FLASH
[10:57] Michael Moore demande à Nancy Pelosi de faire fermer le gouvernement pour empêcher les Républicains de nommer un juge à la Cour suprême à la place de Ginsburg  |  Le Michigan autorise la « récolte des bulletins de vote au porte-à-porte » qui autorise toutes les fraudes, pendant plus de 4 jours après le jour de l’élection  |  Selon le New York Times, plus de 60 % des Latinos rejettent la politique identitaire des « progressistes »  |  Très suspect dans le contexte : Biden indique qu’il ne publiera pas sa liste des candidats à la Cour suprême pour remplacer Ginsburg  |  30 blessés entre vendredi et dimanche matin à Chicago, ville Démocrate gérée par les Démocrates  |  Mike Pompeo : il reste moins de 200 membres d’Al-Qaida en Afghanistan  |  C’est officiel : Les Etats-Unis réintroduisent toutes les sanctions contre l’Iran  |  Un homme d’Omaha qui s’est défendu contre un agresseur de Black Lives Matter s’est suicidé après avoir été inculpé par un grand jury  |  Une Canadienne arrêtée en tenant de passer illégalement la frontière après avoir envoyé une enveloppe de ricin à Trump à la Maison-Blanche  |  2 morts, 8 blessés dans l’effondrement d’un tunnel terroriste à Gaza  |  Les troupes israéliennes arrêtent 4 terroristes qui ont traversé la frontière de Gaza armés de couteaux pour aller tuer des juifs  |  Tous les passagers inscrits sur les carnets de vol d’Epstein vont être nommés  |  Le Bahreïn dit avoir déjoué une importante attaque terroriste fomentée par l’Iran  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Gaia - Dreuz le 25 avril 2013

Très régulièrement, des ministres expriment leur souhait de voir se généraliser les carrés musulmans dans les cimetières civils de l’Hexagone. Au nom de l’enracinement. Qu’en est-il dans la Marne, l’Aisne et les Ardennes ? Notre dossier.

Vous aimez cet article ? Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les nouveaux articles de Dreuz, une fois par jour en fin d’après-midi.

Le sujet est récurrent. En leur temps, Michèle Alliot-Marie, puis Éric Besson s’étaient exprimés en faveur de la généralisation des « carrés musulmans » dans les cimetières civils. Cette année, c’est Yamina Benguigui, ministre de la Francophonie, qui va dans ce sens.

Dans les faits, peu à peu, ces espaces confessionnels se multiplient pour une raison simple : si le but de la première génération d’immigrés était de rentrer « au bled » pour la retraite ou pour son inhumation, les générations suivantes s’affranchissent de cette coutume et demandent de plus en plus à être enterrées dans les cimetières civils français, mais si possible dans un espace confessionnel.

Plusieurs raisons expliquent ce phénomène. La principale est le fait qu’une bonne partie de la population musulmane vit dans l’Hexagone depuis longtemps. Suffisamment pour s’enraciner sur le sol français. « Beaucoup de jeunes sont enterrés ici, surtout si les parents sont là », confirme M. Amzaoui, membre d’une association de gestion d’une mosquée à Saint-Quentin. Lequel observe un accroissement du nombre de ceux qui souhaitent effectivement entrer dans l’Éternité en terre d’adoption.

Reste ensuite à choisir le lieu de l’inhumation. M. Amzaoui indique que plus on est pratiquant, plus on optera pour un lieu de sépulture confessionnel. Les fameux « carrés musulmans », insérés dans les cimetières civils classiques, comme à Laon, à Charleville ou à Reims-La Neuvillette, sont exclusivement dédiés aux défunts relevant de cette confession, les rites d’inhumation étant très spécifiques. En revanche, les « cimetières » musulmans se comptent sur les doigts d’une main (l’un à Bobigny datant de 1937, l’autre à Strasbourg ouvert en 2012), la loi française imposant la laïcité aux cimetières, qui – de ce fait – sont accessibles à tous, quelle que soit leur religion.

Une progression lente

L’autre raison de l’inhumation en France est purement économique. Pour un Français de souche, les obsèques coûtent cher. Quand il faut rapatrier le corps dans le pays d’origine de la famille, la dépense peut atteindre un niveau qui limite le respect de la coutume.

Cela dit, souligne l’adjoint au maire rémois, Stéphane Joly, rien n’interdit d’être enterré dans un cimetière classique et de faire en sorte que les rites soient respectés le plus possible. D’autant, complète M. Amzaoui, qu’une certaine tolérance est admise pour faciliter les choses.

Bien que trois directives (1975, 1991 et 2008) et le rapport Stasi sur la laïcité (2003) préconisent la généralisation des « carrés musulmans », celle-ci ne progresse que lentement. Soit par méfiance vis-à-vis de cette religion venue d’ailleurs, soit tout simplement faute de place. C’est ainsi qu’à Reims, le carré existant (76 places) et celui qui ouvrira en 2014 (251 places) sont tous deux rattachés au nouveau cimetière de la Neuvillette.

À l’amicale des maires de la Marne, le président, Yves Détraigne, remarque qu’aucune demande d’information sur ce sujet n’est adressée par ses collègues. À l’avenir, l’évolution sera la multiplication des carrés, la population musulmane ayant largement dépassé les cinq millions d’individus. Cependant, la loi du 9 décembre 1905 s’applique et oblige à la neutralité des cimetières. Les maires sont tenus à cette neutralité. D’où le nombre très faible de cimetières confessionnels civils.

http://m.lunion.presse.fr/article/aisne/yamina-benguigui-souhaite-la-generalisation-des-carres-musulmans

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Gaïa pour www.Dreuz.info

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz