Quantcast
FLASH
[17/07/2019] Sondage @YouGov: 90 % des Républicains approuvent les tweets de @realDonaldTrump disant aux 4 Démocrates qui n’aiment pas l’Amérique d’aller réparer leur pays de naissance  |  En plein délire TDS (#Trump derangement syndrome) Whoopi Goldberg compare les Démocrates qui attaquent Trump à des « patriotes debout face à la tyrannie » comme dans la guerre d’indépendance  |  Selon l’OMS, le virus Ebola du Congo est maintenant un problème mondial après qu’il ait été détecté dans une ville de 2 millions d’habitants  |  Le GoFundMe d’Andy Ngo (journaliste tabassé par des Antifas) atteint 200 000 dollars  |  [16/07/2019] 10 marins turcs ont été pris en otage au large des côtes du Nigeria  |  [14/07/2019] L’aviation militaire aérienne israélienne serait en opération entre le Liban et la frontière avec la Syrie  |  Paris: violences sur les Champs-Élysées. Les forces de l’ordre semblent en difficulté face aux casseurs – qui sont toujours les mêmes genre de racailles  |  #Trump dépasse Reagan ! 94 % de popularité au sein du Parti républicain, un record historique. Ronald Reagan était de 87 %  |  [13/07/2019] Médias : « Alex Acosta doit démissionner! ». Acosta a démissionné. Médias : « il n’y a pas de Latinos dans l’Administration #Trump! »  |  [12/07/2019] Nihiliste. Miley Cyrus dit qu’elle n’aura pas d’enfants parce que « la terre est en colère »  |  Les Démocrates ont mis sur Twitter une photo d’enfants migrants en cage pour tenter de blâmer Trump sur la crise frontalière. Problème : la photo a été prise sous l’administration Obama-Biden !  |  [08/07/2019] Alerte danger Iran: Les forces navales de la coalition ont déjoué une tentative d’attaque contre un navire commercial en mer Rouge par un groupe Houthi financé par l’Iran  |  [07/07/2019] Le premier candidat gay à la présidence tunisienne, Mounir Baatour, a déclaré: «Je vous ai dit que la normalisation [avec Israël] n’était pas une trahison. La normalisation est dans l’intérêt de la Tunisie en termes d’économie et de relations internationales  |  Sondages de sortie des urnes en Grèce : le parti conservateur de la nouvelle démocratie remportera 40 % des suffrages, battant l’extrême gauche de Tsipras  |  [05/07/2019] L’Iran menace de saisir un pétrolier britannique après que les Royal Marines aient saisi un pétrolier iranien transportant du pétrole vers la Syrie  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Michel Garroté le 1 mai 2013

SRC-1

Pour agrandir cliquez sur l’image

 The réd en chef – L’environnement stratégique de la Suisse est en pleine mutation depuis quelques années. Le Service de Renseignement de la Confédération (SRC) estime qu’en 2013, il est difficile de prévoir les conséquences, d’une part, de la crise européenne de la dette, et d’autre part, du printemps arabe et du jihad sur la sécurité de la Suisse.

La Suisse n’est pas, à ce jour, une cible prioritaire d’attentats pour motifs djihadistes. Mesurée à l’aune internationale, la Suisse est un pays qui assure un niveau de sécurité très élevé. Toutefois, le risque que des citoyens suisses soient enlevés à l’étranger pour des raisons politiques ou terroristes est plus élevé qu’auparavant. Les risques d’enlèvements sont particulièrement élevés dans les zones de conflit de l’espace islamique. Passer ses vacances en Egypte ou en Tunisie par exemple est devenu risqué.

Un attentat islamiste sur sol suisse est plausible. Les voyageurs du djihad sont pointés comme le principal danger pour la Suisse en 2013. Alors que plusieurs centaines de personnes ont quitté l’Europe pour des motifs djihadistes ces dix dernières années, la Suisse en compte à peine une vingt, partis principalement à destination de la Somalie, de la région Afghanistan / Pakistan et de la Syrie.

Un danger est donc clairement pointé comme particulièrement préoccupant pour la Suisse : les personnes voyageant pour des motifs djihadistes. Elles vont dans des pays comme la Somalie ou le Yémen, suivent parfois des camps d’entrainement militaires et reviennent en Suisse. Certaines pourraient préparer des attentats.

En ce qui concerne le retour en Suisse de personnes ayant séjourné dans des régions djihadistes, aucun cas n’est cependant avéré à ce jour. Du moins officiellement.

La prolifération est l’un des problèmes majeurs de notre époque. Elle concerne le monde entier et n’épargne pas la Suisse. Des activités de renseignement prohibé sont toujours accomplies en Suisse, de plus en plus souvent à l’aide de moyens informatiques. La Suisse est la cible d’actes illicites d’espionnage. Le secteur de la recherche constitue une victime de choix, tout comme les opposants à des régimes politiques étrangers. Les cyberattaques se multiplient en Suisse.

SRC-2

Pour agrandir cliquez sur l’image

Des services d’espionnage étrangers sont actifs en Suisse, comme l’a démontré un cas d’opposants géorgiens mis sous surveillance par des agents de leur pays à Zurich. Des indices suggèrent que d’autres Etats ne se gênent pas pour faire de même.

Le potentiel de violence lié à l’extrémisme de droite comme de gauche persiste mais ne menace pas la sécurité intérieure de la Suisse. Les effets de la crise de la dette en Europe, du printemps arabe et du djihad sur la sécurité de la Suisse sont difficilement prévisibles aujourd’hui.

Rappelons que le djihadiste Moez Garsalloui a été tué en octobre 2012 par un drone dans la zone frontière afghano-pakistanaise. Ce Tunisien a géré en Suisse un site web djihadiste. Activité pour laquelle il a été condamné en 2007 par le Tribunal pénal fédéral. Il n’a jamais purgé sa peine de prison car il s’est enfui en Afghanistan.

Rappelons également le cas de l’étudiant jordanien, ayant résidé à Bienne, dans le canton de Berne, avant d’être arrêté au Kenya à cause de ses liens avec des terroristes islamistes somaliens.

Les risques d’approvisionnement en énergie de la Suisse ne se sont pas beaucoup modifiés. Le Service de Renseignement de la Confédération estime qu’il y a peu de problèmes concernant l’approvisionnement en pétrole malgré l’insécurité accrue au Proche et Moyen-Orient. Pour ses importations de gaz, la Suisse reste largement dépendante des systèmes de gazoducs fixes, souvent originaires de Russie.

Le service de Renseignement de la Confédération estime que l’Iran continue d’accroître la portée de ses missiles balistiques. L’introduction entre autre du nouveau missile à carburant solide Ashura/Sejil, dont la portée est de 2’000 kilomètres constitue un véritable bond en avant sur le plan militaire pour l’Iran.

Reproduction autorisée

Avec mention Michel Garroté www.dreuz.info

SRC-3

Pour agrandir cliquez sur l’image

Loading...
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz