FLASH
[25/09/2018] La France refuse l’Aquarius bourré d’étrangers illégaux et suggère qu’il accoste à Malte  |  Comme l’a expliqué Trump, la Chine ne peut pas gagner son bras de fer tarifaire contre les Etats-Unis. La guerre commerciale de Trump prend une dimension militaire avec la vente d’armes de chasse à réaction à Taiwan  |  [24/09/2018] Allo tonton, pourquoi tu tousses ? A Grenoble un musulman fiché S a tenté de mettre le feu à une chapelle, car l’islam est une religion d’amour  |  Comme promis lors de l’élection, le gouvernement italien serre la vis sécuritaire et anti-étrangers illégaux  |  La Belgique est scandalisée par la libération de Noureddine C., condamné en 2007 à 30 ans de prison pour le meurtre d’une policière  |  Pendant la présidentielle, Benalla posait avec son arme pour un selfie… sans port d’armes, mais la justice n’est pas égale pour tous  |  L’Aquarius demande l’autorisation de débarquer 58 « migrants » (le vrai terme est étrangers illégaux) à Marseille  |  Sous les pressions de l’Italie, le Panama retire son pavillon à L’Aquarius  |  Ecosse : interdiction d’arborer un drapeau palestinien (ne pas se réjouir trop vite : les drapeaux israélien, catalan, du Vatican, tricolore irlandais, etc. sont également interdits)  |  Paris : Un adolescent de 17 ans tué à coups de couteau en pleine rue. Toujours le couteau…  |  Dans un nouveau sondage Fox News, le soutien du public pour Kavanaugh a chuté de 5% à 40%  |  Une seconde femme accuse Brett Kavanaugh de comportement sexuel douteux quand ils étaient étudiants  |  Marseille : Attaqués par environ 40 racailles, la police contrainte de faire feu à deux reprises pour éviter d’être lynchée  |  Censure des voix conservatrices : James Wood viré de Twitter. A qui est-ce jamais arrivé à gauche ?  |  Des pirates ont capturé 12 marins suisses au large du Nigeria  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Dreuz Info le 14 mai 2013

ltHorrorRememberedFilm

En ce jour-fatidique là (15 mai 1974), je me trouvais à New-York au Waldorf Astoria Hotel, pour assister à une conférence nationale sur l’éducation. A peine arrivé, j’ai été happé par la terrible nouvelle qui m’a gardé confiné dans la chambre à l’affût de tout développement, état des massacres, etc… De là, j’ai quitté New-York pour Ottawa ou je résidais alors avec ce poème que je relis chaque année à la date-anniversaire avec la ferveur d’un « kadish », en souvenir de ces jeunes vies fauchées par la barbarie à visage humain. Nous n’oublierons jamais!…

Vous aimez cet article ? Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les nouveaux articles de Dreuz, une fois par jour en fin d’après-midi.

MA’ALOT

Ils étaient quatre-vingt-cinq à Ma’alot

Quatre-vingt-cinq enfants d’Israël

Qui couraient, libres, heureux, innocents

A travers tes rues et tes routes, Ma’alot

– – Combien sont-ils encore à présent?

Ils dormaient

Repus de printemps, d’idéal et de beauté

Ils dormaient

Les paupières alourdies de rêves riches en lendemains radieux

Ils dormaient

– – Mais combien verront encore un matin?

15 mai 1974

A l’heure de ta vingt-sixième Aube,

Israël ressuscité,

Quel vertige, soudain, les saisit

Dans le cauchemar d’un trépas différé

– – Ô ces mitraillettes braquées sur vos jeunes années!…

Rêves, jeunesse, innocence, piétinés, fracassés

Vous regardez, hagards

Des yeux venus d’aussi loin que la Haine

Plus dure que le métal des armes qui vous promettent la Mort.

Vous n’êtes plus Chochana, Arié, Ilana ou Daniel

Avraham, Rahel, Sara, Yaacov ou Chmouel

Mais marchandise humaine, mes frères…

– – Des OTAGES, disent-ils.

Je n’oublierai jamais vos pauvres vies traquées

Corps tordus, déchirés, sous les rafales assassines

Je n’oublierai jamais vos yeux qui se figent

Dans l’ultime élan d’une prière pathétique : « POURQUOI? »

Pourquoi Kichinev? Dachau? Treblinka et Auschwitz?

Lod? Athènes? Kiryath-Chemona et Munich?

Pourquoi MA’ALOT?

Nous n’avons rien oublié, ô ma mémoire affligée

– – Train d’enfer

Tu poursuis inexorablement ta route ensanglantée

Ne t’arrêteras-tu jamais?

Jamais le peuple d’Israël ne connaîtra donc la Paix?

© Henri Acoca, New-York – 15 / 05 / 1974

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz