FLASH
[18/01/2018] Communiqué ministère de la Santé iranien: 36 000 morts par la pollution de l’air en 2017. Téhéran : 4 810 morts par la pollution de mars 2016 à mars 2017  |  Alain Soral a été condamné aujourd’hui en appel à 10.000 euros d’amende, avec possibilité d’emprisonnement en cas de non-paiement, pour avoir publié sur son site un dessin négationniste  |  Mutinerie à la prison de Fleury-Mérogis : 123 détenus refusent de regagner leur cellule  |  Cette nuit, Tsahal et la police ont localisé les terroristes islamistes palestiniens qui ont assassiné le Rabbin Raziel Shevach le 9 janvier. Repérés, les colons arabes ont ouvert le feu. 1 a été tué et 2 autres ont été appréhendés. 2 policiers ont été blessés  |  [17/01/2018] Des Israéliens se sont rendu dans la capitale juive pour prier au Mont du Temple. Sans la présence des forces de sécurité, ils auraient été décapités aux cris d’Allahou Akbar – et l’UE veut faire croire qu’il faut partager la ville !  |  3 pays dans le monde (à part les USA), ont une rue Martin Luther King: le Sénégal, le Brésil, et Israël (King était profondément pro-israélien) – ça ne rime pas bien avec Apartheid  |  Eric Trump, votre père est-il raciste ? Mon père n’est pas raciste du tout, en fait, il ne voit qu’une seule couleur : le vert, l’économie !  |  Examen médical de Trump (par le médecin d’Obama): il ne boit pas, ne se drogue pas, ne fume pas, est en excellente santé physique et mentale – et a des gênes pour vivre 200 ans ! »  |  Pendant la nuit, Tsahal a arrêté en Judée Samarie 16 colons arabes suspectés de terrorisme  |  [15/01/2018] La gauche, toujours du côté du mal : Sadiq Khan, le maire de Londres, n’accueillera pas le président Trump, mais en 2001, il a représenté le prédicateur de haine Louis Farrakhan qui disait que les juifs sont des « suceurs de sang » et Hitler un « très grand homme »  |  Religion d’amour et de paix : en Irak, au moins 8 morts et 40 blessés dans un double attentat à Bagdad  |  [14/01/2018] Abou Hamza Hamdan, un terroriste du Hamas, a été éliminé lors d’un attentat à la voiture piégée à Sidon, au Liban  |  Sur MSNBC, un pasteur noir pro-Trump dit à la journaliste d’aller vivre en Haïti si elle doute que c’est un « pays de merde »  |  Tweet du Premier ministre indien Modi à Netanyahu: « Bienvenue en Inde, mon ami PM @netanyahu! Votre visite en Inde est historique et spéciale. Elle renforcera encore l’étroite amitié entre nos deux pays »  |  La Pologne pourrait tenir un référendum pour quitter l’UE, selon Donald Tusk  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Jean-Patrick Grumberg le 3 juin 2013

clement-weill-raynal-mur-des-cons-journaliste-france-3_scalewidth_630

Il y a trois ans, Bernard Accoyer, alors Président de l’Assemblée nationale, avait tenté de nous faire taire. Je lui avais répondu, en substance, que « Georges Clémenceau a dit aux bloggeurs que « la démocratie, c’est le pouvoir pour les poux de manger les lions ».

J’avais, je dois le dire, apprécié qu’après cet échange et son courrier à l’entête de l’Assemblée, il eut l’intelligence de passer à autre chose. Je constate aujourd’hui que dans l’opposition, il se rapproche de notre posture.

Le revoici, cette fois en défenseur de la liberté et de Clément Weill-Raynal dans le Figaro. Rafraichissant.

[cow_johnson general_width= »600″ general_bgcolor= »#f2f1ed » general_font= »Times New Roman »]

Celui qui révèle un scandale ne doit plus être sanctionné, placardisé, licencié, ostracisé, mais protégé et montré en exemple. Depuis l’adoption de la loi du 16 avril 2013, malgré toutes les interrogations et critiques suscitées par la création d’un tel statut, les «lanceurs d’alerte» sont élevés au rang de «héros» de la citoyenneté et bénéficient d’une protection législative totale. Ainsi l’exige désormais cette nouvelle loi, qui dispose dans son article L. 1351-1: «Aucune personne ne peut être… sanctionnée ou faire l’objet d’une mesure discriminatoire, directe ou indirecte, notamment en matière de rémunération, de traitement, de formation, de reclassement, d’affectation, de qualification, de classification, de promotion professionnelle, de mutation ou de renouvellement de contrat, pour avoir relaté ou témoigné, de bonne foi… de faits relatifs à un risque grave pour la santé publique ou l’environnement dont elle aurait eu connaissance dans l’exercice de ses fonctions.»

Ce qui vaut pour la santé et l’environnement ne devrait-il pas, en toute logique, s’appliquer à tous les domaines où le dévoilement d’une vérité permet de protéger la démocratie, la justice, le citoyen? C’est le Réseau de documentation des écologistes activistes qui le dit: «Un citoyen ne se divise pas. Il a non seulement une tâche professionnelle, mais, qu’il le veuille ou non, il est aussi engagé socialement. Un citoyen-travailleur se doit de toujours conserver un sens moral sur ce qu’il faut faire ou ne pas faire… C’est pourquoi les “lanceurs d’alerte” doivent être protégés.»

Or voilà qu’un journaliste, Clément Weill-Raynal, nous apprend que des juges ont épinglé des personnalités politiques et intellectuelles pour la plupart classées à droite, sur un «mur des cons» dans les locaux du Syndicat de la magistrature situés dans les bâtiments mêmes du ministère de la Justice. Cette révélation illustre à l’évidence la politisation outrancière de certains magistrats. Elle constitue une mise en garde pour tous ceux qui voudraient instrumentaliser la justice à des fins politiques. Et une alerte pour les citoyens qui doivent être informés et vigilants face à cet état de fait.

Un journaliste n’a-t-il pas le devoir d’alerter les autorités et l’opinion sur des risques d’atteintes graves à l’impartialité de la justice ? La loi peut-elle rester aux mains des gardiens d’un temple syndical et politique ?

Au titre de «lanceur d’alerte», le journaliste doit être protégé comme le veut désormais la loi, contre les pressions, les menaces de licenciement et autres sanctions que l’on a si longtemps infligées à ceux qui prenaient des risques au nom de la vérité et de leur conscience. Mais y aurait-il objectivement des bons et des mauvais «lanceurs d’alerte»? Clément Weill-Raynal n’est-il pas lui aussi digne d’être protégé comme «lanceur d’alerte»?

Le «mur des cons» n’est pas qu’une «blague de potaches». Ce n’est pas parce que les magistrats qui en sont les auteurs cherchent à se faire oublier qu’il faudrait, par un renversement de situation hallucinant, que le journaliste qui a révélé l’affaire fasse l’objet d’une procédure disciplinaire, comme c’est le cas actuellement. Clément Weill-Raynal, journaliste et citoyen, doit avoir le droit d’être protégé comme «lanceur d’alerte».

Un journaliste n’a-t-il pas le devoir d’alerter les autorités et l’opinion sur des risques d’atteintes graves à l’impartialité de la justice? La loi peut-elle rester aux mains des gardiens d’un temple syndical et politique? Gardons espoir, il y aura toujours des personnalités indépendantes, dévouées à la morale et à l’éthique pour le bien commun. Comment le citoyen, le parlementaire qui a débattu de la loi sur les «lanceurs d’alerte» et encore plus celui qui l’a votée, pourrait-il ne pas féliciter et soutenir Weill-Raynal dans son action contre ceux qui usurpent leur pouvoir en dévoyant la justice et en la déconsidérant.

[/cow_johnson]

Vous aimez cet article ? Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les nouveaux articles de Dreuz, une fois par jour en fin d’après-midi.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour www.Dreuz.info

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz