FLASH
[13/12/2018] Chérif Chekatt a été abattu par la police à Strasbourg  |  Pollution : le tribunal de l’Union européenne juge – trop élevées – les limites d’émissions des diesels  |  2 heures avant l’attentat de Strasbourg, la garde des sceaux annonçait qu’elle ne prendrait pas de sanction contre le juge ayant libéré par erreur un djihadiste dangereux  |  La fécondité baisse pour toutes les femmes en France, sauf les immigrées, selon l’INSEE  |  Hassan Nasrallah, le leader du Hezbollah, aurait déclaré dans un discours que la création d’Israël a épargné au groupe terroriste la peine de traquer les Juifs jusqu’au bout du monde  |  [12/12/2018] Saleh Omar Al-Barghouti, le terroriste de l’attentat d’Ofra et fils du fondateur de #BDS Omar Barghouti a été abattu lors d’une intervention de Tsahal à Ramallah  |  Le premier ministre britannique Theresa May joue son poste après un vote de défiance  |  La bénédiction d’Abraham se vérifie: « Je bénirai ceux qui te bénissent Je maudirai ceux qui te maudissent ». La #France s’est mise en travers d’#Israël. Elle en subit les conséquences. Ce n’est que le début  |  Non mais allo ! On peut même pas compter sur #Israël pour faire correctement de l’#Apartheid ! Une femme arabe #palestinienne va être maire adjointe de Haïfa  |  [11/12/2018] L’antisémitisme était la solution respectable pour se débarrasser des juifs d’Europe. L’antisionisme est la façon respectable de se débarrasser des juifs de Palestine  |  100 chrétiens enlevés lors de raids nocturnes dans une église chinoise clandestine  |  Chérif Chekatt, le terroriste de #Strasbourg est armé et n’a pas été interpelé, nuit multiculturelle en vue pour les habitants  |  #Strasbourg : le terroriste se nommerait Chérif Chekatt, né le 4 février 1989 à Strasbourg  |  #Strasbourg : tiens donc, BFMTV affirme que le terroriste fréquentait les milieux extrémistes musulmans (et pourquoi ne sont-ils pas démantelés ?)  |  #Strasbourg : le terroriste reste introuvable, des grenades ont été découvertes dans son logement – les gens, bloqués dans les bars, célèbrent la diversité à leur façon  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Gaia - Dreuz le 11 avril 2013

Ils sont jugés pour des brigandages aggravés. Les victimes terrorisées se taisent.

Vous aimez cet article ? Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les nouveaux articles de Dreuz, une fois par jour en fin d’après-midi.

Genève devient un vrai coupe-gorge. C’est le sentiment induit par le procès d’une bande de Maghrébins qui s’est ouvert ce mercredi matin devant le Tribunal correctionnel. Rien ne semble arrêter ces quatre hommes âgés d’une vingtaine d’années.

On connaissait les Zizou et les arracheurs de sacs, mais ceux-ci sont passés à la vitesse supérieure. Ils arpentent les rues de la ville, de préférence de nuit, et n’hésitent pas à sortir les couteaux dans le but d’arracher sacs, porte-monnaie ou portables aux passants terrorisés. Ils sont jugés pour une série de brigandages aggravés commis entre le 25 et le 31 janvier 2012. La plupart des faits sont admis. Deux d’entre eux sont aussi accusés d’avoir mis le feu à leur cellule à Champ-Dollon.

Les victimes ? Des gens modestes

Leur quartier favori? Plainpalais. Le profil de leurs victimes? Des personnes modestes comme cet homme et cette femme qui se rendaient à leur travail à 4 h 30 du matin. Ils ont été agressés à l’angle de la rue Dancet et de l’avenue Pictet-de-Bock. Couteau pointé sur le ventre. Ils ont été délestés de leur portable et de quelques centaines de francs. L’un des prévenus a arraché la chaîne en argent que la femme portait autour du cou. Selon le Ministère public, elle a appelé au secours, elle a alors été plaquée sans ménagement contre un mur et menacée: «Si tu cries, je te tue». Terrorisée, elle n’a jamais voulu être confrontée à ses agresseurs, elle a même retiré sa plainte. Au début de la procédure, elle a juste accepté de les reconnaître sur photo. Une autre dame d’un certain âge a été repérée, elle, dans le tram 12 un soir vers 23 h. Suivie dans la rue, son sac lui a été arraché avec une telle violence qu’elle s’est retrouvée par terre, blessée.

Un jeune homme a senti la lame froide d’un couteau sous sa gorge près de l’Usine. Un autre, rentrant seul chez lui après minuit, un bras dans le plâtre, a également été attaqué de la même manière. Deux jeunes gens ont été brutalisés pour quelques dizaines de francs à la rue de l’Ecole-de-Médecine. Les deux derniers, enfin, se trouvaient au Rond-point de Plainpalais.

Il ne veut plus partir de Suisse

L’interrogatoire des prévenus commence mal. «Je ne comprends pas ce qu’elle dit, lance l’un d’eux en désignant l’interprète. Elle parle l’arabe classique.» La présidente demande alors qu’on lui trouve un interprète qui maîtrise le dialecte marocain. En attendant, on passe au détenu suivant. «Vous avez toujours le projet de rentrer chez vous après votre sortie de prison?» lui demande la juge. Il répond que non, qu’il envisage maintenant de rester en Suisse et de travailler comme carreleur. Il précise qu’en prison, il a appris le français. En outre, «la doctoresse et l’assistante sociale m’ont donné confiance et encouragé.»

Et ses victimes? Il leur demande pardon. A ses yeux cependant, il a fait «des bêtises mais jamais de mal à personne.» Quant à l’incendie de la cellule, deux des prévenus se rejettent la faute. Qui en est responsable en fin de compte? «Là c’est votre travail!» lance un accusé à la juge. Le procès se poursuit.

http://http://www.tdg.ch/geneve/actu-genevoise/Une-bande-de-Maghrebins-s-attaque-aux-passants-de-nuit-avec-un-couteau/story/16685245

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Gaïa pour www.Dreuz.info

Loading...
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz