Publié par Dreuz Info le 28 juin 2013

INFO E1 – Une juge d’instruction a ordonné la remise en liberté d’un prisonnier de Bois-d’Arcy. Le procureur a fait appel.

La décision est rarissime. Une juge d’instruction du tribunal de grande instance de Versailles a ordonné cette semaine la remise en liberté d’un détenu en raison de ses conditions de détention indignes. La démarche de la juge n’a pas plu. Le procureur a immédiatement fait appel avec un référé détention, une procédure suspensive qui sera examinée vendredi.

Sur place pour un interrogatoire.

C’est à la suite d’une visite à la maison d’arrêt de Bois-d’Arcy pour un interrogatoire que la juge d’instruction a été interpellée par les conditions de détention du prisonnier qu’elle devait interroger. Ce dernier, un « étudiant » de 24 ans placé en détention provisoire depuis avril dernier dans le cadre d’une affaire de recel de vol et d’escroquerie, dénonçait en effet lui-même l’insalubrité de sa cellule. NDLR : lorsqu’un escroc et voleur dénonce « lui-même » l’insalubrité de sa cellule, il y a urgence.

Me Stéphane Sebag, l’avocat du prisonnier, a assisté à la visite avec la juge d’instruction et confirme l’insalubrité du lieu.

Vous aimez cet article ? Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les nouveaux articles de Dreuz, une fois par jour en fin d’après-midi.

“Voir ce grand garçon qui fait 1m94 ne pas pouvoir se lever et accomplir toutes les choses de la vie quotidienne, c’est insupportable”, estime-t-il au micro d’Europe 1. Le constat est effectivement éloquent : une cellule de 9 m² pour deux détenus, un trou dans le plafond avec la pluie et le vent qui passent, une table et une seule chaise pour manger. Une configuration qui empêche les détenus de se déplacer entre les deux lits, ce qui les contraint à passer l’essentiel de leur temps allongé.

“Au-dessus de son lit, mon client a un trou”. “Entre les deux lits, il y a un espace de 50 cm², deux personnes ne peuvent pas passer en même temps. Au dessus de son lit, mon client a un trou. Donc il a le choix de se faire mouiller le visage quand il dort, ou alors les pieds. Pour manger, il y a une table, sur cette table, des réchauds que les détenus confectionnent eux-même. C’est très simple, dans cette cellule, c’est tellement exigu que l’on est obligé de rester allongé toute la journée”, abonde l’avocat. Ce dernier salue d’ailleurs le caractère “rarissime” et “courageux” de la démarche de la juge d’instruction.

Même si cette libération n’est pas encore actée.

Je suggère que cette juge d’instruction accueille chez elle ce pauvre étudiant victime de l’inhumanité de sa prison – et je suppose que s’il est en prison c’est qu’il a été pris en flagrant délit de distribution de roses sur la voie publique.

Source (merci allah babar): http://www.europe1.fr/France/Il-pourrait-etre-libere-a-cause-de-l-etat-de-sa-cellule-1565571/

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz