Publié par Dreuz Info le 12 juin 2013

«Je présente mes excuses aux deux policiers. Je suis prêt à réparer mes erreurs. Je regrette beaucoup ». Tête baissée, l’œil vissé sur ses baskets, Benoît G. morveux fasciste fait profil très bas devant le tribunal correctionnel de Nancy.

Place Stanislas, samedi, lors d’une manifestation en hommage à Clément Méric, le militant d’extrême gauche a fait ce que l’extrême gauche sait si bien faire.

Tabasser un groupe d’extrême droite

Lorsque la manifestation a dégénéré, il a sorti une bombe lacrymogène. Les manifestants d’extrême gauche, environ 170, jouaient à ce moment-là au chat et à la souris avec la police. Ils essayaient de rallier la place Saint-Epvre pour aller tabasser un groupuscule d’extrême droite et les policiers tentaient de les en empêcher.

Mais dans une rue, une partie des manifestants a coincé deux policiers isolés.

Malgré les jets de pierres et même un lancé de plaques d’égout, les deux policiers ont tenté de faire reculer la masse. Benoît G. s’est alors détaché du groupe et a gazé les deux représentants des forces de l’ordre.

« J’ai perdu mon sang-froid car, avant, j’ai vu une amie prendre du gaz lacrymo dans la figure », se justifie le jeune manifestant qui s’attire les foudres du substitut du procureur,

Pierre Jund : « On n’était pas place Tahrir et les policiers n’étaient pas en train de réprimer une manifestation. Ils étaient en train d’essayer de canaliser un rassemblement sauvage ».

Le représentant du Parquet, dans son réquisitoire, interpelle le prévenu : « C’est un hommage à la violence et à la haine que vous avez rendu. Pas à Clément Méric ». Et réclame 5 mois de prison ferme. Mais c’était sans compter les affinités du syndicat de la magistrature avec l’extrême gauche.

Il n’était « pas cagoulé », rappelle son avocate pour demander la clémence.

Jugement : pas de prison ferme. Du sursis. 4 mois. Faut pas être d’extrême droite.

Vous aimez cet article ? Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les nouveaux articles de Dreuz, une fois par jour en fin d’après-midi.

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz