FLASH
[14/12/2017] Le Maire de Nazareth annule les célébrations de Noël en raison de la décision de Trump sur Jérusalem  |  A cause de ses propos racistes, le gouvernement demande le départ de Rokhaya Diallo du Conseil national du numérique  |  [13/12/2017] Alabama : Après la victoire de Doug Jones, aucune émeute à droite : c’est là qu’on voit qui sont les vrais fascistes  |  Tirs de missiles terroristes sur le sud d’Israël. Les habitants ont été alerté de se réfugier dans les abris  |  Pédophilie, la France a des leçons à recevoir de l’Amérique : dans l’Aude, un homme se prend seulement 5 ans de prison avec sursis pour le viol d’une fillette de 4 ans  |  La mère de l’ancien chef de l’Etat, Andrée Sarkozy, est décédée  |  Deux frères d’Adama Traoré en garde à vue dans le cadre d’une affaire de stupéfiants  |  Avec 5000 euros par mois, la députée LREM se plaint de devoir « manger pas mal de pâtes »  |  Edouard Philippe nomme un rappeur qui traite les Français de porcs, au Conseil national du numérique  |  Médiapart demande que l’académicien Alain Finkielkraut soit exclu de l’Académie Française. Sans surprise, les lecteurs de Mediapart se déchaînent dans leurs commentaires antisémites  |  Religion d’amour et de tolérance : En Egypte à l’islam très modéré, Sheema, une chanteuse pop, a été condamnée à 2 mois de prison pour « incitation à la débauche »  |  Erdogan appelle tous les pays du monde Arabe à reconnaître Jérusalem comme capitale d’un pays inexistant, l’Etat de Palestine : tout repose sur du vent  |  USA Today donne un exemple de la noblesse et du respect de la neutralité du journalisme : « Trump n’est même pas digne de nettoyer les chiottes de la librairie Obama »  |  Des Parisiens excédés, des Parisiennes sexuellement harcelées, menacent de déclencher une grève de la faim en raison du danger et de l’insalubrité des camps de réfugiés  |  En panique, le roi de Jordanie affirme maintenant que Jérusalem n’est pas le 3e mais le 1er lieu saint de l’Islam ! Le mensonge arabe est sans limite !  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Jean-Patrick Grumberg le 6 mars 2013

url

5.760 actes de violence et agressions dans les hôpitaux en 2011

La violence des rues est entrée à l’hôpital : 5.760 actes de violence et agressions dans les hôpitaux en 2011, selon les derniers chiffres de Observatoire national des violences en milieu de santé, cités par l’Assistance publique-Hôpitaux de Marseille. Dans la moitié des cas, il s’agit de violences physiques.

Violence des patients, agressivité des proches, les médecins et infirmiers de l’hôpital Nord de Marseille qui témoignent ici pour Libération (1) sont exaspérés par l’explosion de la violence au service des urgences.

Il menace de revenir avec un kalachnikov

Dimanche 3 mars 2013, un homme mécontent a menacé de revenir «avec une kalachnikov», s’il n’obtenait pas le nombre de jours d’arrêt de travail qu’il souhaitait.

Vous aimez cet article ? Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les nouveaux articles de Dreuz, une fois par jour en fin d’après-midi.

Lundi 4 mars, un homme et son frère, tous les deux blessés dans un accident de voiture, et ne supportant pas d’attendre, ont cassé une porte à coups de poing et blessé deux vigiles, a déclaré le Dr Philippe Jean, chef du service des urgences.

Il voulait une semaine d’arrêt de travail en plus, alors il a essayé de me frapper

Maéva Delaveau, médecin urgentiste à Marseille, témoigne de ce climat «complètement délirants» : « il y a quelques semaines, un patient n’était pas satisfait de son certificat médical, alors il m’a craché dessus. Il voulait une semaine de plus et a essayé de me frapper».

« Une autre fois, il y avait un patient qui voulait que je le soigne mais pas que je l’examine. Donc quand j’ai commencé à vouloir regarder son pansement, il m’a frappée !».

Virginie Louviaux, infirmière aux urgences est encore plus explicite : « Il faudrait une sécurité plus soutenue, par exemple des renforts de police de temps en temps, parce que face à nous on a des gens armés ».

De nombreuses infirmières qui font les gardes de nuit affirment «avoir la boule au ventre au moment de prendre leur service», dit l’une d’elles.

Pour le Dr Jean, «la violence urbaine est désormais importée à l’hôpital. Il n’y a plus de respect de l’institution.»

Et cette violence urbaine est presque totalement le fait de la minorité visible, quelle chance non ?!

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour www.Dreuz.info

(1) http://www.liberation.fr/violences-aux-urgences-exasperation-a-l-hopital-nord-de-marseille

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz