FLASH
[24/09/2018] Ecosse : interdiction d’arborer un drapeau palestinien (ne pas se réjouir trop vite : les drapeaux israélien, catalan, du Vatican, tricolore irlandais, etc. sont également interdits)  |  Paris : Un adolescent de 17 ans tué à coups de couteau en pleine rue. Toujours le couteau…  |  Dans un nouveau sondage Fox News, le soutien du public pour Kavanaugh a chuté de 5% à 40%  |  Une seconde femme accuse Brett Kavanaugh de comportement sexuel douteux quand ils étaient étudiants  |  Marseille : Attaqués par environ 40 racailles, la police contrainte de faire feu à deux reprises pour éviter d’être lynchée  |  Censure des voix conservatrices : James Wood viré de Twitter. A qui est-ce jamais arrivé à gauche ?  |  Des pirates ont capturé 12 marins suisses au large du Nigeria  |  [23/09/2018] La région suisse de Saint-Gall vote massivement en faveur de l’interdiction de la burqa  |  La nouvelle tenue du personnel du SAMU varois comporterait un gilet pare-balles  |  Après avoir accusé les policiers de -chier dans leur froc- et de ne pas -avoir les couilles- d’aller dans les quartiers difficiles, #YannMoix est invité par un syndicat policier à un reportage en zone sensible. « On verra s’il a les couilles »  |  Affaire Kavanaugh : Un 3e témoin cité par Christine Ford comme ayant été présent rejette ses allégations  |  [22/09/2018] Deux ballons chargés d’explosifs envoyés depuis Gaza atterrissent dans le sud d’Israël, aucune mention dans la presse : les journaux veulent que les Français pensent que les palestiniens sont des victimes, plus grand mensonge du siècle  |  Le multiculturalisme a tué l’utopie suédoise : Les statistiques montrent que la Suède, autrefois un pays où l’on pouvait se promener dans les rues la nuit en toute sécurité, est devenue un pays truffé de crimes  |  Suite à dénonciation anonyme, la police israélienne a arrêté un terroriste musulman de 21 ans qui planifiait une attaque terroriste dans la ville d’Afula au nord  |  Le « tsunami » de #fakenews pendant la présidentielle était une Fake news. Seulement 1% des contenus circulant sur Twitter étaient des fake news selon le CNRS. Pour « Le Monde », sur 60 millions de tweets politiques, 5.000 contenaient des « fausses informations »  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Guy Millière le 20 juin 2013

308906w0000G1

Je reviendrai vite à des sujets internationaux, mais les quelques éléments que j’ai pu percevoir du procès de l’assassin d’Agnès Marin m’ont rappelé que j’étais en France, jusqu’à en avoir la nausée.

Comme on sait, une jeune fille a été violentée, assassinée, brûlée par un être humain qui ne mérite plus le nom d’être humain, dans une forêt, à proximité d’un établissement éducatif du Chambon sur Lignon, en novembre 2011.

Cet acte atroce n’aurait jamais du avoir lieu dès lors que l’assassin avait des antécédents qui auraient dû impliquer qu’il soit exclu de la communauté des êtres humains, et tout particulièrement de tout établissement éducatif lui donnant l’opportunité d’être librement en contact avec d’autres jeunes gens de son âge. L’assassin n’a pas été exclu, parce que la France est un pays où on donne souvent une deuxième ou une troisième chance aux criminels. L’acte atroce a eu lieu.

Le procès a commencé, et se tiendra à huis clos. L’assassin sera condamné à quinze ou vingt ans de prison, et pour peu que des éducateurs spécialisées lui donnent des bons points pendant son incarcération, il sortira avant l’échéance. Il aura trente cinq ou trente six ans au vu de son âge aujourd’hui. Il pourra vivre. Il pourra tuer à nouveau si cela le tente. Sa victime, Agnès Marin, elle, ne pourra pas revivre. Non seulement ses parents devront vivre avec leur douleur, mais ils devront savoir que celui qui a tué leur fille, lui, aura une vie après la prison. Et ils seront sommés de penser que « justice est faite ».

Vous aimez cet article ? Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les nouveaux articles de Dreuz, une fois par jour en fin d’après-midi.

La France est un pays où la peine de mort a été abolie il y a un peu plus de trente ans, et l’abolition de la peine de mort est toujours présentée comme une grande victoire de l’humanisme. L’humanisme en France consiste donc à penser que la mort est réservée aux victimes des assassins. L’humanisme en France consiste aussi à penser qu’une vie humaine a peu de prix puisqu’un assassin qui a déjà tué peut avoir l’opportunité de tuer à nouveau. L’humanisme en France consiste à penser que la vie humaine ne vaut vraiment pas grand chose puisqu’un assassin qui tue deux, dix ou trente personnes aura peu ou prou la même peine, et, au maximum, une condamnation à perpétuité qui ne sera jamais, vraiment, une condamnation à perpétuité.

L’humanisme en France est une imposture puisque prétendre être humaniste en n’accordant qu’un prix dévalué à la vie humaine est aux antipodes de l’humanisme, qui implique au contraire un respect absolu de la vie humaine.

La justice en France est elle-même une imposture, puisque le principe même de la justice est que le châtiment soit proportionné au crime. Prendre la vie de quelqu’un est prendre à quelqu’un ce qu’il a de plus précieux : le seul châtiment proportionné au crime implique de prendre la vie de celui qui a pris la vie.

Je sais, ce que je viens d’écrire ne s’écrit pas en France. Mais il y a tant de choses qui ne s’écrivent pas que bientôt, on se demandera ce qu’on a encore le droit d’écrire.

Je m’efforcerai de ne pas prêter attention au verdict qui sera rendu à l’issue du procès de l’assassin d’Agnès Marin. Mais j’aurai une pensée pour sa famille, pour ses amis, pour ses proches. Et à ce moment j’aurai à nouveau la nausée.

L’assassin d’Agnès Marin a été décrit comme « très froid, sans émotion ». Il mérite à mes yeux d’être vraiment froid, et six pieds sous terre.

Et si on me demande pourquoi je préfère les Etats Unis à la France, et, de préférence, les Etats où la peine capitale existe, on a là un élément de ma réponse.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Guy Millière pour www.Dreuz.info

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz