FLASH
[04:51] Les terroristes musulmans continuent de tenter d’assassiner des Juifs : 3 blessés lors d’une attaque à jets de pierres  |  L’Association nationale des organisations de la police (NAPO) soutient la réélection du président Trump  |  Le président brésilien Bolsonaro testé à nouveau positif au #coronavirus  |  Trump signe un décret pour tenir la Chine responsable de ses actions contre Hong Kong  |  Un porteur du coronavirus contagieux était présent à une manifestation de gauche à Tel-Aviv  |  Ohio : Un professeur arrêté alors qu’il tentait de fuir vers la Chine avec des ordinateurs portables et des clés USB volés  |  L’Inde renvoie 375 millions de personnes en quarantaine alors que le pays connaît un pic record de 29 429 nouveaux cas de coronavirus  |  La Tunisie condamne une femme à six mois de prison pour une blague coranique sur Facebook  |  Un haut commandant américain met en garde le Hezbollah contre les graves conséquences d’une attaque contre Israël  |  La Turquie s’engage à soutenir l’Azerbaïdjan dans son conflit contre l’Arménie  |  6 Arabes de Judée qui ont dit à la télé vouloir devenir israéliens ont été détenus par la sécurité de l’Autorité Palestinienne  |  Un allié de Netanyahu dit que les Etats-Unis ne sont pas favorables à l’annexion de la Judée Samarie en ce moment  |  Le Parlement libyen donne le feu vert à l’Egypte pour intervenir dans sa guerre civile  |  Un violeur d’enfant arrêté lors d’une émeute d’Antifa dans l’État de Washington  |  Les extrémistes d’Antifa et BLM ont attaqué le bâtiment du syndicat de la police du Portland les 13 et 14 juillet  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Michel Garroté le 5 mars 2013

Suez-1

Michel Garroté, réd en chef –- Non, l’armée américaine n’occupe pas et ne sécurise pas le canal de Suez. Bien au contraire, l’Administration Obama, malgré le caractère hautement stratégique du canal de Suez, non seulement n’intervient pas, mais au contraire, elle verse allègrement une aide de 250 millions de dollars au pouvoir intégriste égyptien.

Six morts à Port-Saïd, la porte d’entrée méditerranéenne du canal de Suez (extraits adaptés ; cf. lien vers source en bas de page). Plus de 420 blessés dont une soixantaine par balles. À Port-Saïd, les émeutes ont recommencé quand les autorités ont tenté de déplacer des prisonniers accusés dans le cadre du drame de février 2012 – 72 morts dans des affrontements entre supporteurs de football.

La ville de Port-Saïd est chauffée à blanc par un mois de confrontations avec la police, un mouvement massif de désobéissance civile et un puissant sentiment d’injustice depuis le jugement du 26 janvier, où 21 personnes ont été condamnées à mort.

« Les prisonniers sont tous d’ici. Ce transfert est une injustice de plus pour les habitants de Port-Saïd », explique Mohsen Mohammed Mahfouz, le directeur de l’hôpital général de la ville. Un nouveau jugement à haut risque doit intervenir le 9 mars.

C’est dans ce contexte explosif que John Kerry a effectué sa première visite en tant que secrétaire d’État en Égypte. Cela n’a pas été une réussite. Le responsable américain voulait s’imposer en médiateur, demandant aux forces politiques de faire des « compromis significatifs » en vue des prochaines élections législatives égyptiennes, en avril.

Pour toute réponse, Mohamed El Baradei et Hamdeen Sabbahi, les deux principaux opposants au pouvoir actuel, ont refusé de recevoir le représentant de Barack Obama. Les deux hommes sont les figures de proue de la principale coalition d’opposition, le Front du salut national. Ils continuent à appeler au boycott des élections – Mohamed El Baradei invoquant un « acte de tromperie ».

L’unique annonce « significative » de cette visite aura été une aide exceptionnelle de 250 millions de dollars pour « soutenir l’économie égyptienne » (fin des extraits adaptés ; cf. lien vers source en bas de page).

Pour mémoire, rappelons l’expédition de Suez, une guerre qui éclata en 1956 entre d’une part, l’Égypte, et d’autre part, Israël, la France et le Royaume-Uni, suite à la nationalisation du canal de Suez par l’Égypte, à l’époque dirigée par Nasser, un panarabe fanatique allié de l’URSS.

Reproduction autorisée avec mention www.dreuz.info

http://www.lefigaro.fr/international/2013/03/04/01003-20130304ARTFIG00453-port-said-au-bord-de-l-embrasement.php

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz