Publié par Michel Garroté le 29 mars 2013

bûcher-2

Michel Garroté, réd en chef – Le déficit de la France n’est pas descendu en-deçà des 4,8% du PIB. La dette publique a continué d’exploser atteignant un nouveau record à 90,2% du PIB, ce qui représente 1834 milliards d’euros. Depuis le milieu des années 1990 (présidence Chirac et présidence Sarkozy), la dette publique française a doublé.

Selon les derniers chiffres consolidés pour l’année 2012 (présidence Sarkozy de janvier à mai ; présidence Hollande de juin à décembre), publiés ce vendredi, la dette de l’Etat a augmenté de 105 milliards. La dette des organismes divers d’administration centrale s’établit à 10 milliards. La dette des administrations locales atteint 174 milliards. La dette des administrations de sécurité sociale s’établit à 210 milliards.

Mais le chiffre à retenir est bien sûr celui du niveau de la dette : 1834 milliards d’euros.

La France, depuis plus de 70 ans, est un pays à économie étatiste, avec des impôts, des taxes et des charges dignes d’une république populaire socialiste. Ni la droite, ni la gauche, ne parviennent à tourner la page de cette économie basée sur racket fiscal. A la droite de l’UMP et à la gauche du PS, le projet économique est encore plus étatiste et encore plus protectionniste que dans les grands partis.

L’appareil de l’Etat français, les médias français et les syndicats français, depuis plus de 70 ans, demeurent hostile à une véritable économie libre de marché. Avec bientôt 2000 milliards d’euros de dette, la France et ses 65 millions d’habitants sont au bord de la faillite et de la guerre civile.

Reproduction autorisée avec mention www.dreuz.info

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz