FLASH
[18/08/2017] Quand il y a 1 attentat en Israël, Barcelone dit « les islamistes résistent aux crimes d’Israël ». Barcelone a commis quels crimes?  |  On peut supposer que le général Kelly a exigé le départ de Steve Bannon, conseiller de Trump  |  Après les attentats, la Pologne appelle l’UE à «fermer la porte» à l’immigration  |  Steve Bannon évincé de la Maison-Blanche. Pourrait retourner à Breitbart News  |  Venezuela : l’assemblée pro-gouvernement confisque le pouvoir à l’opposition  |  Sur Facebook, la députée du Missouri dit espérer que « Trump sera assassiné ». Le gouverneur demande sa démission  |  #Finland #Turku – bien qu’il ait hurlé Allahu Akbar, la police ne dit pas (encore) « le motif est terroriste »  |  #Finlande #Turku : nouveau bilan 2 morts, 8 blessés  |  #Allemagne, #Wuppertal : selon des témoins, l’attaque au couteau (1 mort 1 blessé) est lié à une dispute, pas à un attentat  |  #Allemagne, #Wuppertal, la police ne sait pas encore s’il s’agit d’un attentat terroriste (1 mort 1 blessé grave)  |  USA : l’Ohio se propose de classer les néo-nazis comme groupes terroristes  |  #Allemagne #Elberfeld : le motif de l’attaque n’est pas connu mais ne semble pas être terroriste  |  #Allemagne #Elberfeld : attaque au couteau – 1 mort, 1 blessé  |  #Turku #Finlande : Sécurité renforcée dans les gares et aéroports, d’autres jihadistes recherchés  |  #Finlande : la police recherche d’autres suspects  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Michel Garroté le 3 juillet 2013

-

Michel Garroté, réd en chef  –-  Pourquoi et comment le gouvernement socialiste français est-il devenu, en moins d’un an au pouvoir, un régime socialiste ayant recours à la répression policière et judiciaire, dénoncée par la presse du monde entier ? Il y a plusieurs raisons à cela. Primo, le parti socialiste français au pouvoir est revenu aux fondamentaux marxistes-léninistes ; et donc, à la répression, policière et judiciaire, qui va avec. Secundo, il contrôle, directement ou indirectement, tous les pouvoirs, à savoir, la présidence, le gouvernement, le parlement, les médias, l’enseignement et la justice.

Mais il y a, selon moi, d’autres raisons, plus subtiles et plus complexes. L’une de ces raisons – j’en suis convaincu – c’est la peur. Détail amusant, j’en parlais longuement hier soir au téléphone avec Jean-Patrick Grumberg ; et je suis tombé pas plus tard que ce matin sur un éditorial qui précisément traite de cette peur.

J’ai écrit plus haut qu’il y a d’autres raisons, plus subtiles et plus complexes, expliquant comment le gouvernement socialiste est devenu un régime socialiste. Parmi ces raisons, subtiles et plus complexes, il y a la peur. Mais il y en a certainement d’autres encore (paranoïa, tradition liberticide, absence de connaissance et de culture, intolérance, sectarisme, haine de soi ?). Si un jour je parviens à les identifier, je les commenterais sur ce blog.

Concernant la peur, Eric Letty, dans un éditorial de M&V écrit (extraits adaptés ; source en bas de page) : « La condamnation de Nicolas Bernard-Buss, prisonnier politique, en est exemplaire. Elle est significative aussi de la panique du gouvernement devant une forme d’opposition à laquelle il ne s’attendait pas, qui ne s’exprime pas par la voix attendue des partis minoritaires mais surgit de la société civile, autrement dit du peuple, que nos politiciens républicains ne connaissent pas et obscurément redoutent ».

M&V : « Pour le gouvernement, ces veilleurs, hommen, campeurs et autres Antigones qui le harcèlent, qui conspuent ses ministres à chacun de leurs déplacements, dont les logos, les banderoles et les calicots apparaissent où on ne les attend pas, lors des inaugurations de chrysanthèmes, des rencontres sportives ou des interviews présidentielles, sont beaucoup plus embêtants. Ceux-là ne lâchent rien. Et ils sont dangereusement imaginatifs et réactifs, comme vient encore de le montrer, au lendemain de l’incarcération de Nicolas, l’invention des veilleurs debout qui se relaient, reproches vivants et muets, à la porte du grand quartier général de la justice couchée, place Vendôme ».

M&V : « Parce qu’il ne sait plus comment les arrêter, le pouvoir tente de les décourager par une répression imbécile, vexatoire et aussi totalitaire que l’idéologie socialiste. Voilà si longtemps que nos gouvernants ne savent plus à quoi ressemble le courage qu’ils ont oublié qu’en le confrontant à l’injustice, on obtient le même effet qu’en jetant de l’alcool sur le feu : la colère flambe ».

M&V : « Loin de briser l’opposition, l’inique emprisonnement de Nicolas l’a dynamisée, comme n’ont cessé de l’aviver la répression inepte, le gazage des enfants, les arrestations arbitraires, les gardes-à-vue abusivement prolongées, les matraquages et les condamnations. Faut-il que ceux qui prétendent les gouverner méprisent les Français, pour croire qu’ils plieront devant leurs abus de pouvoir. Juillet est déjà là et François Hollande doit faire des cauchemars à l’idée de devoir bientôt descendre les Champs-Elysées entre deux foules de Français scandant le nom de Nicolas. Ce 14 juillet 2013, il sera difficile de se défiler, M. le président » (fin des extraits adaptés de l’éditorial d’Eric Letty dans M&V ; source en bas de page).

Reproduction autorisée avec mention :

© Michel Garroté www.dreuz.info

Source :

http://www.monde-vie.com/Editorial.htm

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz