FLASH
[17/01/2018] Examen médical de Trump (par le médecin d’Obama): il ne boit pas, ne se drogue pas, ne fume pas, est en excellente santé physique et mentale – et a des gênes pour vivre 200 ans ! »  |  Pendant la nuit, Tsahal a arrêté en Judée Samarie 16 colons arabes suspectés de terrorisme  |  [15/01/2018] La gauche, toujours du côté du mal : Sadiq Khan, le maire de Londres, n’accueillera pas le président Trump, mais en 2001, il a représenté le prédicateur de haine Louis Farrakhan qui disait que les juifs sont des « suceurs de sang » et Hitler un « très grand homme »  |  Religion d’amour et de paix : en Irak, au moins 8 morts et 40 blessés dans un double attentat à Bagdad  |  [14/01/2018] Abou Hamza Hamdan, un terroriste du Hamas, a été éliminé lors d’un attentat à la voiture piégée à Sidon, au Liban  |  Sur MSNBC, un pasteur noir pro-Trump dit à la journaliste d’aller vivre en Haïti si elle doute que c’est un « pays de merde »  |  Tweet du Premier ministre indien Modi à Netanyahu: « Bienvenue en Inde, mon ami PM @netanyahu! Votre visite en Inde est historique et spéciale. Elle renforcera encore l’étroite amitié entre nos deux pays »  |  La Pologne pourrait tenir un référendum pour quitter l’UE, selon Donald Tusk  |  Israël ferme ses missions diplomatiques de Biélorussie, République dominicaine, Érythrée, Irlande et Lettonie pour en ouvrir d’autres en Afrique  |  En Autriche, 20 000 manifestants qui rejettent le principe démocratique contre la coalition gouvernementale incluant l’extrême droite – mais l’extrême gauche criminelle, pas de problème  |  Laurent Wauquiez : « Avec Emmanuel Macron, les clandestins resteront sur notre sol »  |  Le Premier ministre thaïlandais Prayuth Chan-Ocha a installé un découpage en carton de sa photo pour que les journalistes posent leurs questions, puis il a quitté la conférence de presse  |  Durant la nuit, l’armée israélienne a détruit un tunnel terroriste du Hamas au sud de Gaza  |  [11/01/2018] Des imbéciles affirment que Trump n’a aucun succès économique. Et ça ?! Sondage Quinnipiac: 66% des Américains pensent que l’économie est “Excellente/ bonne” et c’est le meilleur score depuis que ce sondage existe  |  En caméra cachée, James O’Keefe a pris Twitter la main dans le sac avouant qu’ils suppriment des comptes d’opinions politiques qui leur déplaisent – et nous risquons d’être censuré par Twitter de l’écrire  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Michel Garroté le 18 avril 2013

Solweig-1

Michel Garroté, réd en chef – Dans mon article intitulé « Le Grand Journal de Canal+ dans la grosse merde » (lien en bas de page), j’avais publié les révélations d’Ollivier Pourriol sur ce grand journal version talkshow mrapo-gauchiste pseudo-branché. Ci-dessous, je publie les révélations de Solweig Rediger-Lizlow, qui, elle aussi, a travaillé un temps au Grand Journal de Canal+ (extraits de l’interview de Solweig avec Purepeople ; voir lien en bas de page). J’aime bien Solweig. Elle est très belle et elle n’est pas conne du tout. Je me souviens d’elle au Grand Journal. Elle tentait d’y mettre de l’humour spontané et de la fraîcheur. Je me souviens du petit Denisot qui de toute évidence ne supportait pas cette gosse impertinente à ses côtés.

Purepeople : Vous venez de comparer votre expérience dans le Grand Journal à un calvaire. Pouvez-vous nous raconter ce calvaire ?

Solweig Rediger-Lizlow : C’est très simple, il a commencé dès le premier jour, avec ces quelques mots de bienvenue de la part de deux des chefs du Grand Journal : « Tu sais Solweig, tu es le choix de Canal+, mais tu n’es absolument pas le nôtre. » Je vous laisse imaginer la magnifique année que j’ai passée, entre censure permanente et humiliation. Tout ça pour mieux pouvoir dire en fin d’année : « Nous avions raison, Solweig n’était pas un bon choix ».

Purepeople : Vous dites que le livre d’Ollivier Pourriol est gentil, pensez-vous qu’il n’a pas tout révélé ?

Solweig Rediger-Lizlow : Le livre d’Ollivier Pourriol n’est pas gentil, c’est sa façon de faire que je trouve encore gentille, voire élégante avec les personnes qu’il décrit dans ON/OFF. Je pense qu’il a très bien retranscrit l’ambiance frigorifique qui règne dans les bureaux, le cynisme de certains, la bêtise de l’un, l’arrogance de l’autre. Et toujours avec humour et intelligence.

Il y avait déjà bien à faire en parlant des bureaux, du plateau, du direct et des backstages. Si l’on rentre dans la vie des uns ou les mœurs des autres, je ne suis même pas sûre que le public y croirait.

Purepeople : Est-ce que les gens du Grand Journal vous prenaient vraiment pour une serpillière, comme vous l’avez écrit dans votre soutien à Olliver Pourriol ? N’aviez-vous pas d’alliés ?

Solweig Rediger-Lizlow : Croyez-le ou non, mais faire briller un chroniqueur ou un animateur, cela passe parfois par l’humiliation d’un autre. Dans ce cas-là, celui qui brille te regarde en se marrant, les bras croisés. Bien sûr que j’avais des alliés, et j’en ai toujours, je les garde précieusement. De toute façon je savais avant de commencer à qui il ne fallait rien dire, comme celui que l’on appelle « l’œil de Moscou », dont le rôle est de rapporter chaque jour au producteur « qui » dit « quoi » sur « qui ».

Purepeople : Qu’entendez-vous par obéir au doigt et à l’œil ? Et à qui deviez-vous obéir ?

Solweig Rediger-Lizlow : C’est très simple, comme je l’ai déjà dit à de nombreuses reprises, à part au Festival de Cannes où j’ai pu à peu près montrer mon univers, je n’ai jamais eu mon mot à dire sur les sketches écrits. Enfin bref, de toute façon je ne me prenais même plus la tête à proposer quoi que ce soit puisque toute vanne était automatiquement refusée ou ré-écrite par mon rédacteur, ou l’auteur qui dépendait de lui.

Et quand j’avais le malheur de leur dire que tout cela était nullissime et absolument pas drôle, j’avais le droit à cette éternelle phrase : « Nous sommes Le Grand Journal, leader d’opinion, et nous savons ce qui est drôle ou pas », suivi de « de toute façon tu fais ce qu’on te dit, point ». Et même si j’arrivais au final à placer une de mes idées, ils me la sucraient en plein direct via l’oreillette. Ils m’ordonnaient de ne pas faire la vanne, qui bien évidemment était le plus souvent la chute, et ce n’avait au final plus aucun sens. Au bout d’un moment tu laisses tomber, tu crées le personnage qu’ils attendent de toi. Une pouffe décérébrée à la voix nasillarde dont la mission est de séduire les « 7-13 ans » et les « cadres sup » selon leurs termes. Ensuite, tu attends bien sagement la fin de l’année que ton contrat arrive à terme.

Purepeople : Avez-vous des anecdotes à nous raconter sur votre aventure au Grand Journal ?

Solweig Rediger-Lizlow : Mouais… il y en a tellement. Ah si, en voici une petite parmi tant d’autres. C’est celle où j’ai eu l’interdiction formelle de dire quoi que ce soit sur Dominique Strauss-Kahn dans une météo, après avoir désespérément cherché dans les archives du Grand Journal la vidéo d’une Boîte à questions : « Est-ce que sucer c’est tromper ? », ce à quoi DSK répond : « ça dépend qui suce qui ». Cette archive avait mystérieusement disparu.

Purepeople : Est-ce que d’autres membres de l’équipe partageaient votre point de vue ?

Solweig Rediger-Lizlow : Ils sont légion, mais je ne vous donnerai bien évidemment pas leurs noms.

Purepeople : Quel rôle joue Michel Denisot dans tout ça ?

Solweig Rediger-Lizlow : ON : Il arrondit les angles sans se mouiller. OFF : Il tire plus vite que son ombre.

© Purepeople.com

http://www.purepeople.com/article/solweig-lizlow-son-calvaire-au-grand-journal-entre-censure-et-humiliation_a119203/1

Le Grand Journal de Canal+ dans la grosse merde | Dreuz.info

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz