FLASH
[24/09/2018] Ecosse : interdiction d’arborer un drapeau palestinien (ne pas se réjouir trop vite : les drapeaux israélien, catalan, du Vatican, tricolore irlandais, etc. sont également interdits)  |  Paris : Un adolescent de 17 ans tué à coups de couteau en pleine rue. Toujours le couteau…  |  Dans un nouveau sondage Fox News, le soutien du public pour Kavanaugh a chuté de 5% à 40%  |  Une seconde femme accuse Brett Kavanaugh de comportement sexuel douteux quand ils étaient étudiants  |  Marseille : Attaqués par environ 40 racailles, la police contrainte de faire feu à deux reprises pour éviter d’être lynchée  |  Censure des voix conservatrices : James Wood viré de Twitter. A qui est-ce jamais arrivé à gauche ?  |  Des pirates ont capturé 12 marins suisses au large du Nigeria  |  [23/09/2018] La région suisse de Saint-Gall vote massivement en faveur de l’interdiction de la burqa  |  La nouvelle tenue du personnel du SAMU varois comporterait un gilet pare-balles  |  Après avoir accusé les policiers de -chier dans leur froc- et de ne pas -avoir les couilles- d’aller dans les quartiers difficiles, #YannMoix est invité par un syndicat policier à un reportage en zone sensible. « On verra s’il a les couilles »  |  Affaire Kavanaugh : Un 3e témoin cité par Christine Ford comme ayant été présent rejette ses allégations  |  [22/09/2018] Deux ballons chargés d’explosifs envoyés depuis Gaza atterrissent dans le sud d’Israël, aucune mention dans la presse : les journaux veulent que les Français pensent que les palestiniens sont des victimes, plus grand mensonge du siècle  |  Le multiculturalisme a tué l’utopie suédoise : Les statistiques montrent que la Suède, autrefois un pays où l’on pouvait se promener dans les rues la nuit en toute sécurité, est devenue un pays truffé de crimes  |  Suite à dénonciation anonyme, la police israélienne a arrêté un terroriste musulman de 21 ans qui planifiait une attaque terroriste dans la ville d’Afula au nord  |  Le « tsunami » de #fakenews pendant la présidentielle était une Fake news. Seulement 1% des contenus circulant sur Twitter étaient des fake news selon le CNRS. Pour « Le Monde », sur 60 millions de tweets politiques, 5.000 contenaient des « fausses informations »  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Gaia - Dreuz le 6 juillet 2013

Des amendes ont été requises par la cour d’appel de Nîmes à l’encontre d’une mère de famille et de son frère poursuivis pour avoir envoyé un enfant de trois ans à l’école vêtu d’un tee-shirt portant les mentions «Je suis une bombe», sur la poitrine, et «Jihad, né le 11 septembre», au dos.

Le parquet général a réclamé 1000 € contre la mère et 3000 € contre l’oncle, poursuivis pour «apologie de crime».

Vous aimez cet article ? Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les nouveaux articles de Dreuz, une fois par jour en fin d’après-midi.

«On est obligé de constater qu’ils (la mère et son frère) avaient conscience du caractère provocateur du tee-shirt», a déclaré l’avocat général. «Faire l’apologie de crime auprès d’enfants de 3-4 ans qui ne savent pas lire est un procès un peu maladroit», a répondu avec ironie Me Gaële Guenoum, l’avocate de la maman. La décision a été mise en délibéré au 20 septembre.

Relaxés à l’issue du premier procès

Le 10 avril le tribunal d’Avignon avait relaxé la mère et l’oncle de l’enfant contre lesquels le ministère public avait requis à l’audience du 6 mars une condamnation en laissant la peine à l’appréciation du tribunal. Frère et sœur, qui avaient obtenu le soutien du Mrap, s’étaient défendus de toute provocation, invoquant une «maladresse».

Le tribunal s’était appuyé sur l’article 24 de la loi du 29 juillet 1881, qui prévoit que l’apologie de crime doit être non équivoque, pour prononcer la relaxe de Bouchra Bagour, 35 ans, secrétaire, et de son frère, Zeyad, 29 ans, employé dans un restaurant, qui avait offert le tee-shirt à l’enfant.

Le parquet d’Avignon avait fait appel de cette relaxe. Les prévenus encourent cinq ans de prison et une amende de 45 000 €.

Les faits s’étaient déroulés le 25 septembre dernier dans une petite école maternelle de Sorgues, près d’Avignon (Vaucluse). «Lorsque la directrice de l’école s’est aperçue des mots écrits sur le tee-shirt, elle a mis un polo à l’enfant pour que les inscriptions ne soient plus visibles», avait expliqué une source proche de la mairie. Alerté de l’incident et «face à la gravité des mots inscrits sur le tee-shirt de ce gamin, le maire a décidé de saisir le procureur de la République pour qu’une enquête soit activée», avait déclaré à l’époque Me Claude Avril, l’avocat de la commune.

http://www.leparisien.fr/faits-divers/video-jihad-sur-un-tee-shirt-d-enfant-amendes-requises-en-appel-05-07-2013-2957805.php

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Gaïa pour www.Dreuz.info

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz