FLASH
[19/09/2017] Le jihadiste de l’attentat de Londres a de la famille à Noord-Brabant, aux Pays-Bas  |  Attentat de Londres : le terroriste syrien aime la Grande Bretagne, affirme son frère  |  Israël : la police a arrêté un colon arabe de 17 ans après qu’un pistolet a été découvert chez lui  |  Attaque dans la cour de la synagogue de Garges-lès-Gonesse par des musulmans antisémites hurlant « Allahou akbar, nique les juifs »  |  [18/09/2017] Honte : la gauche a dénoncé le mur construit par Israël pour protéger ses citoyens, et elle en construit un pour protéger la tour Eiffel  |  Nikki Haley (ambassadrice des Etas-Unis à l’ONU): « La Corée du nord sera détruite si nous devons nous défendre contre ses attaques »  |  Attentat islamiste à Vigneux-sur-Seine (91) : un homme tente de tuer des policiers en criant Allah Ou akbar  |  Les USA, le Japon et la Corée du sud ont fait une démonstration de force aérienne en réponse au dernier tir de missile de Pyongyang  |  Suède taux de chômage: nés en Suède: 3.9%. Nés à l’étranger: 21.8% (Chiffres OCDE)  |  Attentat du métro de Londres : l’auteur est 1 réfugié d’Irak parce que les réfugiés sont des musulmans avec la haine des chrétiens  |  [17/09/2017] La Tunisie abolit l’interdiction du mariage des femmes avec des non-musulmans, mais la société islamique tolérante le rejette toujours  |  Grande Bretagne : la menace terroriste déclassée de « critique » à « sévère » – pas de risque imminent selon les services de renseignement  |  Tous les musulmans ne sont pas des terroristes, mais tous les terroristes sont maintenant des déséquilibrés  |  Gare de Marseille : 4 touristes américaines ont été attaquées à l’acide par une femme qui a été arrêté, identité non indiquée  |  Exemple de la gauche solidaire: Albert Dupontel louait 300€/semaine un hôtel particulier de 1.149 m2 dans le 17e  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Dreuz Info le 21 juin 2013

Venu à l’école pour frapper l’enseignant qui avait réprimandé son fils la veille, le père de cet élève de CE1 a giflé violemment l’instituteur ne cherchant même pas à confronter la version de son fils à celle de l’adulte en face de lui.

Blessé au visage par le choc reçu sur ses lunettes, Olivier a heureusement échappé aux coups de poing qui ont suivi grâce à l’intervention de son directeur resté à ses côtés.

Porté par la vengeance, ce père athlétique et défavorablement connu des services de police est venu à l’école Ferdinand Buisson hier matin.

Pour lui, la version de son fils âgé de 7 ans ne fait aucun doute : l’instituteur qui surveillait la cour lundi après-midi a martyrisé son fils en tentant de l’étrangler. Impossible donc pour Olivier de lui exposer sa version des faits avant d’être frappé.

Vous aimez cet article ? Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les nouveaux articles de Dreuz, une fois par jour en fin d’après-midi.

En sortant du commissariat où il a déposé plainte, l’instituteur est revenu sur le commencement de l’histoire.

«A la récréation, je cherche à mettre à l’écart un élève turbulent. L’autorisant toutefois à se rendre aux toilettes, il en revient la bouche pleine d’eau pour arroser ses camarades. Il ne m’écoute pas et m’oblige à redresser son visage vers le mien d’un doigt posé sur son menton. Son regard croisant enfin le mien, je prends ma grosse voix pour lui expliquer que son attitude ne va pas. Il m’a semblé comprendre ce que je lui disais et pour moi cet échange était terminé.»

Pour l’enseignant peut-être, mais pas pour le père. Récupérant son fils le soir, il découvre l’histoire racontée par son enfant et demande dans la foulée un rendez-vous pour le lendemain avec l’enseignant. On sait maintenant que ce n’était pas pour échanger des mots.

Un acte prémédité

Arrivé avec un peu d’avance au rendez-vous, il avait été reçu quelques minutes par le directeur.

«Visiblement, il n’était pas venu pour discuter mais bien pour en découdre, assure un témoin de la scène. Il expliquait à qui voulait l’entendre que si quelqu’un touchait à un de ses enfants, il lui enverrait son poing dans la g..»

Une fois l’enseignant arrivé face à lui, la gifle part

La scène violente se poursuit dans le couloir à la vue d’enfants qui arrivent à l’école. Dès que l’individu fut sorti de l’établissement, le directeur a réagi très vite : «C’est innaceptable! J’ai immédiatement appelé la police et fait un signalement d’incident majeur à l’inspection académique. L’équipe pédagogique s’est resserrée autour de l’enseignant.»

Vu par son médecin ainsi que par un second au commissariat de police, la victime s’est vue octroyer un jour d’incapacité de travail temporaire et a été arrêtée jusqu’à la fin de la semaine. Du côté des parents d’élèves, l’inquiétude et l’indignation prévalaient. «Je suis outrée qu’on puisse venir dans une école frapper des enseignants. C’est un lieu qui doit être protégé où la violence n’a pas sa place, estime Maryline Callenaere, président de l’association des parents d’élèves. Mais je me fais aussi du souci pour les enfants de cette famille dans laquelle la violence est peut-être quotidienne. J’espère que les services sociaux suivent de près ces enfants.»

Avec trois déclarations d’incident majeur faites en un mois par cet établissement, le climat semble se tendre sérieusement en cette fin d’année.

L’inspection académique condamne

Hier soir, Michel Azéma, directeur académique des services de l’Éducation nationale et Bernard Luczak, inspecteur de l’éducation national sont venus condamner les faits et apporter leur soutien à l’équipe pédagogique. «Les enseignants ont très bien réagi avec les enfants en n’occultant pas le problème qui s’était passé sous leurs yeux. Ils ont répondu aux questions en les rassurant», reconnaissait-on à l’Inspection académique.

http://www.ladepeche.fr/article/2013/06/19/1653480-montauban-un-instituteur-frappe-par-un-parent-d-eleve.html

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz