FLASH
[20/11/2017] Merkel dit à la presse que les négociations de coalition avec les Verts et les liberaux ont échoué et qu’il y aura de nouvelles élections  |  Religion de paix : une foule de 1000 personnes attaquent une église copte en Egypte. Les chrétiens se sont enfermés dedans pour se protéger  |  Victoire sur la pollution : le serial killer Charles Manson est mort  |  L’arrivée des livres dans la maison a bien plus bouleversé la vie de famille que les smartphones  |  Cocktails molotovs, tirs de mortier et voitures incendiées: nuit multiculturelle à Mantes-La-Jolie  |  Bruxelles : des migrants tentent de squatter un immeuble, 6 blessés lors d’affrontements avec la police  |  [18/11/2017] Espagne : la police espagnole a ouvert le feu sur un Français qui criait « Allahou Akhbar » à un péage près de la frontière française  |  Les tanks de l’armée israélienne ont procédé à des tirs de mise en garde sur les forces syriennes près de la frontière du Golan  |  [17/11/2017] L’explosion d’un pipeline au Bahreïn considérée comme une mise en garde de l’Iran  |  Retrait de sa nationalité à un « Danois de papier » parti combattre avec ISIS  |  La candidature de l’iran à la tête de l’UNESCO n’a pas été retenue  |  [16/11/2017] La deuxième vague de réfugiés balaiera l’Europe, se préoccupe l’ONU  |  Une Suédoise violée par des réfugiés se suicide après que le procureur ait conclu à un « manque de preuves »  |  Des citoyens iraniens ont attaqué la voiture du président Rohani pour l’extraire du véhicule et le lyncher  |  Des avions de combat israéliens ont survolé la région du Djebel Sheikh (Hermon), ainsi que plusieurs villes du sud du Liban  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Guy Millière le 22 mars 2013

Afghan-university-students-shout-anti-US-slogans-and-hold-a-banner-reading-No-Democracy-We-want-just-Islam-during-a-demonstration-in-Kabul-on-October-25--500x235

Que mes livres soient boycottés, et que nul grand média n’en parle ou ne les cite est un état de fait auquel j’ai du m’habituer.

Je trouve cela intolérable et scandaleux. J’ai été conduit plusieurs fois en ce contexte à envisager d’arrêter d’écrire, puis j’ai repris la plume. J’ai renoncé, pour l’heure, à la rédaction d’essais de grande ampleur, car consacrer six mois de mon existence à un projet sans avoir la possibilité que ce projet soit pris en compte largement une fois concrétisé a fini par me sembler vain. Je rédige des ouvrages plus brefs. C’est tout.

Je sais que nous vivons une époque où la connaissance est vaine et où le prêt-à-penser règne en maître. Et j’assume. Il le faut. Ai-je un autre choix?

Je sais qu’écrivant sur les Etats-Unis, je devrais dire du bien d’Obama, ignorer les relations de cause à effet entre des décisions politiques et les conséquences désastreuses qu’elles peuvent avoir et que je serais davantage écouté si je parlais du dentifrice utilisé par le Président des Etats-Unis pour avoir les dents blanches qu’en traitant de ses relations avec Saul Alinsky, un type qui, dès lors qu’il n’a pas vécu assez longtemps pour avoir l’opportunité d’insulter George Walker Bush et qu’il n’a pas laissé de sperme sur la robe de Monica ou dans les cheveux de Marcela, ne peut intéresser personne.

Je sais qu’en écrivant sur Israël, je devrais chanter sur trois octaves les louanges du « processus de paix », faire glisser les morts et les mutilés juifs victimes du terrorisme arabe sous le tapis et vanter les qualités humaines du sympathique Mahmoud Abbas pour devenir audible.

Je sais qu’expliquer et comprendre l’économie en l’ère post-capitaliste en une époque où la plupart de ceux qui traitent du sujet ne savent pas que Karl Marx est mort en 1883 est un handicap, et que parler du droit naturel en une époque où certains pensent que John Locke est un acteur de série B est rédhibitoire.

Je sais que des gens procédant comme celui à qui j’ai eu affaire ces derniers jours sont innombrables et présents partout. Je sais qu’ils sont prêts à mordre, insulter, diffamer, salir.

J’assume, disais-je. Que puis-je faire d’autre ?

Mais il n’en reste pas moins que je ne puis ignorer que le boycott qui me touche en touche d’autres aussi : combien d’auteurs n’ont pas mon opiniatreté et ont totalement renoncé ? Combien de livres majeurs ont été condamnés à mort ou n’ont même jamais vu le jour en conséquence ?

Et cela me semble plus intolérable et scandaleux encore que la situation qui me touche.

J’écris encore, d’autres ont totalement renoncé : et quelques uns d’entre eux font partie, j’en atteste, car je les connais, des plus brillants esprits de ce temps.

La désertification intellectuelle qui pèse sur la France aujourd’hui est un désastre civilisationnel majeur dont nul ne mesure encore les conséquences.

Je ne puis ignorer que le boycott qui touche tout ce qui n’est pas politiquement, économiquement, juridiquement, historiquement correct implique aussi que des pans entiers de la pensée qui fait avancer le reste du monde développé ne traversent jamais les frontières de la France.

Et cela me semble non pas intolérable et scandaleux, mais effrayant, et d’une dimension quasiment soviétique.

Je ne puis ignorer, surtout, que ce boycott ne tue pas seulement des auteurs et la pensée, mais aussi des éditeurs.

Vous aimez cet article ? Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les nouveaux articles de Dreuz, une fois par jour en fin d’après-midi.

Les derniers interstices de pluralisme existent encore parce qu’il existe des éditeurs indépendants, courageux, prêts à prendre des risques.

Ces éditeurs disparaissent les uns après les autres.

J’ai, si je puis dire, perdu trois éditeurs au cours des dix dernières années. Ils ont tous les trois déposé leur bilan.

J’entends tout faire pour éviter que cela arrive à David Reinharc.

J’ai publié chez lui, et pour que sa maison d’édition vive, un petit livre appelé l’islam radical est une arme de destruction massive*.

Ce livre est le seul, à ce jour, en langue française, à expliquer sans langue de bois que le « printemps arabe » est en réalité un hiver islamique et à exposer de manière détaillée ce qui s’est passé en Tunisie, en Egypte, en Libye, ainsi que ce qui se passe en Syrie et au Mali.

Il est un instrument de combat contre la désinformation et un outil au service de la lucidité.

Il est aussi un outil au service du pluralisme. Je l’ai déjà dit : j’ai renoncé à tous mes droits d’auteur sur ce livre. Pour que vivent les éditions David Reinharc.

J’ai décidé, en outre, de demander à David de reverser un fragment de ce qu’auraient dû être mes droits d’auteurs au Bureau National de Vigilance contre l’Antisémitisme, car Sammy Ghozlan fait un travail remarquable et courageux, avec trop peu de moyens.

Cela fait une raison supplémentaire d’acheter et de faire acheter le livre et de le diffuser largement.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Guy Millière pour www.Dreuz.info

Pourquoi-lislam-est-une-arme-de-destruction-massive

* En achetant le livre avec ce lien, vous bénéficiez d’une remise de 5%, et vous soutenez Dreuz qui reçoit une commission de 5%.

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz