FLASH
[18/01/2018] Communiqué ministère de la Santé iranien: 36 000 morts par la pollution de l’air en 2017. Téhéran : 4 810 morts par la pollution de mars 2016 à mars 2017  |  Alain Soral a été condamné aujourd’hui en appel à 10.000 euros d’amende, avec possibilité d’emprisonnement en cas de non-paiement, pour avoir publié sur son site un dessin négationniste  |  Mutinerie à la prison de Fleury-Mérogis : 123 détenus refusent de regagner leur cellule  |  Cette nuit, Tsahal et la police ont localisé les terroristes islamistes palestiniens qui ont assassiné le Rabbin Raziel Shevach le 9 janvier. Repérés, les colons arabes ont ouvert le feu. 1 a été tué et 2 autres ont été appréhendés. 2 policiers ont été blessés  |  [17/01/2018] Des Israéliens se sont rendu dans la capitale juive pour prier au Mont du Temple. Sans la présence des forces de sécurité, ils auraient été décapités aux cris d’Allahou Akbar – et l’UE veut faire croire qu’il faut partager la ville !  |  3 pays dans le monde (à part les USA), ont une rue Martin Luther King: le Sénégal, le Brésil, et Israël (King était profondément pro-israélien) – ça ne rime pas bien avec Apartheid  |  Eric Trump, votre père est-il raciste ? Mon père n’est pas raciste du tout, en fait, il ne voit qu’une seule couleur : le vert, l’économie !  |  Examen médical de Trump (par le médecin d’Obama): il ne boit pas, ne se drogue pas, ne fume pas, est en excellente santé physique et mentale – et a des gênes pour vivre 200 ans ! »  |  Pendant la nuit, Tsahal a arrêté en Judée Samarie 16 colons arabes suspectés de terrorisme  |  [15/01/2018] La gauche, toujours du côté du mal : Sadiq Khan, le maire de Londres, n’accueillera pas le président Trump, mais en 2001, il a représenté le prédicateur de haine Louis Farrakhan qui disait que les juifs sont des « suceurs de sang » et Hitler un « très grand homme »  |  Religion d’amour et de paix : en Irak, au moins 8 morts et 40 blessés dans un double attentat à Bagdad  |  [14/01/2018] Abou Hamza Hamdan, un terroriste du Hamas, a été éliminé lors d’un attentat à la voiture piégée à Sidon, au Liban  |  Sur MSNBC, un pasteur noir pro-Trump dit à la journaliste d’aller vivre en Haïti si elle doute que c’est un « pays de merde »  |  Tweet du Premier ministre indien Modi à Netanyahu: « Bienvenue en Inde, mon ami PM @netanyahu! Votre visite en Inde est historique et spéciale. Elle renforcera encore l’étroite amitié entre nos deux pays »  |  La Pologne pourrait tenir un référendum pour quitter l’UE, selon Donald Tusk  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Gaia - Dreuz le 8 juillet 2013

L’établissement aurait délivré des licences en communication à des dizaines d’étudiants antillais n’ayant jamais mis les pieds à Lyon. Une enquête interne a été ouverte.

Vous aimez cet article ? Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les nouveaux articles de Dreuz, une fois par jour en fin d’après-midi.

C’est une publicité dont l’université Lyon 2 se serait sans doute bien passée. L’établissement vient de lancer une procédure disciplinaire à l’encontre d’un de ses enseignants, le soupçonnant d’avoir conclu un faux partenariat avec une école de commerce guadeloupéenne. Ce partenariat aurait ensuite permis de délivrer indûment des dizaines de diplômes universitaires en communication à des étudiants antillais qui n’auraient jamais mis les pieds dans la capitale des Gaules.

Comme souvent dans ce genre d’affaire, tout a débuté un peu par hasard. En février, plusieurs étudiants d’une école de commerce basée à Pointe-à-Pitre, l’I2M, s’étonnent auprès de l’administration lyonnaise de ne pas avoir reçu leurs cartes d’étudiants de Lyon 2. En vérifiant le site internet de l’établissement guadeloupéen, la direction lyonnaise découvre que l’I2M prétend délivrer des diplômes «en lien avec l’université Lyon 2», explique le président de l’université, Jean-Luc Mayaud. Le site reprend même «la plaquette d’enseignement» de l’Institut de la communication (ICOM) de Lyon 2, et exige des frais d’inscription dépassant les 4000 euros par an, «plus de dix fois supérieurs aux nôtres», précise le responsable.
Un partenariat «pas encore encadré par une convention en bonne et due forme»

Or aucune trace de ce partenariat n’est retrouvée à Lyon 2, qui exhume finalement une délibération de l’une de ses instances, datant du printemps 2011, qui «rejette la proposition de collaboration» avec cette école, selon M. Mayaud. En revanche, l’administration lyonnaise découvre qu’une cinquantaine d’étudiants de l’I2M ont bien été inscrits à Lyon 2 aux rentrées 2011 et 2012, «avec dispense d’assiduité». La première promotion s’est vu délivrer en juin 2012 des diplômes de licence 3 de l’ICOM.

Le président de Lyon 2 lance alors une enquête disciplinaire visant le directeur de l’ICOM, Alain Girod, et constate notamment qu’il s’est rendu «encore au printemps» en Guadeloupe pour y enseigner une quinzaine de jours, hors de tout cadre administratif. Parallèlement, l’I2M concède que le partenariat avec Lyon 2 «n’est pas encore encadré par une convention en bonne et due forme», mais assure que son principe «a été approuvé» par l’ICOM, avançant un document signé par M. Girod le 11 juillet 2011.

Le directeur de l’ICOM, qui enseigne depuis une quinzaine d’années à Lyon 2, a également signé «les PV de jurys» qui ont conduit à la délivrance des diplômes. L’enquête doit déterminer s’il a bénéficié de «complicités». Devant l’inquiétude des étudiants guadeloupéens, Lyon 2 a décidé d’organiser une session spéciale d’examens en septembre. L’université a obtenu de l’I2M la promesse que l’institut prendrait en charge les frais de voyage et de séjour.
«Les étudiants sont des victimes de cette officine»

«Comme nous, les étudiants sont des victimes de cette officine», a estimé M. Mayaud. Un espace leur a été ouvert sur le site internet de Lyon 2, avec cours et bibliographies, pour leur permettre de préparer l’examen. L’enquête administrative, en cours d’instruction, donnera lieu à un premier rapport samedi, avant un conseil de discipline prévu en septembre. L’instance peut prononcer des sanctions allant jusqu’à la révocation de l’enseignant.

Le président de l’université, qui a signalé l’affaire au parquet de Lyon, se réserve la possibilité de poursuites y compris au pénal», s’il découvre «qu’il y a eu des malversations ,des rémunérations indues». «Pour l’instant, les proches de cet enseignant disent qu’il a agi de manière désintéressée», a souligné M. Mayaud, qui n’a eu «aucun contact» avec le directeur de l’ICOM et qui «s’y refuserait».

http://etudiant.lefigaro.fr/les-news/actu/detail/article/une-affaire-de-faux-diplomes-secoue-l-universite-lyon-2-2368/

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Gaïa pour www.Dreuz.info

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz