FLASH
[19:31] Louisville va exploser ce soir. Le Grand Jury a inculpé le policier de 3 chefs d’accusation mineur. Aucune autre inculpation dans la mort de Breonna Taylor  |  La sénatrice Murkowski fait marche arrière et votera pour le siège vacant à la Cour suprême, tuant les espoirs des Démocrates de bloquer le candidat de Trump  |  la ministre des Armées reconnait que les militaires de Creil qui avaient rapatrié les Français de Wuhan le 31 janvier n’ont jamais été testés à leur arrivée en France  |  La sénatrice Kelly Loeffler publie une publicité se qualifiant de « plus conservatrice qu’Attila le Hun ». Son adversaire souligne qu’Attila était polygame et a tué des milliers de chrétiens  |  Une femme poursuit Instagram (propriété de Facebook) pour avoir espionné des utilisateurs par le biais de la caméra iPhone  |  Gucci met en vente des salopettes en denim avec un effet « tache d’herbe » pour 1 400 dollars  |  Libéralisme: Bolsonaro poursuit sa campagne de privatisation au Brésil  |  Fâchée par les liens arabo-israéliens, les Paleostiniens quittent la présidence des sessions de la Ligue arabe  |  La crise en Méditerranée orientale et les liens avec la Turquie domineront les élections présidentielles du mois prochain en Chypre du Nord  |  Pourparlers de réconciliation inter-palestiniens entre le Hamas et le Fatah en Turquie (indice : c’est la 20e fois)  |  Assange pourrait faire une tentative de suicide dans une prison britannique s’il est extradé vers les États-Unis  |  Six blessés par armes à feu à New York malgré l’affirmation selon laquelle la violence armée est en baisse  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Guy Millière le 4 juillet 2013

ba5fc57027f0bd03270f6a7067001356

Comme je m’y attendais, l’armée égyptienne a déposé Mohamed Morsi. Comme c’était prévisible, elle a formé un gouvernement provisoire. Comme c’était prévisible aussi, les foules rassemblées au Caire et dans les principales villes du pays ont crié leur joie.

Pour se donner une posture de rassembleur, le général al-Sissi, chef des armées, a donné la parole au pape de l’Eglise copte et au recteur d’Al Azhar. Puis Mohamed El Baradei, censé incarner les « modérés », a parlé.

Il serait pourtant vain d’imaginer que ce qui s’ouvre est une période de rassemblement. Les membres des Frères musulmans et ceux qui les soutiennent n’ont pas pas renoncé. On peut s’attendre à des violences. Elles ont d’ailleurs commencé. On peut s’attendre à des morts : il y en a déjà. Il y en aura d’autres. On doit s’attendre à des viols : une centaine de femmes ont été violées au cours des quatre derniers jours, alentour de la place Tahrir.

On peut s’attendre à bien pire. Même si le calme devait revenir, je l’ai écrit, et je persiste : il serait de courte durée. Car aucun gouvernement égyptien ne pourra donner à la population ce qu’elle n’a pas. De quoi manger. De quoi avoir de l’électricité et du travail.

Le soulèvement contre Hosni Moubarak était un soulèvement porté par la colère. Le soulèvement présent est porteur de colère à nouveau, mais aussi de désespoir, et le mélange entre la colère et le désespoir peut donner une rage brutale.

Des millions d’Egyptiens n’ont rien à perdre, car ils ont déjà tout perdu, y compris leurs illusions.

Vous aimez cet article ? Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les nouveaux articles de Dreuz, une fois par jour en fin d’après-midi.

Ils ont rejeté Morsi et les Frères musulmans, mais, je l’ai écrit aussi, et je persiste là encore, ils n’ont pas rejeté l’islam. Ils n’ont pas changé de haines : ils détestent toujours Israël et les Juifs. Ils sont frustrés, à bout.

Il s’ajoute une composante par rapport aux jours de la chute de Moubarak : une détestation des Etats-Unis et, plus particulièrement, du Président des Etats-Unis.

Les banderoles et les panneaux anti Obama étaient et sont innombrables, et il a fallu tout le talent des monteurs d’images des grandes chaînes de télévision française pour les faire disparaître des écrans.

En s’étant placé du côté de Morsi et des Frères Musulmans, Obama s’est placé du côté qui a précipité l’écroulement de l’économie égyptienne. Il s’est conduit comme il l’avait fait en 2009 quand la population iranienne s’était soulevée contre Ahmadinejad.

Il pensait, sans doute que les purges infligées à l’armée par Morsi suffiraient à museler celle-ci. Il a sous estimé l’autonomie de l’armée et sa capacité de réaction. Il a sous estimé les potentialités de soulèvement du peuple égyptien aussi : vue l’ampleur des manifestations, l’armée n’avait pas vraiment l’option de faire tirer dans la foule.

Il est dans une position délicate.

Il a menacé l’armée égyptienne de lui couper les financements qu’elle reçoit si elle agissait, et elle a agi quand même.

Si Obama parle à nouveau de couper les financements à l’armée, il poussera celle-ci vers un immense renversement d’alliance. Comme il ne tient pas à ce renversement d’alliance, qui apparaîtrait comme un fiasco absolu, il va sans doute laisser le Congrès maintenir les financements.

Cela ne changera rien ou presque. La population égyptienne hait Obama. C’est acquis. L’armée égyptienne se méfie profondément de lui. C’est également acquis.

Que va devenir l’alliance stratégique entre Obama et les Frères musulmans ? On le saura bientôt.

Qui va remplacer Morsi ? Nul ne le sait. Mohamed El Baradei est, en tout cas, un « modéré » seulement en apparence. Et qui veut devenir capitaine du navire au moment du naufrage ?

Obama confirme, en tout cas, qu’il est le pire Président de l’histoire des Etats-Unis. Jimmy Carter avait fait chuter le shah d’Iran et permis l’arrivée au pouvoir de Khomeyni.

Obama a voulu l’arrivée au pouvoir des Frères musulmans dans tout le monde sunnite. Il a échoué, et provoqué une succession de cataclysmes dont celui qui survient en Egypte n’est que le dernier en date, mais pas du tout le dernier tout court. 

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Guy Millière pour www.Dreuz.info

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz