FLASH
[24/09/2018] Ecosse : interdiction d’arborer un drapeau palestinien (ne pas se réjouir trop vite : les drapeaux israélien, catalan, du Vatican, tricolore irlandais, etc. sont également interdits)  |  Paris : Un adolescent de 17 ans tué à coups de couteau en pleine rue. Toujours le couteau…  |  Dans un nouveau sondage Fox News, le soutien du public pour Kavanaugh a chuté de 5% à 40%  |  Une seconde femme accuse Brett Kavanaugh de comportement sexuel douteux quand ils étaient étudiants  |  Marseille : Attaqués par environ 40 racailles, la police contrainte de faire feu à deux reprises pour éviter d’être lynchée  |  Censure des voix conservatrices : James Wood viré de Twitter. A qui est-ce jamais arrivé à gauche ?  |  Des pirates ont capturé 12 marins suisses au large du Nigeria  |  [23/09/2018] La région suisse de Saint-Gall vote massivement en faveur de l’interdiction de la burqa  |  La nouvelle tenue du personnel du SAMU varois comporterait un gilet pare-balles  |  Après avoir accusé les policiers de -chier dans leur froc- et de ne pas -avoir les couilles- d’aller dans les quartiers difficiles, #YannMoix est invité par un syndicat policier à un reportage en zone sensible. « On verra s’il a les couilles »  |  Affaire Kavanaugh : Un 3e témoin cité par Christine Ford comme ayant été présent rejette ses allégations  |  [22/09/2018] Deux ballons chargés d’explosifs envoyés depuis Gaza atterrissent dans le sud d’Israël, aucune mention dans la presse : les journaux veulent que les Français pensent que les palestiniens sont des victimes, plus grand mensonge du siècle  |  Le multiculturalisme a tué l’utopie suédoise : Les statistiques montrent que la Suède, autrefois un pays où l’on pouvait se promener dans les rues la nuit en toute sécurité, est devenue un pays truffé de crimes  |  Suite à dénonciation anonyme, la police israélienne a arrêté un terroriste musulman de 21 ans qui planifiait une attaque terroriste dans la ville d’Afula au nord  |  Le « tsunami » de #fakenews pendant la présidentielle était une Fake news. Seulement 1% des contenus circulant sur Twitter étaient des fake news selon le CNRS. Pour « Le Monde », sur 60 millions de tweets politiques, 5.000 contenaient des « fausses informations »  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Dreuz Info le 11 juin 2013

Quatre jeunes gendarmes adjoints du PSIG de Besançon ont arraché une jeune femme des griffes d’un violeur, la nuit dernière, au centre-ville. En repos, ils sortaient de chez un ami, vers 2 heures du matin, lorsqu’ils ont été alertés par les cris de la victime.

Quatre jeunes gendarmes adjoints volontaires du PSIG de Besançon ont arraché des griffes de son agresseur, la victime d’un viol, dans la nuit de jeudi à vendredi, dans la Boucle bisontine.

Les jeunes gens, qui n’étaient pas en service, passaient une soirée entre collègue et amis lorsqu’ils ont été alertés par les gémissements de la victime.

Cette jeune femme de 18 ans qui rentrait chez elle rue d’Alsace, vers 1 h 45, avait été accostée par un homme de 24 ans qui, bien qu’alcoolisé, ne lui avait paru ni agressif, ni inquiétant. Ils ont devisé en cheminant de concert.

C’est arrivé devant sa porte, au moment où elle se penchait sur son sac pour y prendre ses clefs que le sympathique fêtard du jeudi soir s’est brusquement transformé en prédateur sexuel pour l’agresser sauvagement.

La soirée était « électrique » ce jeudi soir, selon des témoins. Très alcoolisée comme, désormais, tous les jeudis au centre-ville quand les étudiants sont de sortie. « Mais il y avait quelque chose d’agressif dans l’air. Ca partait dans tous les sens… »

Les quatre gendarmes sont arrivés fort à propos pour maîtriser, non sans mal, le forcené qu’ils ont maintenu à vue jusqu’à l’arrivée de leurs collègues de la police et des secours pour prendre en charge la jeune femme traumatisée par cette horrible expérience.

Vous aimez cet article ? Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les nouveaux articles de Dreuz, une fois par jour en fin d’après-midi.

D’origine palestinienne, l’agresseur a été placé en garde à vue après avoir dégrisé. Hier soir, il se trouvait toujours dans les geôles du commissariat. Il devrait être déféré au parquet au cours du week-end et plus que probablement mis en examen et écroué, au vu de la gravité de ses actes et de son faible niveau de représentation.

Elle était vraiment à bout de force

La victime a eu beaucoup de chance. « Nous retournions à notre véhicule et nous nous trouvions à l’angle de la rue Bersot et de la rue d’Alsace » explique Alistair, l’un des quatre gendarmes qui est intervenu avec Benjamin, Quentin et Guillaume. « Lorsque nous avons entendu un pleur étouffé. Au départ, on a cru qu’une jeune fille avait une peine de cœur, mais on a décidé d’en avoir le cœur net… »

Bien leur en prit. « Quand on a vu cet homme assez trapu allongé sur la jeune femme qui appelait au secours, nous nous sommes précipités en criant : ‘’Gendarmerie !’’ Et finalement, nous étions bien contents d’être quatre pour pouvoir le maîtriser. Il était très violent. Même si nous sommes formés à certaines techniques d’interpellation et que nous avons tous déjà des expériences de rencontres plutôt rudes, il nous a donné un peu de mal et a continué à vociférer en nous insultant, en criant tout et n’importe quoi. »

Une fois l’agresseur au sol et surveillé par ses copains, Alistair s’est porté vers la victime.

« Elle était en état de choc. Elle pleurait. Elle nous a expliqué qu’elle s’était longtemps débattue mais qu’elle était vraiment à bout de force. Elle n’en pouvait plus quand nous sommes arrivés. C’est une jeune femme assez fluette. Je pense que c’est un lâche. Il ne se serait pas attaqué à une femme qui aurait pu le rembarrer. »

Source (merci Nitzotz) : http://www.estrepublicain.fr/actualite/2013/06/07/besancon-quatre-jeunes-gendarmes-sauvent-une-jeune-fille-d-un-viol

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz