FLASH
[13/12/2017] Alabama : Après la victoire de Doug Jones, aucune émeute à droite : c’est là qu’on voit qui sont les vrais fascistes  |  Tirs de missiles terroristes sur le sud d’Israël. Les habitants ont été alerté de se réfugier dans les abris  |  Pédophilie, la France a des leçons à recevoir de l’Amérique : dans l’Aude, un homme se prend seulement 5 ans de prison avec sursis pour le viol d’une fillette de 4 ans  |  La mère de l’ancien chef de l’Etat, Andrée Sarkozy, est décédée  |  Deux frères d’Adama Traoré en garde à vue dans le cadre d’une affaire de stupéfiants  |  Avec 5000 euros par mois, la députée LREM se plaint de devoir « manger pas mal de pâtes »  |  Edouard Philippe nomme un rappeur qui traite les Français de porcs, au Conseil national du numérique  |  Médiapart demande que l’académicien Alain Finkielkraut soit exclu de l’Académie Française. Sans surprise, les lecteurs de Mediapart se déchaînent dans leurs commentaires antisémites  |  Religion d’amour et de tolérance : En Egypte à l’islam très modéré, Sheema, une chanteuse pop, a été condamnée à 2 mois de prison pour « incitation à la débauche »  |  Erdogan appelle tous les pays du monde Arabe à reconnaître Jérusalem comme capitale d’un pays inexistant, l’Etat de Palestine : tout repose sur du vent  |  USA Today donne un exemple de la noblesse et du respect de la neutralité du journalisme : « Trump n’est même pas digne de nettoyer les chiottes de la librairie Obama »  |  Des Parisiens excédés, des Parisiennes sexuellement harcelées, menacent de déclencher une grève de la faim en raison du danger et de l’insalubrité des camps de réfugiés  |  En panique, le roi de Jordanie affirme maintenant que Jérusalem n’est pas le 3e mais le 1er lieu saint de l’Islam ! Le mensonge arabe est sans limite !  |  Aux abois, Mahmoud Abbas demande à la communauté internationale de retirer à Israël le statut d’Etat  |  [12/12/2017] La Gambie, après avoir suivi les procédures demandées par l’administration américaine, a été retirée de la liste des pays visés par une interdiction d’entrée aux USA  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Michel Garroté le 15 juin 2013

Femen

Le mouvement pseudo-féministe Femen

Michel Garroté, réd en chef  —  Les amis de mes amis sont mes amis. Par exemple, Jonathan-Simon Sellem est mon ami. Jonathan-Simon Sellem a soutenu la campagne législative de Meyer Habib, membre de l’UDI, pour la huitième circonscription des Français de l’étranger qui inclut entre autre Israël. Donc, Meyer Habib est mon ami. Et désormais, je m’intéresse un peu plus qu’auparavant à l’UDI.

Et puis, il y a une chose fondamentale pour Meyer Habib, député de l’UDI : faire comprendre à la France que Jérusalem ne doit pas être divisée. Une Jérusalem unie est la seule garantie de paix dans la région. J’en pense – en ma qualité de chrétien – la même chose que Meyer Habib. Bref, comme expliqué plus haut, je m’intéresse donc un peu plus qu’auparavant à l’UDI.

Surtout que sur Israël, la candidate malheureuse à la huitième circonscription des Français de l’étranger de UMP, l’UMP elle-même et Sarkozy, sur Israël donc, ils et elles, ont fait et font encore preuve, d’opportunisme, de politique politicienne et de double langage. Alors que le député UDI Meyer Habib défend avec courage des valeurs éthiques aujourd’hui considérées comme politiquement incorrectes et il défend une conception plus honnête de la politique que l’UMP ou ce qu’il en reste.

C’est donc ainsi que j’en suis venu à lire une chronique de Lydia Guirous, membre du bureau de l’UDI à Paris. Et là, encore, j’ai découvert du courage. Je n’ai pas écrit que je vais définitivement tourner le dos à l’UMP au sein de laquelle je compte des amis. Je n’ai pas non plus écrit que désormais je soutiendrai l’UDI. J’ai simplement écrit que l’UDI compte à ce stade au moins deux personnes courageuses : Lydia Guirous et Meyer Habib.

Au demeurant, Lydia Guirous aborde un sujet à la fois différent et complémentaire de ceux abordés récemment par Meyer Habib. En effet, Lydia Guirous se livre à une analyse sans concessions du mouvement pseudo-féministe Femen. Lydia Guirous fait cela sur le “Le Huffington Post français”. Et c’est amusant, car là aussi, il y a du changement.

En effet, il y a peu, “Le Huffington Post français” était impliqué dans une affaire concernant, d’une part, mon ami Guy Millière qui ne se renie jamais ; et d’autre part Monsieur Taguieff qui apparemment se marche désormais sur les pieds.

Or, l’analyse de Lydia Guirous parue sur “Le Huffington Post français” qui, je le rappelle, est un site Internet faisant partie du ringard et sectaire Groupe Le Monde, son analyse est d’une grande liberté d’esprit. Ainsi donc, de Meyer Habib à Lydia Guirous, en passant par l’UDI, je relis à nouveau le très à gauche “Huffington Post français”.

A propos de Femen, sur le site Internet “Le Huffington Post français”, Lydia Guirous, Présidente de l’association “Future, au Féminin”, et, membre du bureau de l’UDI à Paris, écrit (extraits adaptés ; voir le lien vers la source en bas de page) : “Trois Femen, une Allemande et deux françaises, ont été condamnées en Tunisie à quatre mois de prison ferme suite à leur action en soutien à Amina, jeune tunisienne détenue car elle s’était exposée seins nus pour protester contre la condition des Femmes dans son pays”.

Lydia Guirous : “La sévérité de la condamnation n’est pas une surprise. À quoi d’autre pouvait-on s’attendre de la part de la Tunisie dirigée par Ennahda ? La condamnation des trois Femen est lourde, surtout si on la compare à l’immunité dont elles bénéficient en France. Rappelons qu’il n’y eu aucune poursuite suite à leur action à Notre-Dame de Paris”.

Lydia Guirous : “Certes, nous pouvons regretter cette lourde condamnation mais nous ne pouvons pas la remettre en question. C’était une action risquée, mais menée en toute connaissance de cause et de manière consciente par les leaders des Femen. Les conséquences de leurs actions doivent donc être assumées”.

Lydia Guirous : “Ce qui est dommage, c’est que les leaders de ce mouvement sont tranquillement en train de se balader dans Paris, tandis que de jeunes filles vont croupir en prison. Les leaders des Femen devraient être poursuivies pas les familles de ces trois jeunes filles pour mise en danger de la vie d’autrui et abus de faiblesse”.

Lydia Guirous : “La France ne doit pas faire de l’ingérence dans cette affaire car c’est la justice d’un pays souverain qui s’est exprimée pour des actions menées sur son territoire”.

Lydia Guirous : “Le mode d’action des Femen est basé sur la provocation et donc la prise de risque. Ces actions se font évidemment toujours face à de nombreux journalistes et caméras (ce qui limite le risque d’émeute et relativise fortement le courage que certains médias et associations semblent leur prêter). Les Femen ont envoyé trois jeunes femmes dans un pays étranger pour apporter leur soutien bruyant et « dénudé » à une jeune tunisienne Femen. C’est en apparence louable, mais derrière cette action se cache une idéologie néocoloniale et totalitaire qu’il convient de mettre en évidence”.

Lydia Guirous : “Les Femen considèrent les femmes qui ne partagent pas leur vision du féminisme comme des sauvages aveugles et soumises à l’oppression masculine. Elles considèrent que leur mission est de les éduquer, les libérer, les sauver… surtout si elles sont arabes ou africaines… Quelle autre vision pouvions-nous attendre d’activistes nourries au biberon du totalitarisme et du dogmatisme soviétique ?”

Lydia Guirous : “Il est assez ironique de constater que cette vision néocoloniale émane d’un mouvement ukrainien. Rappelons que l’Ukraine n’est pas un pays reconnu pour son respect des droits de l’homme, son sens de la démocratie, et son avance en matière d’égalité entre les hommes et les femmes”.

Lydia Guirous : “Leur vision monolithique décide de ce qui du « bon » et du « vrai » féminisme. Cette vision nie le travail de longue haleine que mènent de très nombreuses femmes engagées dans tous ces pays. Elles oublient également que la lutte pour les droits des femmes s’est accomplie sur plusieurs décennies, voire plusieurs siècles…en France, notamment. Il ne suffit pas de quelques seins et quelques tweets pour moderniser une société, une culture”.

Lydia Guirous : “Par leurs actions, les Femen perturbent le travail des féministes autochtones que ce soit en France, en Tunisie ou ailleurs. Elles caricaturent le féminisme, cristallisent les tensions et radicalisent les sociétés”.

Lydia Guirous : “C’est le cas en France notamment, lorsqu’elles se sont attaquées à Notre-Dame de Paris ou à une mosquée, oubliant que la laïcité est un de nos principes fondateurs. La Laïcité nous permet de vivre ensemble dans le respect et la tolérance de la foi de chacun. C’est un principe qu’il faut défendre chaque jour contre les extrémismes. Il n’est en aucun cas un anti-cléricalisme acharné”.

Lydia Guirous : “En Tunisie, Dans un pays en pleine transition démocratique, qui contient difficilement la poussée des extrémistes religieux, les actions des Femens, encore plus qu’ailleurs, sont absolument contre productives. En effet, elles accroissent la défiance vis-à-vis des féministes tunisiennes et radicalisent les positions”.

Lydia Guirous : “Leurs actions s’apparentent à une forme d’évangélisation tant elles entendent éduquer, libérer, sauver les femmes du monde de l’oppression des hommes en imposant leur vision du féminisme et de l’organisation d’une société, niant au passage toute considération liée à l’environnement politique, sociale, culturel, historique et cultuel des pays dans lesquels elles interviennent. En cela, l’idéologie Femen est néocoloniale, raciste et ethno-centrée”.

Lydia Guirous : “Cette action est par ailleurs paradoxale, pour ne pas dire incohérente, car elles combattent l’exploitation du corps des femmes, notamment son exploitation commerciale, en se servant de leur corps comme une marchandise, un outil politique. Or, depuis des années les féministes se battent contre l’exploitation commerciale du corps des femmes… et voilà que de jeunes Ukrainiennes en font une arme médiatique !”

Lydia Guirous : “Elles piétinent les modèles de société des pays, leur histoire, leurs principes (comme la laïcité en France). Elles mettent en danger de nombreuses jeunes femmes enrôlées et envoyées, en dépit du danger, pour mener des actions idiotes et contre-productives. Aujourd’hui, deux familles françaises et une allemande vivront dans l’angoisse durant quatre mois…au minimum. Pour toute ces raisons, ce mouvement doit être interdit en France. La France n’a pas de leçons de Droits de l’homme et d’égalité homme-femme à recevoir de l’Ukraine”, conclut Lydia Guirous (fin des extraits adaptés ; voir le lien vers la source en bas de page).

Pour ce qui me concerne – cela sera ma conclusion – l’analyse de Lydia Guirous est courageuse, audacieuse et porteuse du travail des idées qui m’est si cher. Je suis tellement souvent déçu par le niveau misérable des débats français, que l’analyse de Lydia Guirous, analyse qui est aussi une réflexion personnelle, originale, et, une contribution intelligente à une question souvent mal traitée et maltraitée, tout cela donc, m’a agréablement surpris.

Reproduction autorisée avec © Michel Garroté www.dreuz.info

Lien cité :

http://www.huffingtonpost.fr/lydia-guirous/femen-tunisie-france_b_3441267.html?utm_hp_ref=france

Mes articles sur Femen :

Femen et Pussy Riots : l’arnaque des seins nus. | Dreuz.info

Mariage gay – Civitas et Femen : lequel des deux est … – Dreuz.info

L’AFP, Civitas, Femen et Caroline Fourest | Dreuz.info

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz