FLASH
[21/10/2018] Ce matin, les forces armées israéliennes ont ouvert le feu sur les terroristes musulmans palestiniens qui s’approchaient de la frontière pour aller trancher la gorge d’innocents citoyens juifs  |  [20/10/2018] Grèce : le nombre de cas d’abus sexuels sur enfants explose dans le plus grand camp de migrants du pays  |  Montbéliard (25) : Un électricien tabassé dans la rue par 5 « jeunes » parce qu’il installait les lumières de Noël  |  « Quand j’entends qu’un média est traité d’extreme droite par @lemondefr, je me dis qu’il est sans doute bon »  |  Nord de la France : escroquerie aux allocations sociales – au moins 1,7 million d’euros, 3 romanichels mis en examen  |  76% des Français choqués, désapprouvent le comportement de Jean-Luc Mélenchon pendant les perquisitions  |  Inondations de l’Aude : de nombreux vols et cambriolages relevés dans les zones sinistrées  |  A Créteil, un lycéen pointe son arme à quelques centimètres de sa prof, en classe, pour qu’elle le note -présent- (source Le Parisien)  |  [19/10/2018] Grande-Bretagne, la fête peut reprendre : l’islamiste Anjem Choudary est sorti de prison après avoir purgé la moitié de sa peine  |  Effet trump : la croissance de la Chine n’a jamais été aussi faible depuis 2009  |  Avec 900 000 followers, @Tsahal_IDF court-circuite la censure totale des médias et informe les gens de la réalité du terrorisme musulman  |  France : un « jeune » de 23 ans est mort d’un coup de couteau. 2 autres sont blessés. @lavoixdunord appelle ça une « querelle de voisinage »  |  Hier, @Twitter a dit qu’il ne fermera pas le compte de Louis Farrakhan qui a dit que « les juifs sont comparables à des termites ». Twitter doit expliquer aux gens bannis pour moins que ça sa définition de l’incitation à la haine  |  [18/10/2018] Le juge rejette la demande de Paul Manafort de porter un costume au tribunal plutôt qu’un uniforme de prison  |  Effet Trump : en raison du rééquilibrage des tarifs douaniers sur l’acier, les métallurgistes américains vont obtenir la plus forte augmentation de salaire depuis des années  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Gaia - Dreuz le 4 mai 2013

Il voulait venger l’honneur de sa famille et pour cela il a commis un crime horrible. Fin avril, un villageois afghan, originaire de la province de Badghis, (nord-ouest de l’Afghanistan), près de la frontière avec le Turkménistan, a exécuté sa fille de trois balles de kalachnikov, rapporte l’AFP.

Vous aimez cet article ? Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les nouveaux articles de Dreuz, une fois par jour en fin d’après-midi.

Alors que son mari se trouvait en Iran, Halima, une jeune femme qui serait âgée d’une vingtaine d’années, s’est enfuie avec un cousin, a expliqué à l’AFP le chef de la police provinciale, Sharafuddin Sharaf. Mais deux jours après son départ, elle a été abandonnée par le jeune homme. Elle a finalement été retrouvée par son père qui l’a ramenée au domicile. « Mais les gens ont commencé à parler au village de ce qui était arrivé et un neveu du père, un religieux enseignant le Coran dans une école, lui a dit que sa fille devait subir la peine capitale », explique Sharafuddin Sharaf. Alors que le cousin est en fuite et que personne ne sait si la jeune femme entretenait une liaison avec ce dernier, la peine d’Halima ne sera pas la lapidation (appliquée au couple adultère) mais une exécution par balles.
Une scène filmée et 300 spectateurs

La date est fixée au 22 avril. Ce jour-là, devant « 300 à 400 personnes », Halima est tuée par son propre père. Il lui tire dessus trois balles de kalachnikov, a raconté à l’AFP une militante des droits de l’homme de Badghis. Cette exécution aurait été filmée, comme le rapporte la militante : « Halima y est agenouillée et porte un long tchador. Un mollah prononce la prière funèbre puis son père, placé derrière elle, tire trois balles avec une kalachnikov à environ 5 mètres de distance », précise-t-elle, avant d’ajouter : « Son frère vient ensuite constater sa mort et éclate en sanglots. » C’est seulement deux jours plus tard que la police de Badghis est arrivée sur les lieux de l’exécution. Le père d’Halima et sa famille avaient eu le temps de fuir. « Nous essayons de les arrêter, mais c’est une zone instable jouxtant la province de Herat où les talibans sont actifs », a déclaré le chef de la police provinciale.

« Les violences contre les femmes continuent d’être endémiques en Afghanistan et ceux qui en sont responsables sont rarement traduits en justice », a déploré Amnesty International.
Si depuis la chute des talibans en 2001, les droits des Afghanes ont légèrement progressé, il reste encore du chemin à parcourir. En 2009, Kaboul a par exemple adopté une loi qui punit les mariages forcés, le viol et les autres violences faites aux femmes, mais elle est rarement appliquée. Les femmes craignent par ailleurs, qu’après le départ des troupes internationales en 2014, leurs droits soient de nouveaux bafoués.

http://www.elle.fr/Societe/News/Afghanistan-il-tue-sa-fille-en-public-a-la-kalachnikov-2441792

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Gaïa pour www.Dreuz.info

Loading...
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz