FLASH
[25/09/2018] La France refuse l’Aquarius bourré d’étrangers illégaux et suggère qu’il accoste à Malte  |  Comme l’a expliqué Trump, la Chine ne peut pas gagner son bras de fer tarifaire contre les Etats-Unis. La guerre commerciale de Trump prend une dimension militaire avec la vente d’armes de chasse à réaction à Taiwan  |  [24/09/2018] Allo tonton, pourquoi tu tousses ? A Grenoble un musulman fiché S a tenté de mettre le feu à une chapelle, car l’islam est une religion d’amour  |  Comme promis lors de l’élection, le gouvernement italien serre la vis sécuritaire et anti-étrangers illégaux  |  La Belgique est scandalisée par la libération de Noureddine C., condamné en 2007 à 30 ans de prison pour le meurtre d’une policière  |  Pendant la présidentielle, Benalla posait avec son arme pour un selfie… sans port d’armes, mais la justice n’est pas égale pour tous  |  L’Aquarius demande l’autorisation de débarquer 58 « migrants » (le vrai terme est étrangers illégaux) à Marseille  |  Sous les pressions de l’Italie, le Panama retire son pavillon à L’Aquarius  |  Ecosse : interdiction d’arborer un drapeau palestinien (ne pas se réjouir trop vite : les drapeaux israélien, catalan, du Vatican, tricolore irlandais, etc. sont également interdits)  |  Paris : Un adolescent de 17 ans tué à coups de couteau en pleine rue. Toujours le couteau…  |  Dans un nouveau sondage Fox News, le soutien du public pour Kavanaugh a chuté de 5% à 40%  |  Une seconde femme accuse Brett Kavanaugh de comportement sexuel douteux quand ils étaient étudiants  |  Marseille : Attaqués par environ 40 racailles, la police contrainte de faire feu à deux reprises pour éviter d’être lynchée  |  Censure des voix conservatrices : James Wood viré de Twitter. A qui est-ce jamais arrivé à gauche ?  |  Des pirates ont capturé 12 marins suisses au large du Nigeria  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Guy Millière le 20 mai 2013

Al-Dura-Fraud

Le rapport que le gouvernement israélien vient de rendre public est accablant pour Charles Enderlin, et pour la chaîne de télévision pour laquelle Charles Enderlin travaille.

Il est accablant aussi pour tous les journalistes qui, par un réflexe corporatiste indigne et aux antipodes de la déontologie journalistique, ont fait corps avec Charles Enderlin et se sont conduits comme les membres d’une grande mafia où personne n’a rien vu et rien entendu. Il est accablant pour les gouvernements français successifs, qui ont entériné la version officielle, qui était celle de Charles Enderlin. Il est accablant pour ceux qui ont eu l’idée de faire remettre la légion d’honneur à Charles Enderlin. Il est accablant pour la justice française qui a tout fait ou presque depuis des années pour que la vérité officielle selon Charles Enderlin coïncide avec la vérité tout court.

On peut regretter qu’il ait fallu aussi longtemps pour que le gouvernement israélien prenne position, car les faits étaient connus depuis le commencement.

Les faits étaient connus grâce au travail de Stéphane Juffa, de la Metula News Agency, qui a réalisé un petit documentaire implacable et a dû se battre, quasiment seul contre tous.

Ils ont été connus à une échelle plus vaste par le travail et le courage de Philippe Karsenty, qui a fait connaître le scandale dans le monde entier, a fait qu’il n’y a bientôt plus eu que la France où la vérité était indicible, et qui a dû affronter les menaces, le harcèlement, les salles de tribunal, simplement parce qu’il disait ce qui devait l’être et incarnait la dignité dans un contexte très largement indigne.

Je travaille avec Stéphane Juffa depuis des années, et Stéphane est un ami. Je connais Philippe Karsenty depuis aussi longtemps, et Philippe est lui aussi un ami. J’ai écrit et publié des articles pour le défendre, et je sais ce qu’il m’en a coûté. Je sais que ce qu’il m’en a coûté n’est rien à côté de ce qu’il a dû endurer, lui.

La seule attitude digne de la part de Charles Enderlin en ce contexte serait de se retirer en silence et avec discrétion. Rien ne l’obligeait à s’enferrer dans une position dont il était évident qu’elle serait de plus en plus intenable au fil du temps. Il a choisi de s’enferrer. Il devrait assumer. Il devra assumer s’il lui reste un sens de l’honneur.

La seule attitude digne de la part de France 2 et de sa rédaction serait de diffuser l’information : le rôle d’une rédaction est de diffuser l’information, doit-on le rappeler ?

La seule attitude digne vis-à-vis de tous les hommes politiques français qui ont cautionné cette longue mascarade serait de faire amende honorable et de dire qu’ils se sont trompés et qu’ils ont été trompés.

La seule attitude digne de la part de tous ceux qui ont pratiqué l’omerta dans ce dossier serait de faire eux aussi amende honorable.

La seule attitude digne de la part de la justice française serait de relaxer une fois pour toute Philippe Karsenty.

Je crains fortement qu’aucune de ces attitudes dignes ne voie le jour.

Vous aimez cet article ? Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les nouveaux articles de Dreuz, une fois par jour en fin d’après-midi.

Il règne en France un climat totalitaire qui ne dit pas son nom. Je me souviens avoir été invité à une émission de télévision et avoir été rayé de la liste des invités immédiatement après que j’aie publié un texte disant que Philippe Karsenty était un ami. Nous en sommes là en ce pays.

L’unique fois où j’ai été traîné en justice moi-même, cela a été à l’instigation d’un membre du Crif qui ne portait pas du tout Philippe Karsenty dans son cœur et qui hurlait avec les chiens et les loups, et il agissait à la demande d’un journaliste gauchiste qui m’avait dit être un jeune juif harcelé par des antisémites, qui avait demandé mon aide et m’avait trahi. Ce journaliste ne portait lui-même pas Philippe Karsenty dans son cœur. Nous en sommes là dans ce pays, oui.

L’affaire al Dura date de l’année 2000. La pseudo mort du petit Mohamed Al Dura a servi à la propagande anti-israélienne pendant plus de douze années. Le reportage de Charles Enderlin a eu des conséquences effroyables qui devraient, au moins, susciter des remords chez ceux qui l’ont fait, diffusé, entériné. Mais non, il n’y a pas même de remords pour l’heure.

Le Ministre des affaires internationales, Yuval Steinitz a dit en présentant le rapport que c’était un « blood libel » contre Israël, une diffamation par le sang, comme il y en a eu dans les pires moments de l’antisémitisme en Europe et dans le monde musulman. Il a ajouté que le reportage de France 2 est « absolument sans le moindre fondement ». On ne peut être plus clair.

Binyamin Netanyahou a dit, lui, que le reportage faisait partie intégrnate d’une « campagne destinée à diffamer Israël ». Il a ajouté qu’il n’y a qu’une façon de répondre au mensonge, c’est de dire la vérité ». On ne saurait mieux dire.

Après que la vérité ait pu prévaloir ailleurs sur la planète, dans l’ensemble du monde démocratique, la vérité va-t-elle prévaloir en France, ou la France va-t-elle rester bunkerisée dans une attitude honteuse ?

On va le savoir très vite. Je crains de connaître la réponse.

Le rapport ne sera pas diffusé par les médias français, disons donc les points essentiels qu’il contient : non seulement le petit Mohamed n’est pas mort, mais ni lui ni son père n’ont même été blessés. Les impacts de balle à leur proximité ne venait pas des positions israéliennes. Le reportage a été monté et accompagné d’une narration destinée à diffuser une version fausse des faits.

Les faits étaient connus depuis le commencement, ai-je écrit. Ils sont désormais établis officiellement par le gouvernement israélien.

La France va-t-elle rester bunkerisée dans une attitude honteuse, demandais-je.

Vous aurez la réponse dans vos journaux demain ou après demain. Je crois que je la connais.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Guy Millière pour www.Dreuz.info

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz