FLASH
[24/01/2018] Encore un effet Trump : Disney déclare que la réforme fiscale de Trump lui permet d’offrir une prime non programmée de 1000 dollars à 125 000 employés, et d’investir 50 millions dans la formation  |  Encore un effet du génie de Trump : JP Morgan annonce que grâce à la réduction des taxes de Trump, il va investir 20 milliards $ et créer 20 000 emplois aux USA  |  [23/01/2018] Alaska : tremblement de terre magnitude 8.3 – risque de Tsunami de l’Alaska à la Californie  |  [22/01/2018] Voilà à quoi sert la « fâcheuse sphère »: à faire ce que les médias ne font plus. Le 20, Dreuz dénonçait le choix par L’Oréal Paris de l’antisémite Amena Khan pour sa nouvelle campagne – le 22, L’Oréal annulait la campagne et se séparait de Khan  |  Un terroriste musulman armé d’un couteau a été appréhendé par la police. Là c’était à Hebron en Judée Samarie occupée par les Arabes, demain ce sera à St Denis occupée par les Arabes  |  Trump a gagné contre les obstructionnistes du parti Démocrate qui ont fermé le gouvernement  |  Tiens, une institution internationale moins corrompue par l’idéologie gauchiste des médias? Le FMI salue la réforme fiscale de Donald Trump  |  Si le terrorisme rentre dans les prisons, cela va être très compliqué. Aujourd’hui il y a évolution majeure. Il y a une montée en puissance des ‘barbus’ qui représentent la mafia la plus puissante derrière les murs  |  Suède, Malmo, seconde attaque à la grenade en une semaine : après un poste de police, un restaurant – et si vous questionnez les bienfaits de l’immigration vous êtes un facho  |  Dans la nuit, 30 trafiquants de drogue égyptiens ont été pris entre les feux des polices israélienne et égyptienne à la frontière. 1 trafiquant israélien a été tué. Plusieurs dizaines de kg de drogue saisis  |  [20/01/2018] France : Mutinerie en cours à la prison de Maubeuge, des dizaines de détenus regroupés, forces de l’ordre sur place  |  [19/01/2018] Agression motivée par l’islam- 2 surveillants de la prison de Borgo (Corse) ont été agressés à l’arme blanche ce matin par un détenu. Ils sont blessés, l’un gravement. Selon un délégué syndical, le détenu a hurlé : « Allah Akbar » (Corse-Matin)  |  L’incident de la Yeshiva de Bonneuil-Sur-Marne (94), où deux juifs ont été heurtés par une voiture ne semble pas au premier abord être un acte terroriste. C’est un accident de la circulation. Le chauffeur est en garde à vue (source RSB News)  |  [18/01/2018] Communiqué ministère de la Santé iranien: 36 000 morts par la pollution de l’air en 2017. Téhéran : 4 810 morts par la pollution de mars 2016 à mars 2017  |  Alain Soral a été condamné aujourd’hui en appel à 10.000 euros d’amende, avec possibilité d’emprisonnement en cas de non-paiement, pour avoir publié sur son site un dessin négationniste  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Abbé Alain Arbez le 30 mars 2013

croix_ban[1]

La croix est devenue au fil du temps le symbole universel de la chrétienté. Elle reste même dans les mémoires juives l’image d’un christianisme oppresseur. Le tournant pris à Vatican II et le rapprochement qui s’est opéré n’efface pas les mauvais souvenirs, la mémoire reste sentinelle, mais il permet de voir l’actualité différemment. Aujourd’hui, la croix ne menace plus les juifs.

Quelle en est l’historique ?

SYMBOLE POSITIF

Les bras de la croix évoquent quatre directions, c’est-à-dire l’universalité du message de vie, comme les quatre bras du fleuve de la Genèse (Gn 2.10) arrosant le jardin d’Eden de la création.

SUPPLICE

Pas d’idéalisme déconnecté de l’histoire : la croix a d’abord été un terrible supplice romain ramené de Perse. Sa fonction était celle d’une mise à mort ignominieuse, telle que l’a connue Jésus, et comme lui des centaines de milliers de condamnés avant et après lui.

C’est pour cette raison qu’il a fallu autant de temps aux premières générations chrétiennes pour faire de la croix du Christ une lecture théologique. Qui donc aujourd’hui donnerait a priori une valeur positive à un gibet, à un poteau d’exécution ou à une guillotine ?

Aux premiers siècles du christianisme, la croix n’est donc pas le symbole de reconnaissance des croyants à Jésus. Dans les catacombes de Rome, aux 1er et 2ème siècles, les représentations les plus fréquentes du mystère du salut en Jésus Christ sont des figures moins macabres que la croix des condamnés à mort.

On trouve surtout, sur les murs et les sarcophages, des peintures du bon berger, de la multiplication des pains et de la pêche miraculeuse. Mais pas de Christ en croix !

Le poisson est un code fréquent de reconnaissance entre chrétiens persécutés : ichtys en grec, sigle dont les lettres renvoient à Jésus sauveur.

PREMIERES REPRESENTATIONS

Il y a d’abord l’épisode du tav, cette lettre hébraïque avait la forme d’un x ou d’une + dans l’alphabet ancien. C’était le T de torah, que l’on pouvait esquisser sur le front d’un croyant comme une bénédiction. Les premiers disciples de Jésus ont fait spontanément le lien entre le tav de la torah et la croix du crucifié relevé d’entre les morts.

Puis les pères de l’Eglise ont vu dans la croix l’allégorie de l’arbre de vie biblique. La première représentation de la croix apparaît à Rome au 5ème siècle, sculptée sur la porte de bois de l’église Sainte Sabine afin d’évoquer l’historicité de la crucifixion.

Il faut attendre le 8ème siècle pour que la croix prenne une place de plus en plus significative. C’est alors que s’élabore autour d’elle une piété populaire dont les risques de dérapage, comme par rapport à toute image fabriquée, sont bien réels.

Face à ce danger dans la vénération de la croix, des résistances se manifestent : en 823, un évêque catholique, Claude, fait détruire les croix des églises de Turin, estimant qu’il y a là un symbole de mort et non de vie. A la même époque, à Byzance, des chrétiens dissidents jugent malsain le développement du culte de la croix et ils s’en prennent également à ses représentations invasives. Mais leurs intentions ne sont pas toujours claires car le docétisme qui les influence prétend que Jésus n’a pas connu la croix, un être aussi parfait ne pouvant rejoindre de la sorte la condition des damnés de la terre ! (On retrouve des traces de ce refus gnostique de la crucifixion dans le Coran, inspiré de traditions marginales hétérodoxes).

Vous aimez cet article ? Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les nouveaux articles de Dreuz, une fois par jour en fin d’après-midi.

REALISME DE LA MORT DE JESUS

La croix montrant un Christ souffrant veut sans doute assumer le réalisme du salut par l’amour donné jusqu’au bout. L’Occident va ainsi insister sur le drame du Vendredi-saint. C’est pourquoi apparaît sur la croix l’inscription mentionnée dans l’évangile « INRI », Jésus roi des Juifs, signe de l’inculpation romaine correspondant au « crimen lesae majestatis » (crime de lèse-majesté) envers le pouvoir politique occupant.

On représente le Christ mort en croix, la tête entourée d’une couronne d’épines. Au début du moyen-âge, sous l’influence byzantine, les christs en croix ont encore le visage paisible irradié de lumière et les yeux ouverts. On retrouve ce style d’icône lumineuse dans le célèbre crucifix de François d’Assise. En revanche, à la Renaissance, on dramatise la croix et on représente des christs morts, yeux fermés, la tête inclinée après le dernier soupir.

Au 18ème siècle, la tendance à privilégier cette expression de la souffrance s’amplifie encore dans la piété populaire. Comme si ces croix tragiques offraient aux malheureux et aux opprimés de toutes sortes une véritable identification avec Jésus agonisant sous les tortures et expiant tous les péchés du monde.

DIVERSITE

Après la révolution culturelle qui a suivi la Réformation au 16ème siècle, la croix reste présente dans les temples protestants. Mais elle ne porte pas le crucifié.

La croix nue se veut d’abord expression d’une fidélité dans le refus de toute représentation humaine. Mais l’accent est également mis sur la résurrection du Christ présent à la droite du Père, et qui par le fait n’est donc plus visible en tant que cadavre cloué sur le bois du supplice.

Ce qui compte finalement, c’est que ce symbole de foi judéo-chrétienne qu’est la croix reste un humble signe, et non un symbole triomphaliste ou hégémonique. La croix doit rester un symbole de médiation pascale qui nous renvoie à la fois à l’histoire réelle d’il y a 2000 ans et à la joie éternelle du Royaume du Dieu de la Bible.

Le coran parle de la croix comme supplice d’infamie. Mais il nie catégoriquement la crucifixion de Jésus, reprenant les positions hérétiques de certains groupes dissidents pour lesquels un « prophète de Dieu » comme Jésus ne peut connaître une telle fin ignominieuse, exactement à l’inverse de ce qu’évoque la prophétie d’Isaïe et à l’opposé de la théologie johannique, pour laquelle la croix est le trône de gloire du Fils porte-parole de l’Amour divin du Père.

Cependant, dans la sourate 37 « La table est servie » au verset 33, il est question de crucifixion infligée aux chrétiens, rejetés par Allah :

« La récompense de ceux qui combattent Allah et son messager et qui s’efforcent de semer la corruption sur terre, c’est qu’ils soient tués ou crucifiés ! Ou que soient coupées leur main et leur jambe opposée… »

Au cours des siècles d’invasions islamiques, les musulmans ont utilisé ce supplice contre leurs prisonniers chrétiens. En Indonésie, à notre époque, des chrétiens sont régulièrement assassinés de cette manière par des islamistes : ils se retrouvent cloués sur des croix où on les laisse agoniser dans d’atroces souffrances en se moquant d’eux et de leur « impiété ». La passion continue.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Abbé Alain René Arbez pour www.Dreuz.info

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz