Quantcast
FLASH
[18/11/2019] Horrible nouvelle – La majorité des Américains ne veut pas de destitution, 76 % ne font pas confiance aux démocrates et croient que les médias font pression pour la destitution  |  [17/11/2019] La zone verte fortifiée de Bagdad, qui abrite des ambassades et des bâtiments gouvernementaux, a été touchée par une roquette. Pas de victime  |  Deux croix gammées ont été découvertes dans les toilettes d’une école du Maryland  |  Tout va mieux avec Macron : 7 Français sur 10 préfèrent avoir froid plutôt qu’allumer le chauffage  |  Netanyahou dimanche matin « Notre politique de sécurité n’a pas changé, pas même légèrement. Nous avons gardé toute notre liberté d’action et nous porterons atteinte à ceux qui veulent nous atteindre”  |  [16/11/2019] C’est reparti. Les foules de Téhéran crient « Mort au Dictateur » et « Reza Shah repose en paix. »  |  Syrie : Une grosse explosion frappe un terminal de bus à Al-Bab sous contrôle turc. 10 civils auraient été tués, milices Kurdes soupçonnés  |  Regime répressif de Macron contre les Gilets Jaunes : 24 interpellations et plus de 2000 contrôles avant la manif de Paris  |  [15/11/2019] Cette nuit #Israël a bombardé les cibles terroristes du Jihad islamique en réponse aux dernières attaques de roquettes de #Gaza  |  [13/11/2019] Les partisans de Quaido envahissent l’ambassade du Venezuela au Brésil et annoncent la nomination d’un nouvel « ambassadeur »  |  Isère : 20 et 12 ans de prison requis contre le couple salafiste  |  #Israël/ #Gaza: la France condamne les tirs de roquettes terroristes sur l’Etat juif  |  #Israël : une roquette terroriste a percuté une maison d’Ashkélon, au sud du pays, lors du dernier tir de roquettes de #Gaza  |  L’armée de l’air israélienne vient de « BOUM » une escouade de terroristes du Jihad islamique qui tentaient de tirer des roquettes sur #Israël  |  Afghanistan: 7 morts dans l’explosion d’une voiture piégée près du ministère de l’intérieur à Kaboul  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Albert Bertold le 8 mars 2013

e034974a_ba64_11de_a3bc_b729babe0ba9_674183696

Loin des projecteurs tournés sur le Mali, l’armée française est également basée en Centrafrique, à Bangui, pour faire face aux violences des rebelles du Séléka et de ses dissidents et assurer si nécessaire la sécurité ou l’évacuation des ressortissants français.

Ce que l’on sait moins, c’est qu’il s’y passe de drôles de choses, et que la vie des soldats français est mise en danger par une hiérarchie qui semble plus occupée par la diplomatie que par la sécurité.

C’est un de nos contacts, Belge, lecteur de Dreuz et basé en RCA, qui me fait parvenir l’information suivante, que j’ai, après quelques difficultés que je ne peux détailler sans compromettre mes sources, croisé et validé.

Le jeudi 7 mars 2013 a eu lieu à Bangui une patrouille de l’armée française SANS ARMES !

A l’état major (de Paris ou Bangui), quelqu’un que mon contact n’a pas hésité à affubler de noms d’oiseaux, a donné cet ordre.

Sortie sans armes pour ne pas paraître agressif

Vous aimez cet article ? Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les nouveaux articles de Dreuz, une fois par jour en fin d’après-midi.

La consigne était « sortie sans armes pour ne pas paraître agressif »

Passé le moment de ridicule, c’est la dangerosité d’un tel ordre qui a choqué les soldats.

Certes, les milices rebelles ont commencé à s’entre-déchirer. Mais cela ne les rend pas moins dangereux, leur intention de prendre le pays est intacte, et la présence Française à Bangui périlleuse.

« La population de Bangui ne ressent pas d’agressivité des militaires en arme, ils ont toujours été armés », dit mon contact, qui ajoute que « la population Centrafricaine n’a que faire d’un geste politique et je suis même en mesure de dire que cette population doit trouver curieux que l’allié censé venir soutenir et aider ne soit pas en situation de le faire. »

« Seul le chef de groupe devait être armé de son Pamas. » a appris mon contact, qui m’expliquait que les soldats étaient dépités et que certains ne resigneront pas un autre contrat.

Sans arme, les militaires ont été mal reçus par une partie de la population. Ils ont été accueillis par des gestes déplacés pour dire « partez » et par des signes d’agressivité. Par contre, les gamins étaient souriants et agréables.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Albert Bertold pour www.Dreuz.info

Loading...
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz