la frontière après avoir envoyé une enveloppe de ricin à Trump à la Maison-Blanche  |  2 morts, 8 blessés dans l’effondrement d’un tunnel terroriste à Gaza  |  Les troupes israéliennes arrêtent 4 terroristes qui ont traversé la frontière de Gaza armés de couteaux pour aller tuer des juifs  |  Tous les passagers inscrits sur les carnets de vol d’Epstein vont être nommés  |  Le Bahreïn dit avoir déjoué une importante attaque terroriste fomentée par l’Iran  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Gaia - Dreuz le 3 mars 2013

Abdelghani Hadef, le commerçant de Mantes-la-Jolie (Yvelines) suspecté d’appel au djihad, a été expulsé ce vendredi en début confirme le ministère de l’Intérieur en France. L’homme avait été interpellé jeudi matin dans le quartier du Val-Fourré par les policiers avant d’être transféré vers le centre de rétention de Vincennes (Val-de-Marne). Il en a été extrait vendredi à 12h30.

Vous aimez cet article ? Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les nouveaux articles de Dreuz, une fois par jour en fin d’après-midi.

«Je me suis présentée sur place et on m’a répondu qu’il y avait un problème et que mon frère n’était plus dans les lieux, indique sa sœur. On a refusé de me dire où il est parti.» Son avocate, Me Nawel Gafsia, a appris un peu plus tard que son client se trouvait à l’aéroport de Roissy-Charles-de-Gaulle. Il pourrait embarquer dans les prochaines heures vers l’Algérie, son pays d’origine. «Son avis d’expulsion ne lui a jamais été notifié. Personne ne me tient au courant. Je n’ai jamais vu ça», s’énerve l’avocate.

Son client demandait depuis 2006 le regroupement familial pour son épouse et son jeune fils «très malade», né en 2009, qui vivent en Algérie, ce qu’il a fini par obtenir en octobre 2012 après avoir engagé plusieurs procédures devant la justice. Mais la famille n’était pas arrivée en France, selon l’avocate.

«Il n’a jamais fait l’apologie du terrorisme», insiste son avocate

Depuis plusieurs années, l’homme était suivi par les services des Renseignements généraux puis de la direction centrale du renseignement intérieur qui le suspecte d’être un chef de réseau djihadiste. Les services de l’Etat s’appuient sur « «un blanc» de la DCRI, une note confidentielle. Mais selon son avocate, Abdelghani Hadef aurait pourtant «un casier vierge». Il n’aurait jamais fait l’objet d’une enquête judiciaire. «Il est traité comme un terroriste notoire alors qu’il n’a jamais prêché pour le jihad ou fait l’apologie du terrorisme», insiste son avocate.

Le 10 février, le ministère de l’Economie et des Finances avait pris un arrêté pour geler les avoirs d’Abdelghani Hadef, commerçant suspecté de promouvoir « le jihad armé contre la France » et d’inviter à « commettre des actions violentes et des meurtres à l’encontre de personnes ». Il était depuis théoriquement expulsable.

Ces mesures contre Abdelghani Hadef font suite à une note de la Direction centrale du renseignement intérieur (DCRI). Abdelghani Hadef y est décrit comme un proche de groupes terroristes qui animerait depuis plusieurs années des réunions avec « un petit groupe d’islamistes radicaux » pour préparer des attentats. La note se conclut de cette façon : « Son éloignement du territoire français [mettrait fin] à la menace que constitue sa présence sur notre sol ».

La préfecture des Yvelines ne souhaite pas s’exprimer sur ce dossier. Sollicité à de nombreuses reprises, le ministère de l’intérieur n’a jamais répondu à nos demandes d’information.

http://www.leparisien.fr/yvelines-78/mantes-la-jolie-le-commercant-suspecte-de-terrorisme-a-ete-arrete-28-02-2013-2605921.php

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Gaïa pour www.Dreuz.info

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz