FLASH
[21/08/2018] Chômage, déficit, pouvoir d’achat : l’effet Macron ne marche pas, l’effet Trump fonctionne à fond, donc les médias crachent sur Trump  |  Une statue de la Vierge à l’Enfant décapitée dans l’Île de Noirmoutier  |  Européennes 2019 : contesté voire détesté, Emmanuel Macron en mauvaise posture  |  Orly : un « jeune » à scooter meurt en fuyant un contrôle de police, l’IGPN saisie  |  [20/08/2018] Tsahal à arrêté 11 islamistes palestiniens à Hebron et à Jérusalem lors de raids pour rechercher des terroristes  |  Le prix de la vie selon la justice française : Le migrant illégal de 19 ans qui a poignardé 4 personnes à Périgueux lundi 13 août n’a été condamné qu’à 3 ans de prison ferme  |  Paris : Une policière porte secours à des passagers après un accident mortel qu’ils ont provoqué, dans le 19e, et se fait violemment frapper par le passager rescapé!  |  Le chef de la police municipale de Villevaudé, en Seine-et-Marne, a été violemment agressé dimanche à son domicile par « plusieurs personnes » qui l’ont roué de coup  |  Barcelone attentat islamique : Un homme armé d’un couteau a tenté d’attaquer des policiers en hurlant Allahou Akbar (Allah est le plus grand)  |  Saint-Paul-Trois-Châteaux (26) : un homme de 45 ans tué de 9 coups de couteau, un autre homme blessé, suspect appréhendé, motif inconnu  |  Marseille : encore un adolescent de 16 ans poignardé pour un mauvais regard  |  Tsahal a ouvert le feu sur un terroriste musulman qui a tiré dans leur direction dans le nord de Gaza. Aucun blessé parmi les troupes israéliennes n’a été signalé  |  Un terroriste musulman a tiré des coups de feu sur l’ambassade des États-Unis à Ankara. La police a déclenché une chasse à l’homme et recherche un véhicule blanc suspect  |  [17/08/2018] Jérusalem : attentat au couteau, un policier blessé par un terroriste musulman palestinien, qui a été neutralisé  |  Dreuz lance un appel aux lecteurs: aidez-nous à passer au crible pendant 24 h les Fake News des radios du service public français  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Guy Millière le 15 mai 2013

obama-lying

Des lecteurs de mon précédent article sur le « Benghazi-gate » ont semblé se demander pourquoi Barack Obama et les gens de son administration ont pu se conduire comme ils se sont conduits. La réponse est incluse non seulement dans mon livre Le désastre Obama*, mais aussi dans le précédent livre que j’avais consacré à Obama, La résistible ascension de Barack Obama*.

Pour la résumer de manière lapidaire, je dirai : Obama vient de l’extrême gauche et a des liens anciens avec l’islam. C’est un homme qui n’aime pas les Etats Unis tels qu’ils sont depuis leur fondation et qui voit en eux un pays « impérialiste », arrogant et trop puissant. Sur un plan intérieur, il s’emploie à faire glisser le pays vers un socialisme à l’européenne. Sur un plan extérieur, il entend amoindrir la puissance des Etats-Unis, et avancer vers un monde plus « juste ». Ce qui signifie un monde où des pays non démocratiques appréciés par la gauche et l’extrême gauche auront davantage de pouvoir. Ce qui signifie aussi, pour ce qui concerne le monde musulman, un monde plus sûr pour l’islam radical.

Un monde sunnite conforme aux vœux de Barack Obama est un monde où les Frères musulmans auront davantage de pouvoir et où la confrontation directe avec les islamistes sera évitée à tout prix.

Un monde musulman en général conforme aux vœux de Barack Obama est un monde dans lequel le monde sunnite soumis aux Frères musulmans va de pair avec un Iran à qui se trouve accordé l’accès au nucléaire civil et qui peut avancer vers le nucléaire militaire jusqu’au moment où on lui proposera une dénucléarisation générale du Proche Orient sous l’égide des Nations Unies.

On doit noter que, depuis janvier 2009, Obama s’est défini un ennemi et un seul : al Qaida.

On doit noter que depuis l’élimination d’Oussama Ben Laden, Obama considère la question d’al Qaida essentiellement réglée.

On doit noter aussi que les auteurs d’actes terroristes islamiques arrêtés aux Etats-Unis n’ont, pour la plupart, jamais été définis par l’administration Obama comme des auteurs d’actes terroristes islamiques et ont été traités comme des criminels de droit commun ou des gens ayant commis des actes inexplicables : ainsi le major Hasan, auteur de la tuerie de Fort Hood.

On doit noter que Tamerlan Tsarnaev, l’auteur éliminé de l’attentat de Boston avait été signalé par les services russes comme un djihadiste, mais n’avait pas été inquiété un seul instant par le FBI.

A Benghazi, il a été décidé de diminuer les forces de sécurité américaines comme un geste de « bonne volonté » vis-à-vis des djihadistes. Il a été décidé lors de l’attaque de ne pas porter secours à l’ambassadeur Stevens et aux autres membres de la mission américaine pour éviter une confrontation directe avec les djihadistes.

Il a été décidé de mentir et de falsifier ensuite aux fins que la « vérité officielle » soit sauve, à savoir qu’il n’y a pas de risque djihadiste et pas d’actes terroristes islamiques commis contre des Américains.

Il a été décidé d’incriminer un film « islamophobe » aux fins de souligner que les Etats Unis n’étaient en guerre ni avec l’islam, ni avec des djihadistes, et de construire une thèse conforme à la « vérité officielle ».

Vous aimez cet article ? Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les nouveaux articles de Dreuz, une fois par jour en fin d’après-midi.

On a dit ici ou là qu’Obama ne voulait pas parler d’un attentat terroriste à quelques semaines des élections de novembre 2012. Je pense qu’il aurait pu parler d’un attentat terroriste et adopter une attitude ferme, ce qui n’aurait pas été négatif électoralement pour lui. Il ne l’a pas fait parce qu’adopter une attitude ferme aurait été en contradiction avec tout ce qui forme la base de ses convictions et de sa politique.

En tant qu’homme d’extrême gauche, Obama, faut-il le dire, n’a rien contre le mensonge et la falsification.

En tant qu’homme ayant des liens anciens avec l’islam, mentir et falsifier pour éviter une confrontation avec des djihadistes est une attitude logique.

Etant ce qu’il est, Obama s’est entouré de gens qui lui ressemblent ou qui sont à ses ordres. Hillary Clinton est, on l’oublie souvent, une personne qui a beaucoup lu le principal maître à penser d’Obama, qui est aussi le maître à penser de la gauche radicale américaine, Saul Alinsky. Susan Rice vient de la même mouvance, tout comme Jay Carney.

Jamais il n’y a eu tant de gens venant de la gauche extrême dans une administration américaine. Jamais auparavant des membres des Frères musulmans n’avaient été recrutés par un Président : il y en a à la Maison Blanche, dans la diplomatie jusqu’au plus haut niveau, et jusqu’au Department of Homeland Security.

Autre comportement venant de la gauche extrême au sein de l’administration Obama, parmi tant d’autres, le ciblage par le fisc américain des organisations de tea parties et de certaines organisations juives qui ne sont pas sur la ligne de la Maison Blanche.

Ce ciblage est attribué à l’Internal Revenue Services et à lui seulement, mais l’administration Obama a nommé des gens qui lui sont fidèles au sein de l’IRS, et imaginer que l’IRS agit de manière autonome en ces conditions impliquerait un effort supposant de franchir les frontières de la crédibilité.

Je ne sais si Obama et les siens finiront dans l’infamie, mais ce serait dans l’ordre des choses, et ce serait salubre pour les Etats Unis. Ce serait salubre aussi pour la sécurité du monde.

Il est certain en tout cas d’ores et déjà qu’il existe des proximités entre Obama et l’infamie.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Guy Millière pour www.Dreuz.info

* En achetant les livres avec ces liens, vous bénéficiez d’une remise de 5%, et vous soutenez Dreuz qui reçoit une commission de 5%.

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz