FLASH
[23/09/2017] Corée du Nord : le séisme détecté ce matin semble être une réplique du test nucléaire de début septembre  |  Marseille : un homme abattu en pleine rue en rapport avec le trafic de drogue  |  Dans son discours en Alabama, Trump dit littéralement : « virez moi ces footballeurs fils de putes qui refusent d’honorer notre drapeau »  |  Algérie : le gouvernement interdit le voile intégral à l’école  |  Chelles : un membre du gang des barbares retourne déjà en prison  |  [22/09/2017] Le gouvernement Valls a minoré les dépenses de la Sécu dit la Cour des comptes-mais les politiques ne rendent pas compte de leurs actes  |  Calais (62) : les conflits entre musulmans commencent: combats entre migrants éthiopiens, irakiens et syriens  |  Ile d’Oléron: le maire ne voulait pas d’un McDonald’s mais n’avait aucun problème avec une mosquée  |  Un djihadiste originaire de Toulouse a été livré à la France par la Turquie  |  Val-de-Reuil (27) : le commissariat encerclé et bloqué par 80 musulmans turcs  |  Ville la belle immigration ! Une Allemande violée en plein jour en pleine rue à Munich par des Afghans  |  Enorme victoire diplomatique de Trump : la Chine ordonne à toutes ses banques de cesser toute relation avec Corée du Nord  |  [21/09/2017] Florian Philippot quitte le FN : « Il était temps ! Reste maintenant à changer de ligne » tweet Robert Ménard  |  [20/09/2017] Vicieux, Mélenchon l’homme du peuple voyage en Business quand ses collègues sont en éco  |  Attentat de Londres : 2 nouvelles arrestations, 4 musulmans sont actuellement interrogés  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Albert Bertold le 30 mars 2013

Lettre du général Schneider, ministre, secrétaire d’Etat à la guerre, en date du 14 octobre 1839, au maréchal Valée, gouverneur général, créant l’appellation d’Algérie.

Jean-Claude Thiodet*:

Ce document exceptionnel a traversé les âges et les générations de ma famille depuis sa promulgation. Il est tout à fait probable que son premier détenteur fut mon quadri-aïeul, Edmond PELLISSIER DE REYNAUD, qui prit part à l’expédition de M. de BOURMOND en mai/juin 1830.

Pour arriver jusqu’à moi, il est passé entre les mains de sa fille, Thérèse, née à Alger le 15 janvier 1837, 10 rue de la Lyre et qui, épousant le capitaine Jules GAND, est devenue la grand-mère de mon père.

En effet, Claudius THIODET, né à PARIGNY– commune du COTEAU sur ROANNE, en 1865, nommé juge au tribunal de Grande Instance de MOSTAGANEM, a épousé Thérèse GAND, petite fille d’Edmond PELLISSIER DE REYNAUD, dont est né mon père, le 6 mai 1895.

Ce document a donc été transmis de génération en génération et a abouti dans les papiers de mon grand-père Claudius THIODET, conseiller à la Cour d’Appel d’Alger puis, mon père étant fils unique, dans les documents que ma mère a gardés précieusement et m’a transmis à son décès en 1998.

La splendide calligraphie du fonctionnaire qui a écrit cette lettre du ministre de la Guerre au Maréchal VALEE, premier gouverneur général de l’Algérie étant devenue difficile à lire, de reproduction en reproduction, j’ai jugé utile de la transcrire d’une façon aussi lisible que possible.

Vous aimez cet article ? Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les nouveaux articles de Dreuz, une fois par jour en fin d’après-midi.

 

Paris, le 14 octobre 1839

Monsieur le Maréchal,

Jusqu’à ce jour, le territoire que nous occupons dans le nord de l’Afrique a été désigné dans les communications officielles soit sous le nom de «possession française dans le nord de l’Afrique», soit sous celui de «Ancienne Régence d’Alger» soit, enfin, sous le nom «d’Algérie».

Cette dernière dénomination, plus courte, plus simple et en même temps plus précise que toutes les autres m’a semblé devoir dorénavant prévaloir.

Elle se trouve d’ailleurs déjà consacrée par une application constante dans les documents distribués aux chambres législatives et dans plusieurs discours du trône.

Je vous invite en conséquence, à prescrire les mesures nécessaires pour que les diverses autorités et généralement tous les agents qui, à un titre quelconque, se rattachent aux services civils ou militaires de notre colonie (illisible) dans leurs correspondances officielles et dans les actes ou certificats quelconques qu’ils peuvent être appelés à délivrer, à substituer le mot «Algérie» aux dénominations précédemment en usage.

Recevez, Monsieur le Maréchal, l’assurance de la très haute considération.

Le ministre, Secrétaire d »Etat de la Guerre à

M. le Mal Valée, Gouverneur Général de l’Algérie.

* Document original appartenant à Jean-Claude Thiodet qui a aimablement autorisé sa publication sur «Oran de notre enfance», le 25 janvier 2009.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Albert Bertold pour www.Dreuz.info

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz