Publié par Pierre-André Taguieff le 28 mars 2013

Mélenchon antisémite

Interview parue dans Le Point, n° 2115, 28 mars 2013, p. 64.

Le philosophe et historien Pierre-André Taguieff réagit aux propos tenus le week-end dernier par le leader du Front de gauche à l’encontre de Pierre Moscovici.

Le Point : Selon Jean-Luc Mélenchon, Pierre Moscovici aurait le « comportement de quelqu’un qui ne pense plus en français, qui pense dans la langue de la finance internationale ». D’aucuns au parti socialiste parlent de « rhétorique des années 30 », d’autres avancent même l’accusation d’antisémitisme. Qu’en pense l’auteur de « La Judéophobie des Modernes ? »

On ne peut conclure à l’antisémitisme du leader d’extrême gauche

Pierre-André Taguieff : Sur la seule base de ces propos polémiques, on ne peut logiquement conclure à l’antisémitisme du leader d’extrême gauche. Ce qu’on peut en inférer, c’est que M. Mélenchon, ennemi déclaré de la « finance internationale » aux multiples visages, est un partisan d’une forme de « socialisme national » qui reste à définir. Ce qui étonne, c’est que M. Mélenchon, réputé s’intéresser à l’Histoire, reprend un topos bien connu du discours antisémite depuis la fin du XIXe siècle : en l’accrochant au nom d’un dirigeant politique dont les origines juives sont notoirement connues, il a pris le risque d’empoisonner le débat politique. La démagogie consiste à accuser les « riches » ou les « dominants », intrinsèquement pervers, cyniques et exploiteurs, d’être à l’origine des malheurs du monde, tout en flattant le « peuple », célébré comme « sain » et « honnête », et victime des élites illégitimes. Le nationalisme plébéien se marie souvent, depuis l’épisode boulangiste, avec un socialisme épurateur, visant à « nettoyer » la République : « Qu’ils s’en aillent tous ! » lançait-il en 2010. Au nom de la lutte des classes, c’est un discours de guerre civile que tient le démagogue Jean-Luc Mélenchon.

Exagèrent-ils, ceux qui prétendent que les extrêmes sont en train de se rejoindre dans cette même rhétorique anti-élite ?

On a assisté, sous l’impulsion de Marine Le Pen, à une « socialisation » du discours lepéniste, en même temps que s’opérait une « nationalisation » du discours de l’extrême gauche mélenchonienne. Cela a fait surgir une zone d’interférences idéologiques où circulent des slogans de même facture : antiélitiste, antimondialiste. La nouveauté de ces dernières années, c’est qu’il y a eu une « désextrémisation » doctrinale des « extrémismes » de gauche et de droite, tous ralliés à la vulgate anticapitaliste. Ils se retrouvent et se confondent dans une même déclaration de guerre contre ce que leurs ancêtres appelaient la « fortune anonyme et vagabonde », à l’époque où la « finance internationale » s’appelait « Rothschild ». Le « socialisme national » est l’inquiétant rejeton né de la crise.

Vous aimez cet article ? Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les nouveaux articles de Dreuz, une fois par jour en fin d’après-midi.

Le leader du Front de Gauche est revenu sur cette accusation d’antisémitisme, en expliquant qu’il ignorait « la religion » de Pierre Moscovici et en ajoutant que si Pierre Moscovici était menacé « parce qu’il est juif », « il [les] trouverait tous, comme un seul corps, pour le défendre »…

Il déplace ainsi le terrain du débat : dans le discours antijuif, la question n’est pas tant celle de la religion que celle de l’identité ethnique ou imaginée telle, à travers divers stéréotypes. M. Moscovici n’a jamais mis en avant son éventuelle appartenance communautaire au judaïsme, mais il n’a jamais nié être d’origine juive. L’ex-ministre socialiste tient ensuite à nous convaincre qu’il serait en première ligne pour le défendre. Mais s’est-il seulement ému des pointes antijuives lancées par son ami Hugo Chávez et son entourage ces dernières années ? Gare à ceux qui ne pensent pas en français !, dit-il. Faut-il leur conseiller l’ouvrage Penser français, publié en 1942, aux Éditions de la Légion française des combattants et volontaires de la Révolution nationale ? On y dénonce aussi le « capitalisme international » et la « haute finance internationale ». Le 25 mai 1943, le Maréchal déclarait à Mgr Calvet, à propos de « la France » : « Il faut la guérir. (…) Il faut la refaire, refaire son esprit, lui réapprendre à penser français. » Les formules restent, indices de tentations persistantes. Chassées par la porte elles reviennent par la fenêtre.

© Pierre-André Taguieff

Pierre-André Taguieff publie le 10 avril, chez Fayard/Mille et une nuits, un « Court traité de complotologie », dédié au psychologue social Serge Moscovici… père de Pierre Moscovici. Il publiera aussi le 15 mai, aux PUF, un très attendu « Dictionnaire historique et critique du racisme », d’environ 2 000 pages.

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Si vous êtes chez Orange, Wanadoo, Free etc, ils bloquent notre newsletter. Prenez un compte chez Protonmail, qui protège votre anonymat

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous